Portes ouvertes à la chambre mortuaire de Bichat samedi 20 mai 2017

0
435
Chambre mortuaire de Bichat
Chambre mortuaire de Bichat, capture d'écran Libération

La chambre mortuaire est souvent le lieu caché, le lieu tabou et donne droit par conséquent à toutes sortes d’imaginations sur ce qui s’y passe. Le voile se lève désormais grâce aux portes ouvertes de l’Assistance des Hôpitaux-Paris, où la chambre mortuaire Bichat sera ouverte à tous, demain, samedi 20 mai 2017.

« 1.400 brancards franchissent chaque année les portes d’entrées du «service de soins de la chambre mortuaire» du XVIIIe arrondissement » révèle Libération.

Yannick Tolila Huet est la responsable de ce service. La chambre mortuaire, nous le savons, sert à conserver les corps avant l’organisation des obsèques. Seuls donc les familles des défunts y accèdent, les brancardiers et les opérateurs de pompes funèbres ainsi que les thanatopracteurs pour y réaliser les soins de conservations. Comme dans beaucoup d’hôpitaux, ici ce sont les agents de services mortuaires qui réalisent les toilettes afin de présenter les corps à la famille.

Christelle Plutus est aide-soignante dans ce service composé de cinq autres personnes. Elle relate avec beaucoup de tact l’ambiance particulière qui se dégage de ces lieux.

Anecdotes sur les tenues des défunts, conversations, rires et larmes, psychologie aussi, le service mortuaire est le lieu de tous les possibles et de toutes les confidences.

Une manière aussi de mettre en avant un métier peu connu celui d’agent d’amphithéâtre dont je vous parlais il y a peu ici. Le métier évolue et de « caché » il devient celui qui prend en charge les morts dans une démarche positive.

Un métier difficile certes, mais où une attention particulière est apportée à chaque défunt. Pour les agents du service, dont certains sont issus des soins palliatifs, la mort marque la fin de la douleur, souvent difficile à gérer et à vivre au quotidien, la chambre mortuaire est donc paradoxalement un lieu apaisé. La mort revêt un caractère de chagrin mais avec quelque chose d’apaisant. C’est aussi une manière de relativiser sur le caractère éphémère de la vie.

Lire aussi :  Avis de décès - Monsieur Georges PETIT
Des portes ouvertes qui attireront sans nul doute les curieux et qui, on l’espère ouvriront un peu plus les consciences sur la vie et sur la mort, et surtout sur le trait d’union entres les deux.

Pour aller plus loin : https://www.funeraire-info.fr/agent-damphitheatre-focus-sur-la-profession-oubliee-84718/

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here