Pompiers et saucisses, copains comme cochons

0
145
pompiers saucisses copains comme cochon

Les soldats du feu risquent leur vie à chaque intervention pour sauver des vies, et la gratitude qui leur est exprimée n’est pas toujours à la hauteur de l’enjeu. On ne pourra pas en dire autant pour ces pompiers du sud de l’Angleterre, puisque les rescapés ont donné de leur personne pour les remercier autour d’un barbecue.

Février, ciel plombé

Nous sommes au mois de février, en ce météorologiquement morose début d’année 2017, et les sirènes des pompiers troublent la verdoyante campagne anglaise d’habitude si calme. Une ferme est en feu.

Sitôt arrivés sur place, les pompiers se déploient, prennent la mesure de l’urgence, et se rendent compte que le stock de foin, ou le sinistre a débuté, est fichu. Les 60 tonnes ne sont pas sauvables. En revanche, deux truies et dix huit porcelets, dans un hangar contigu, sont prisonniers et directement menacés par les flammes.

N’écoutant que leur courage, les pompiers arrosent le feu pour le contenir, et, pénétrant dans le bâtiment, en sortent les animaux, sauvant ainsi leur vie. Une version pyrotechnique du petit chat coincé dans l’arbre, en quelques sortes.

Fin de l’histoire. Ou presque. Rachel Rivers propriétaire de la ferme, promet de les remercier dignement.

Copains comme cochons

Six mois et un jour plus tard, Rachel Rivers retourne la station pour tenir sa promesse. Elle apporte un cadeau aux pompiers : les porcelets sauvés des flammes. Situation transitoire, puisque c’est sous la forme de saucisses pour barbecue que les petits cochons viennent remercier leurs sauveurs.

Les pompiers de la Pewsey Fire station ont partagé leur plaisir sur leur page Facebook, avant de retirer le message : « Tout juste six mois et un jour après que les pompiers eurent sauvé 18 porcelets d’un feu, nous avons pu goûter le fruit de nos efforts de cette nuit de février. Un grand merci à Rachel Rivers. Si certains de nos abonnés font un barbecue pour le long week-end, cherchez ces saucisses, elles sont fantastiques »

Les protecteurs des animaux se sont offusqués que les soldats du feu puissent ainsi manger des animaux dont ils avaient préalablement sauvé la vie. Rachel Rivers a expliqué que ces animaux étaient, de toute façon, destinés à la consommation humaine, que ce n’étaient pas des animaux domestiques.

Les pompiers, eux, n’ont pas commenté. Pourtant, ce sont de fins gastronomes. Comme le disent tous les grands chefs, le problème, ce n’est pas de cuire le cochon, le problème, c’est de ne pas le cuire n’importe comment.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.