Photo post-mortem en 2017, la tradition perdure

2
5794
photo post mortem légionnaire anonymisé
Jeune militaire présenté sur son lit de mort pour la veillée funèbre. Copyright: collection privée

La photographie post-mortem : sujet complexe s’il en fut. Semblant appartenir à l’histoire, elle a fait son retour dans l’actualité du funéraire, à travers quelques mauvais exemples. Le hasard a voulu qu’au milieu de cette actualité nous parvienne un message, une histoire qui montre que la photographie funéraire n’est ni dépassée, ni malsaine, si l’on sait s’en servir.

photo-post-mortem-deux-soeurs-216x300 Photo post-mortem en 2017, la tradition perdure
Photographie post mortem scénarisée de deux soeurs (la défunte est sur la gauche)

Photographie post mortem

L’usage de la photographie post-mortem, parfois aussi appelée photographie funéraire, s’est répandu principalement dans le monde anglo-saxon au XIXème siècle. Les première photos présentaient souvent le défunt in situ avec des membres de sa famille, par exemple assis à table durant un repas, ou un enfant décédé semblant jouer avec ses frères et sœurs.

A la fin du siècle, les familles privilégièrent des photos du défunt reposant sur son lit de mort ou dans son cercueil, moins scénarisées.

L’apparition de ces photos coïncident avec l’invention du daguerréotype, ancêtre de l’appareil photo, puis de la photographie elle-même. L’idée était, dans les mises en scène, d’offrir une image du disparu que la famille n’avait pas pu avoir de son vivant, puis, tout simplement, de conserver un souvenir. Les photographies ainsi obtenues avaient une importance capitale dans le processus de deuil, et comptaient souvent au rang des souvenirs les plus précieux de la famille.

La coutume s’étiola lors de l’invention des appareils photos à développement instantané. Au lieu de faire appel à un photographe professionnel, les familles firent leurs clichés elles-même, avant de se détourner, par découragement, de cette pratique.

Celle-ci perdure néanmoins, notamment dans des pays de l’Europe de l’Est ou d’Asie.

Le faux retour scandaleux

Si la photographie post-mortem semblait devenir une curiosité d’historien du funéraire, elle revint à son corps défendant à la une de l’actualité à travers quelques scandales. L’histoire, à force de répétition, en était lassante : des adolescents se prenant en selfie auprès du corps d’un défunt, généralement un membre de leur famille, et postaient la photo sur les réseaux sociaux.

La conclusion, un peu hâtive, qu’en tirèrent certains, c’est que la photo post-mortem, de surannée, était devenue choquante. Ce qui, à la réflexion, s’avère faux.

Le problème de ces photos ne tient pas au fait qu’un défunt y figure, mais à l’attitude de celui qui l’a prise. Le problème, c’est que ce sont des selfies, symptôme du narcissisme de notre époque ; le problème, c’est que l’attitude du photographe, sur la photo, est souvent nonchalante, voire accompagnée de mimiques irrespectueuses, et surtout, le problème, c’est qu’elles sont ensuite exposées en public sans accord.

Le problème, en un mot, c’est que ces photos là ont été prises par des gosses mal élevés et assimilées trop vite avec les véritables clichés post-mortem qui, pourtant, n’ont rien à voir.

militaire-lit-de-mort-2-300x223 Photo post-mortem en 2017, la tradition perdure
Militaire sur son lit de mort. La tradition de la photographie post-mortem a perduré dans l’armée

Photographie funéraire, une aide au deuil

C’est à travers une histoire à la fois triste et belle que le cliché post-mortem est revenu en grâce.

Tout commence par le décès d’un homme d’un AVC.

Âgé de 44 ans, père d’un enfant de trois ans, légionnaire en activité, la mort de ce caporal-chef laisse sa famille stupéfaite. En attendant les obsèques, le jeune homme est installé au domicile de son oncle, où il repose en tenue de légionnaire, avec le fameux képi blanc.

Mathieu, ami d’enfance du défunt et photographe de profession propose alors aux parents du caporal-chef de prendre des photographies du défunt en uniforme. Une idée qui pourrait paraître incongrue, mais qui, pourtant, va s’avérer d’une évidente luminosité.

Les professionnels du funéraire prêtent une attention particulière à la dernière image que les familles emporteront de leur défunt. Dans le cas du légionnaire, c’est l’image d’un homme apaisé, l’air reposé, dans l’uniforme dont il était fier, qu’ils pourront conserver.

général-sur-son-lit-de-mort-300x209 Photo post-mortem en 2017, la tradition perdure
Un général sur son lit de mort

Une histoire à transmettre

C’est le père du légionnaire qui nous a contactés. Les photographies se sont avérées d’une grande aide pour le travail de deuil de la famille, et il a pensé que ce serait une bonne idée de partager son expérience avec d’autres personnes.

Les membres de sa famille se sont montrés, pour certains enthousiastes, pour d’autres dubitatifs, mais les réactions à cette idée n’ont pas été hostiles. Au final, une fois réalisées, les photos ont fait l’unanimité.

On y voit le légionnaire en tenue. « J’étais très fier qu’il soit soldat, et il le savait. Il m’avait fait la surprise de venir pour mon anniversaire, quelques temps avant son décès, et il avait revêtu l’uniforme, qu’il était très fier de porter. C’est pour cela que, sur son lit de mort, la question de la tenue nous est apparue évidente. Les pompes funèbres lui ont mis son uniforme, avec le képi blanc. On le lui a juste retiré avant la mise en bière ».

Le képi blanc, c’est le couvre-chef emblématique de la Légion Étrangère, qui est remis aux soldats après leurs classes. Il rappelle les képis déteints à force d’exposition aux intempéries et aux lavages répétés des légionnaires expérimentés. Le képi blanc n’est porté qu’avec la tenue de cérémonie, le couvre-chef quotidien de la Légion Étrangère étant le béret vert (couleur des commandos et troupes d’élite).

Une expérience positive

Ces photographies post-mortem ont été une expérience positive dans le travail de deuil de la famille du légionnaire. En ce sens, elles ont renoué avec la philosophie des photos funéraires du siècle dernier, en permettant à la famille de conserver un souvenir du défunt, certes, mais aussi en leur donnant, certainement, une part active dans l’élaboration du processus de deuil.

Aujourd’hui, ce sont les parents du légionnaire qui s’occupent de son fils de trois ans. Sûrement, dans les prochaines années, il cherchera à en savoir plus sur son père, et les photos l’y aideront certainement.

Le père du légionnaire nous a aimablement autorisé à publier une photo de son fils sur son lit de mort, en floutant son visage. Loin de nous l’idée de vouloir offenser quiconque en la publiant, nous souhaitons au contraire montrer le résultat de cette prise de vue, et, qui sait, donner des idées et entamer le processus de réflexion pour un retour de la photographie funéraire.

2 COMMENTAIRES

  1. Contrairement à une légende répandue, la pratique de la photographie post-mortem n’a pas disparue en Europe. Elle est juste devenue plus discrète. À découvrir sur PhotographiePostMortem.Com.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.