Philippe Gentil, de 2013 à 2014, bilan et projets

0
523

A l’occasion de l’an nouveau, nous avons interviewé Philippe Gentil, dirigeant de Funécap, pour parler un peu de l’an écoulé, à travers le salon du funéraire, et ses projets pour l’année à venir.

philippe-gentil-marie-ange-del-giovare-et-jennyfer-warin-de-pascal-leclerc-300x225 Philippe Gentil, de 2013 à 2014, bilan et projets
Philippe Gentil, dirigeant de FUNECAP, bien entouré

Retour sur le salon

Cette édition a laissé Philippe Gentil très satisfait de ce qu’il a constaté sur l’évolution du funéraire « C’était un salon homogène » il a notamment constaté « des acteurs qui prennent de l’importance, surtout au niveau de l’internet, et des services dédiés. Je pense notamment à Simplifia, et au parcours qu’ils ont fait depuis un an ». Les deux jeunes dirigeants ont impressionné ce professionnel chevronné, ce qui n’est pas rien.

Et quels enseignements tirer de ces nouveaux services « C’est très bien. Avant, nous avions un marché trop tourné vers lui-même, or nous sommes un secteur d’offre, pas de demande. Une ouverture vers une offre plus large va contribuer à moderniser le secteur, mieux satisfaire les familles, et au final montrer un marché plus ouvert. Peut être que cela nous évitera à l’avenir des coups de bâton médiatiques comme nous en prenons régulièrement. ».

Les effets de la crise ont été compensés « Si la fréquentation globale pouvait sembler inférieure, les visiteurs étaient plus qualitatifs. Ils ne se déplaçaient pas pour rien ».

Philippe Gentil est heureux d’y avoir participé : « Outre l’occasion de se retrouver, avec les membres du réseau, nous avons noué de nombreux contacts, soit avec des professionnels désireux de poser une enseigne Pascal Leclerc sur leur société, soit par des personnes qui avaient des sociétés à vendre. » et il est vrai que le stand était toujours bondé. Modeste, Philippe Gentil tient à préciser « C’était une impression donnée par le fait que nous étions sur un espace beaucoup moins grand qu’HYGECO ».

Made in cocorico

Philippe Gentil, à la question de ce qui a provoqué chez lui un coup de cœur, répond instantanément « le made in France ! » avant de préciser « Ce n’est pas par chauvinisme, ou nationalisme, du tout. J’ai discuté longtemps avec le dirigeant d’une société qui fabrique des céramiques funéraires, et j’ai appris que le secteur repartait, avec l’argument de la qualité française. Ca m’a vraiment fait plaisir de voir qu’en réalisant un produit traditionnel, qui a une histoire, avec la qualité française, on pouvait réussir. C’était un petit clin d’œil que je voulais adresser ».

Et l’on pourra sabler le Champagne ce soir chez Simplifia, parce que pour la deuxième fois, Philippe Gentil les cite en exemple « Ca fait plaisir, de voir des créateurs d’entreprise qui réussissent ».

Une dynamique poursuivie

Concernant ses projets pour 2014, Philippe Gentil est clair : « Poursuivre la dynamique de 2013. Madame Ammeux, notre responsable du Développement, a fait un travail fantastique, en doublant le nombre de points de vente entre 2012 et 2103. Pour cette année, nous nous sommes fixés un objectif un peu plus modeste, qui est de 30 points de vente supplémentaires, pour atteindre 100 à la fin de l’année »

Si Philippe Gentil est prudent sur les ouvertures, c’est qu’il a en tête une idée précise « Nous sommes attentifs à l’intégration. Ce n’est pas le tout d’ouvrir des points de vente, encore faut il s’assurer que chacun se sente bien dans le groupe, et puisse connaître le succès. »

En 2013, Pascal Leclerc a atteint son seuil de rentabilité, et l’ensemble du groupe FUNECAP, qui est sa maison mère, représente un peu plus de 13000 convois par an. La société veut poursuivre son expansion, par croissance interne, mais aussi externe « De nombreuses entreprises sont venus nous voir parce que nous représentons aujourd’hui une alternative, tant en franchiseurs qu’en acheteurs. ».

Lire aussi :  Devenir franchisé Philae service funéraire !

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here