Panthéon : les héroïnes font de la résistance

0
426
(capture Twitter)

Germaine Tillion (1907-2008) et Geneviève de Gaulle-Anthonioz (1920-2002) n’entreront que très symboliquement au Panthéon le 27 mai prochain. Les familles se sont en effet opposées à l’exhumation des deux Résistantes.

Aux côtés des deux autres héros du jour, les autres Résistants Pierre Brossolette et Jean Zay, il n’y aura que deux cercueils vides ou presque. Car ils ne contiendront chacun qu’une petite urne enfermant de la terre prélevée sur leurs tombes. La demande des proches a été acceptée par l’Elysée. Et c’est ainsi que l’ethnologue Germaine Tillion restera inhumée dans le caveau familial à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne). La nièce du général, Geneviève de Gaulle-Anthonioz (ancienne présidente d’ATD Quart-Monde), elle, ne quittera pas son mari Bernard enterré dans le petit cimetière de Bossey (Haute-Savoie).

Cette situation est loin d’être originale. D’autres familles ont déjà refusé un transfert (celle d’Albert Camus sous Nicolas Sarkozy par exemple). Le monument lui-même compte plus de mille plaques au nom d’une personnalité sans corps, comme Saint-Exupéry, Aimé Césaire ou le philosophe Henri Bergson.

Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle-Anthonioz étaient très amies. Le président François Hollande a annoncé leur entrée au Panthéon en févier 2014 lors d’une cérémonie au Mont-Valérien (Hauts-de-Seine), voulant spécialement honorer des figures de la Résistance.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.