Polémiques autour du Trône de Fer : démontage en règle

2
935

Le Trône de Fer est la série à la mode, et, comme d’habitude en cas de succès, les esprits chagrins s’y ruent comme les vautours sur le cadavre. Démontage de cuistres à lire en terrasse pour profiter du soleil.

Game-of-Thrones-le-trône-de-fer-300x168 Polémiques autour du Trône de Fer : démontage en règleLe Trône de Fer pour les nuls

Vous connaissez le Trône de Fer ? Œuvre livresque imposante par sa pagination devenue saga télévisée à succès, le Trône de Fer raconte les intrigues qui se nouent dans un univers médiéval-fantastique autour de différents prétendants au dit trône, symbole de pouvoir du royaume de Westeros, qui cherchent à s’asseoir à la place de l’occupant en date tout en se préservant des menaces extérieures.

Alors, l’ambiance à Westeros ne retombe jamais : on y complote les uns contre les autres, on s’y trucide avec sauvagerie et imagination, entre orgies et mysticisme. Une sorte de Dallas en plus brutal, ou JR décapiterait Bobby avant de violer Pam tandis que Cliff Barnes lèverait une armée pour raser Southfork.

Le Trône de Fer provoque une addiction rapide, et, passé les deux ou trois premiers épisodes de mise en place, impossible de ne pas attendre avec impatience ce qu’y va s’y passer. D’autant que personne n’est à l’abri : le personnage principal de la saison 1, qu’on aurait volontiers imaginé en héros de la série, y meurt après que son cou ait heurté une épée. Et ce succès ne plaît pas à tout le monde.

Polémiques

Trone-de-fer-Daenery-Targaryen-205x300 Polémiques autour du Trône de Fer : démontage en règle
Daenery Targaryen

Le Trône de fer est sexiste

Il est vrai qu’il ne fait pas bon être une femme à priori en Westeros. Soit prostituées enfermées dans des bordels, soit riches filles de familles distribuées en mariage pour sceller des alliances politiques, les femmes du Trône de Fer occupent leur temps à être soit des objets sexuels, soit des mères soucieuses uniquement du bien être de leurs enfants. Du moins est-ce la vision qu’en ont les féministes, dont on se demande si ce ne sont pas elles qui sont sexistes.

En effet, il ne fait pas bon de se frotter aux femmes de Westeros : reines-mères manipulatrices, jeune fille devenue assassin d’élite, chevalière, catin bafouée envoyant son amant à la mort sans sourciller, elles sont toutes passées maîtresses en survie et en manipulation, arrivant à être le vrai pouvoir derrière le Trône. Ne parlons même pas de Daenerys, femme-enfant devenue chef de guerre et à elle seule plus grande menace sur le royaume.

Trone-de-Fer-Tyrion-Lannister-200x300 Polémiques autour du Trône de Fer : démontage en règleLe Trône de Fer est raciste

Au sud se trouvent des barbares chevelus chevauchant chevaux comme femmes, assoiffés de sang et d’alcool. Oui, ceux-ci ont un physique basané et asiatique, mais notons au passage que Attila, auquel Kal Drogho fait furieusement penser, n’était pas non plus un modèle de courtoisie. Dans un environnement hostile et belliqueux, ils ont simplement développé un mode de civilisation aride, le plus à même de leur permettre de survivre.

D’ailleurs, au fur et à mesure de l’intrigue, Drogho se révèle bien plus fin et intelligent qu’il ne laissait paraître. Presque sentimental aussi lorsqu’il coule de l(or en fusion sur la tête du prince pour plaire à son épouse. Un tendre, en somme.

A noter qu’au nord du mur, d’autres sauvages barbares sont eux, blancs somme neige. Un partout, balle au centre.

Trone-de-Fer-Eddard-Stark-205x300 Polémiques autour du Trône de Fer : démontage en règle
Eddard "Ned" Stark

Le Trône de Fer ne donne pas une vision exacte de l’esclavage

Une anti-esclavagiste américaine a reproché cette scène ou des esclaves serviles portent en triomphe la femme qui les as libérés. Il paraît que, dans la vraie vie, ça ne se passait pas comme cela. J’ai juste deux questions : première « Qu’en savez-vous, vous étiez là ? » et seconde « Et alors ? ».

Il existe mille et un supports sur l’esclavage. Des livres, des films, des cours à l’école, qui ont pour objet de nous informer sur cette période lointaine de notre histoire et, au passage, de nous culpabiliser à des fins politiques. Rappelons que le Trône de Fer est une série de fiction destinée à la distraction. Pas à l’enseignement ou la repentance. Donc, si les esclaves libérés par Daenerys dans le Trône de Fer ont envie de la porter en triomphe et de faire ainsi une belle image pour nos télés, tant mieux.

Nous ferons au passage remarquer à ces militants qui souhaitent contrôler jusqu’à nos loisirs qu’il existe des pays ou l’esclavage a encore cours et ou il est, aujourd’hui, bien réels. Des pays qui ont, au passage, interdit la diffusion du Trône de Fer.

Voilà. La prochaine fois que l’on vous dira que le Trône de Fer, c’est le mal, plutôt que d’écouter votre interlocuteur, considérez-le comme il se doit : un aigri qui essaie de faire payer aux autres le fait qu’il a raté sa vie. Ceci n’a rien à voir avec le fait qu’on aime ou pas cette série, mais à celui qu’on voudrait la réécrire de façon plus « politiquement correcte » voire l’interdire.

2 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,

    Votre article est très intéressant, je vous félicite. Je trouve que certains points relèvent quand même de la caricature.
    D’autre part, tout média, tout support culturel est source d’apprentissage. Alors quand vous dites :
    « Rappelons que le Trône de Fer est une série de fiction destinée à la distraction. Pas à l’enseignement ou la repentance. »
    Quel intérêt à lire les livres, regarder la série alors ? Serait-ce pour se divertir. S’il est vrai que les puissants et les malins de ce monde ne peuvent pas encore contrôler ce toujours tout ce sur quoi nous nous attardons, il on en tout cas réussit une chose, ou presque. Pour beaucoup, la culture se résume aujourd’hui à du divertissement. Pourquoi aller au cinéma, lire un livre … ? Pour se divertir ?
    A Song of Ice and Fire / Le Trone de Fer / Game of Thrones sont des sources inépuisables pour s’enrichir l’esprit. Cette série à du succès oui, et les critiques qu’on entend beaucoup c’est « il y a de l’action » ou au contraire « il ne se passe rien ». Quand on aime cet univers, ce n’est pas pour suivre le mouvement ou pour s’occuper. Avant tout, cette saga est une grande pièce de théâtre pleine de joutes verbales de haute qualité. Les gens intelligents aiment les films, les livres, les séries et la culture en général pour ses mots et pour les sens que nous leur donnons … et pas pour l’occupation que cela constitue.

    Bonsoir.

    • Je suis assez d’accord avec vous. Toutefois l’ambition du Trône de Fer n’est pas d’être une série documentaire, mais, comme dirait Stephen King « une bonne histoire bien racontée ». Aussi, et tel était l’objet de mon propos, si pour des besoins de narration la série prend ses distances avec la réalité ou la vraisemblance, il n’y a pas lieu de le lui reprocher comme la faisait la personne visée dans l’article.
      Si l’on trouve dans le Trône de Fer des éléments pouvant nourrir la réflexion, le débat et l’analyse, tant mieux, mais gardons à l’esprit que c’est le bonus d’un scénario brillant, non pas son objet. Un peu comme si on reprochait à Hamlet de ne pas refléter fidèlement la vie au Danemark au temps de Shakespeare. C’est sans doute ce qui fait la différence entre une bonne oeuvre et une mauvais, ce qu’on appelle al profondeur.
      Aussi, pour la symbolique, la suite du récit, la portée de l’image, marquante, il eût été dommage de se priver du triomphe de Daenerys sous prétexte que quelques militants étaient remontés, mais hors sujet.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.