Panique aux obsèques : le cercueil est trop grand

0
446
Boudou, au confluent du Tarn et de la Garonne

Près de trois heures durant sous le soleil, face à la famille effondrée, il aura fallu raboter le caveau pour faire entrer le cercueil trop grand. Une scène digne d’une comédie sociale grinçante, mais bien réelle. C’était la semaine dernière à Boudou, un village rural du Tarn-et-Garonne.

Choqué. C’est le mot qui revient dans les témoignages recueillis par le journal « La dépêche ». A l’origine, le décès de Serge, retraité agricole, décédé il y a dix jours au village à l’âge de 80 ans. Faute d’une concession prête, il est convenu d’inhumer l’octogénaire dans le caveau communal. Un ancien caveau familial de moins d’1,90 m légué à la mairie de ce petit  village (680 habitants), qui l’utilise de temps à autre.

Le cortège se rend au cimetière. Et là, il apparaît très vite que le défunt va faire causer, question de gabarit. Car le cercueil XXL (modèle tombeau donc surélevé qui plus est) ne peut passer. Manque trois bons centimètres.

Alors, sous le soleil qui tape, dans le bruit et la poussière, devant la famille interloquée, les hommes de l’art ne peuvent que tenter d’élargir le caveau. La précédente municipalité avait bien été alertée, rapporte le fossoyeur dans le journal, nul travaux n’a été fait. Les professionnels du funéraires savent combien les corpulences de leurs clients ont changé ces dernières années, rendant parfois acrobatiques les inhumations.

Un témoin, venu de loin pleurer son ami, raconte comment il a vu saisir marteau et burin pour tenter le raboter le granit. Mais ça ne suffit pas. Il faut aller chercher du matériel, attaquer la pierre au marteau-piqueur, lancer le groupe électrogène. « Ce n’est pas possible, ce n’est pas possible », répète la veuve, prête à défaillir, devant le drap blanc qui protège la bière de son mari.

Lire aussi :  Danseuses érotiques aux funérailles...au menu du réveil funéraire du mercredi 20 février 2018

Le fils du défunt a décidé de réclamer des explications en mairie, histoire surtout que la mésaventure ne se renouvelle pas. Madame la maire, parlant d’un « mauvais concours de circonstances », s’est confondue en excuses. Elle assure que des travaux vont être effectués pour élargir le caveau.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here