Pompes funèbres : quand la famille fait de la provocation

1
986
provocation pompes funèbres famille

La famille peut parfois « tester » le conseiller funéraire, pour diverses raisons. Il convient de savoir comment se comporter en la circonstance, une subtile balance entre diplomatie et fermeté. Revue des situations et suggestion de traitements.

La provocation religieuse

Selon l’endroit ou vous vous trouvez, vous pouvez parfois subir une provocation de type religieux. Il faut savoir la distinguer. Pour cela, c’est très simple : posez vous la question de savoir si c’est légal ou illégal.

Ainsi, une famille traditionaliste peut exiger, par exemple, d’avoir la messe en latin. Ceci n’a rien d’illégal selon le droit séculier, mais décourageant et quasi impossible dans le secteur. Inutile, dans ce cas, de s’agacer. Il suffit, paisiblement, de rappeler à la famille que vous êtes un service neutre, et qu’ils s’expliquent avec l’évêché, dont vous pouvez d’ailleurs leur donner le numéro de téléphone. Autre astuce, encore plus simple : s’il y a une communauté Saint Pie X dans votre ville, ayez leurs coordonnées sous la main. Si vous allez les rencontrer, par contre, évitez de leur demander leur numéro de téléphone portable : l’hérésie n’est jamais loin…

Une autre forme de provocation consiste à refuser certains éléments comme le cercueil. Certaines religions préconisent une inhumation à même la terre, et les familles, dans le bureau, expriment systématiquement leur opposition à la boîte funeste. Là, c’est facile : le cercueil est obligatoire de par la loi, restez courtois mais ferme.

Surtout, n’hésitez pas : assénez à la famille « Désolé, mais si vous persistez dans votre attitude, je ne pourrai donner suite. Vous ne trouverez aucune pompe funèbre dans ce pays qui pourra accéder à votre demande. Je vous prierai donc de bien vouloir vous conformer à la loi, ou de sortir. »

Surtout, n’entrez pas dans une discussion, jamais. Vous perdriez des heures et beaucoup d’énergie en palabres inutiles.

La provocation mercantile

Il existe une autre forme de provocation, la provocation mercantile. Elle est sournoise. Et c’est la plus dangereuse.

La provocation mercantile est simple : la famille va vous piquer, constamment vous tarabuster. « On dirait que vous n’avez pas l’habitude » ou, face au cercueil « dites donc, vous ne doutez de rien » en désignant le prix, etc.

Un assistant ou conseiller funéraire chevronné n’y prête même plus attention, et répond généralement du tac-au-tac, par une remarque ironique. Ils n’en sont pas la cible.

La cible, c’est le ou la jeune assistant(e) funéraire qui va rentrer dans le jeu. L’erreur à ne pas commettre est pourtant quasiment un réflexe : un débutant, qui manque de confiance en lui, va essayer de répondre en expliquant, en se justifiant, et essayer de démontrer ses capacités professionnelles, le tout dans un état de stress intense. Il va ainsi, sans s’en rendre compte, donner des éléments à la famille.

Ce n’est pas de la perversité, une forme de torture gratuite, bien au contraire. Quelques jours après avoir réalisé le convoi, la pompe funèbre va recevoir, en recommandé, une longue lettre expliquant pourquoi la famille veut un rabais important, voire refuse de payer. Vont se retrouver listés, retournés contre lui, tous les éléments que l’assistant funéraire leur a donnés. Démarche d’autant plus facile que la famille, dans le bureau, a établi l’essentiel : faire en sorte que, confronté à leur présence ou à leur lettre, le débutant perde ses moyens, et donc, se défende très mal.

Si vous êtes confrontés à une famille comme cela, ce qui est, il faut le dire, régulier mais peu fréquent, ne vous justifiez pas. Votre travail est votre justification. Restez imperturbable, et, même, ne faites pas d’efforts. Déroulez votre argumentaire, point.

Parce que, face à la provocation, quelle que soit sa nature, quels que soient ses objectifs, il n’y a pas de solution miracle en restant dans les clous d’une démarche funéraire classique, de conseil et commerciale à la fois. En revanche, il y a un adage, qui m’a été donné par un professionnel expérimenté, et que je vous livre à mon tour : « Il y a des familles qu’il faut savoir laisser à la concurrence ».

1 commentaire

  1. On se serait bien passé de votre remarque ridicule ou calomnieuse sur la fraternité Saint-Pie X. Merci de rester neutre et de respecter toutes les sensibilités.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.