Pompes funèbres et terrorisme : pas de craintes à avoir

1
724
Un terroriste vient d’être arrêté par hasard alors qu’il projetait un attentat contre des églises. L’inquiétude doit elle gagner les pompes funèbres ? Apaisons la psychose… Sans manquer de prudence.
Coup de chance

C’est le Ministre de l’Intérieur qui l’a annoncé : un terroriste a été interpellé dimanche dans des circonstances rocambolesques. L’homme a été trouvé blessé en pleine rue. Aux secouristes arrivés sur place, il a expliqué qu’un agresseur lui avait tiré dessus en lui volant son sac à dos. Les policiers, intrigués, ont suivi les traces de sang jusqu’à un véhicule, qui s’est révélé être celui de la pseudo-victime, et contenir plusieurs éléments troublants qui ont mené à une perquisition de son domicile, ou ont été découvertes des armes et des notes laissant supposer qu’il préparait l’attaque d’un ou peut être deux églises.

Au delà du soulagement et du léger amusement que peuvent procurer l’arrestation de ce « loup solitaire » low cost, puisqu’il semblerait qu’il se soit lui-même tiré dessus accidentellement, une inquiétude surgit : toutes les communautés sont potentiellement des cibles de ces terroristes aveugles, et il n’y a pas suffisamment de forces de l’ordre pour protéger tous les édifices.

Pas de panique

Les cibles de ces intégristes islamistes sont aisément identifiables, ce sont tous les gens qui ne pensent pas comme eux. Ceci inclut les non-musulmans, mais aussi les musulmans qui pratiquent leur religion d’une manière qui n’agrée pas ces tueurs. Rien n’interdit de penser qu’un commando armé pourrait interrompre une cérémonies d’obsèques civiles à grandes rafales de kalachnikov, si l’on est un petit peu à cran.

Lire aussi :  Inscrivez-vous gratuitement au 1er Salon du Funéraire Grand Sud

A un gros détail près : isolés, dotés de peu de moyens, ces jihadistes cherchent des cibles symboliques. Et les obsèques de Monsieur-tout-le-monde n’ont pas la portée symbolique ou « prestigieuse » que peuvent revêtir les meurtres de Wolinski ou Cabu par exemple.

Surtout, ces terroristes effectuent des repérages sur ce type de cibles. Or, par définition, les obsèques ne se déroulent qu’une seule fois, et les cérémonies peuvent être plus ou moins fréquentées, plus ou moins longues… les variables sont multiples. Un terroriste qui veut réussir son coup visera plutôt la messe du dimanche, qui se déroule toutes les semaines à la même heure, au même endroit, qu’il aura repérée et observés plusieurs semaines d’affilée avant de passer à l’action… A moins qu’il ne se tire lui-même dessus accidentellement avant, bien entendu.

Mais de la vigilance

La plus grosse difficulté de notre métier, le fait que chaque cérémonie soit unique, devient un élément rassurant face à ce terrorisme « low cost », ce jihad près de chez vous.

Ceci n’exclut pas une certaine vigilance : même si la probabilité de tomber sous les balles d’un terroriste sont faibles, la profession présente une infinité d’autres dangers : agression par un membre de la famille désinhibé par la douleur de la perte, par un passant alcoolisé qui fait irruption dans l’église ou la salle de cérémonie…

Nous avions il y a quelques temps publié cet article à ce propos.

Donc, pas de paranoïa. Vous avez, surtout en province, plus de chances de gagner au loto que de mourir du terrorisme. Mais cela n’exclut pas la vigilance, ni de se sentir concerné, la nuance est de taille entre union national et psychose.

Lire aussi :  Le Groupe OGF va gérer le crématorium de Saint-Georges-de-Didonne

Guillaume Bailly

1 commentaire

  1. Le plus gros risque pour les opérateurs funéraires, à mon avis, c’est surtout l’afflux de cadavres si un attentat se produit et qu’un grand nombre de familles des victimes choisissent le même opérateur funéraire. Comment va-t-il faire pour gérer un tel afflux ? Je sais qu’il existe un plan en cas de décès massifs mais il faudra bien sépulturer les morts dignement, quand même.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.