Pompes funèbres : le travail en convoi pendant la canicule, conseils

0
532
marbriers et canicule

soleil Pompes funèbres : le travail en convoi pendant la canicule, conseilsLa canicule n’est pas encore officiellement là, mais ces considérations techniques ne doivent pas occulter l’extrême chaleur qui règne un peu partout, à commencer sur les convois. Conseils de survie.

Pour être officiellement une canicule, la vague de chaleur doit posséder une caractéristique essentielle : l’écart de température doit être faible entre le jour et la nuit, ne laissant pas à l’organisme le temps de récupérer.

Les convois n’attendent pourtant pas : imperturbables, les pompes funèbres se doivent d’être au rendez-vous, dignes et discrètes. Néanmoins, nous n’en restons que des hommes, sujets à la fatigue, et ces quelques conseils peuvent s’avérer décisifs.

Boire régulièrement de l’eau. L’alcool et les boissons sucrées sont à proscrire, surtout les sodas et colas. Une exception, la limonade : le citron qui entre dans sa composition fait naturellement saliver, ce qui évite le syndrome de la bouche sèche. Il faut boire environ un verre d’eau toutes les vingt minutes, que l’on aie soif ou pas, et privilégier en cela la régularité plutôt que la quantité. Une limonade à table, et une bouteille d’eau par porteur dans les véhicules de l’équipe pourvoiront aisément à cela.

Bien que cela apparaisse moins évident, le café et le thé vous aideront également. Les boissons chaudes augmentent la température du corps et créent une fine pellicule de transpiration qui aide à se rafraîchir. Encore plus curieux, il est préconisé de manger un peu plus salé. En effet, le sel donne soif, et aide ainsi à boire régulièrement, et conserve l’eau dans le corps. Il s’agit bien de manger UN PEU plus salé, pas beaucoup. Fuyez par ailleurs les plats conséquents ou gras.

Lire aussi :  Contrats obsèques, pompes funèbres : comment rivaliser face aux banques et assurances ?

Enfin, utilisez les brumisateurs, très efficaces, et n’oubliez pas de vous en servir également sur le sommet du crâne, même si vous êtes abondamment chevelu.

Trucs et astuces

N’oubliez pas que la famille souffre, elle aussi, de la chaleur, et se montrera, par conséquents, compréhensive, si cela est bien fait. N’hésitez pas à demander à ses représentants si cela ne les dérange pas que l’équipe tombe la veste. Petite précaution à prendre, veiller à ce que tout le monde soit habillé pareil. Si la dotation en uniforme de voter société comprend des chemises à manche longue et des chemisettes, veillez à ce que tout le monde ait la même longueur de manche. Les manches longues retroussées, par contre, ne sont pas acceptables, de même que les lunettes de soleil : vous êtes des professionnels du funéraire, pas des touristes ou des cow boys.

Si il est de coutume de laisser les porteurs sortir pendant la cérémonie religieuse, sachez cependant qu’une église est généralement fraîche, grâce à l’épaisseur de ses murs.

Si une céphalée, ou mal de tête, se déclare dû à la chaleur, n’utilisez pas systématiquement les cachets. Plutôt que de chercher à se rafraîchir la tête, ce qui est inutile, posez vous une bouteille d’eau froide, ou ce que vous trouverez, sur les côtés du cou : vous refroidirez ainsi le sang qui monte au cerveau et ferez baisser la tension. Cela suffit généralement.

Précautions à observer

Lorsque s’approche la fin de la cérémonie, autant que possible, faites quelques gestes d’échauffement discret. Passer d’une demi heure d’inactivité physique au soulèvement brutal d’un cercueil est idéal pour causer un malaise. S’échauffer hors de vue de la famille permet de préparer le muscle et de faire remonter la température du corps, afin d ‘éviter le choc.

Lire aussi :  AFNOR: La ville d’Istres distinguée pour son service funéraire

Enfin, l’employeur ne doit pas hésiter à ordonner, si ce n’est pas le cas, l’usage du chariot pour les portés de cercueils relativement longs ou les poids importants. Traverser tout un cimetière avec un cercueil en acajou massif contenant un défunt imposant par une température de 33 degrés à l’ombre, comme cela a été relevé en de nombreux points du territoire, est juste suicidaire.

Si un porteur se sent au bord du malaise, ne pas hésiter à faire diversion pour lui laisser le temps de se remettre, sortir les fleurs en premier, par exemple, si ce n’est pas le cas.

Mais il est important de réaliser que les malaises dus à la chaleur ne sont pas à prendre à la légère, leurs conséquences peuvent rapidement être fatales. Pas de question à se poser dans ce moments là, il faut appeler le 15 ou le 18.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here