Où est Charlie ? Charlie est en deuil

0
593

Le 5 avril de l’an dernier, je me suis fait haïr par des gens qui faisaient la queue pour une dédicace, un dessin.

Ils m’ont détesté parce que j’ai discuté plus d’une demi-heure avec l’artiste. De tout et de rien, que j’avais commencé à le suivre étant gamin dans Le Club Dorothée, plus tard dans Hara-Kiri et maintenant dans Charlie Hebdo. J’ai causé avec un type simple et aimable, passionné par le dessin et la liberté. Un type qui ne comprenait pas la haine que certains hommes pouvaient porter à d’autres.

Ce type, d’une gentillesse infinie, d’un humour intelligent et avec un talent remarquable, c’était Cabu. Un mec pacifiste qui allait prendre 77 balais mardi prochain…

Cabu qui comme Wolinski, Charb, Tignous, deux policiers et sept autres personnes à l’heure où j’écris cet article, sont tombés sous les balles de terroristes. D’autres victimes sont entre la vie et la mort. En plein Paris, des tirs nourris d’armes de combat. Un attentat préparé, une attaque en plein bouclage hebdomadaire, les principaux journalistes étaient présents, ils ont été appelés par leurs surnoms avant d’être froidement exécutés.

Depuis des années, Reporters sans Frontières se bat pour la liberté d’expression, pour tous ces pays où les journalistes sont opprimés, bâillonnés, tués… Aujourd’hui, ce n’est pas dans une dictature, ce n’est pas à l’autre bout du monde. C’est Paris. En France, dans le pays des droits de l’homme.

Je suis atterré par la violence de l’attaque, par la vidéo que j’ai pu voir. Des armes de guerre contre des crayons.

Lire aussi :  Salon funéraire Toulouse, les morts de la rue...L’actualité du 1er juin 2018

Qui sont ces hommes qui pour imposer leurs idées, imposent la politique de la terreur au XXIe siècle ?

Comment une telle dérive peut-elle arriver ?

Charb avait publié un dessin prémonitoire cette semaine. « Toujours pas d’attentat en France », avec une caricature de terroriste qui disait qu’il avait jusque fin janvier pour présenter ses vœux.

On peut aimer, ou détester Charlie Hebdo c’est un fait. Mais la liberté d’expression est primordiale, pour des idées, des dessins, de la satire, douze personnes sont décédées, douze familles sont déchirées, les journalistes, les dessinateurs, les policiers sont tous meurtris dans leur âme.

Je sais que le pire pour leur mémoire, c’est que des récupérations politiques auront lieu, eux qui avec leurs plumes se sont toujours battus contre cela.

J’espère que les gens ne feront pas d’amalgames, on commence ici et là à voir fleurir des conneries. Il ne faut pas sombrer dans la paranoïa, la peur de l’autre. De tels actes sont issus de véritables groupuscules terroristes que les démocraties finiront par éradiquer.

Je me souviens d’un de leurs potes, Pierre Desproges, s’il les accueille là-haut, sa première phrase sera : « Je vous l’avais dit, les gars, on peut rire de tout, mais pas avec tout le monde… »

Mes sincères condoléances aux familles et à la liberté d’expression….

par Sébastien Mousse

Atelier-Mosésu Où est Charlie ? Charlie est en deuil

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here