Le Poulpe, pour l’attendrir, il faut lui taper dessus : interview

0
779
Serguei DOUNOVETZ (© Dominique Forma)

J’ai appris à lire, comprenez par-là à aimer lire, il y a pas loin de trente pige avec trois types, tout d’abord un commissaire de police, puis sont arrivés plus tard un anarchiste et un voyou…

Sarko-176x300 Le Poulpe, pour l'attendrir, il faut lui taper dessus : interview Autrement dit : San-Antonio, Gabriel Lecouvreur dit « le Poulpe » et Yann Lepentrec dit « le Doberman ». J’ai la chance, trois décennies plus tard de retrouver de temps à autres les aventures des deux premiers, le troisième ayant pris sa retraite.

Lors du salon de Montigny-les-Cormeilles l’hiver dernier, je fais la rencontre de Serguei DOUNOVETZ1, l’homme a commis un Poulpe, qui date maintenant de presque deux ans à l’heure où j’écris cette chronique, mais comme je n’ai pas encore lu cet opus, je l’acquière après avoir conversé Serguei.

Le poulpe, si vous n’en avez jamais entendu causer, chose rare vu l’immense culture que possède le lectorat de Funéraire-Info, est un héros crée en 1995 par Jean-Bernard Pouy et Didier Deaninckx, de son vrai nom Gabriel Lecouvreur, il est un personnage libre, curieux, contemporain, qui a eu quarante ans en l’an 2000.C’est un véritable fouineur, pour son propre compte, dans les failles et les désordres apparents du quotidien. Ces aventures démarrent toujours d’un petit fait. Il est tout sauf un vengeur, le représentant d’une loi ou d’une morale, c’est un enquêteur plus libertaire qu’autre chose, et surtout il est un témoin des dérives de notre époque…Encore un détail, ce surnom de Poulpe lui vient de ses bras un peu plus longs que la moyenne qui font penser à des tentacules du céphalopode susnommé.

Sarko et Vanzetti, l’opus de Sergei, date de 2012, et le regret que j’ai eu à la lecture de ce livre, c’est de ne pas l’avoir lu à sa sortie, car dans la catégorie Poulpe dans l’actu chaude où Gabriel est remonté, il doit être en pole position, il suffit pour s’en rendre compte de lire le quatrième de couverture :

S’appeler SARKOPHAGE et fabriquer des armes, c’est déjà pas à la portée du premier venu. Mais quand le patron est en plus porte-parole du PMU, parti minable unifié, et qu’il décide de délocaliser son usine au bout du monde, ça ressemble à de la provocation… Surtout quand on a parmi ses ouvriers un leader anarcho-syndicaliste qui s’appelle Vanzetti.

Des magouilles, des injustices, un vieux pote à sauver de la panade : voilà les ingrédients d’une nouvelle aventure du Poulpe, en prise directe avec l’actualité politique et sociale du moment.

Le cahier des charges du Poulpe est respecté, oui chaque Poulpe est écrit par un auteur diffèrent, qui se doit de respecter un cahier des charges, comment ??

Comme un Embaumeur2 dis-tu ?? Voilà, c’est ça, j’aime que les lecteurs suivent…

Je disais donc que Serguei a respecté les doses afin que la sauce de son Poulpe prenne, d’ailleurs il a même forcé sur les épices anarcho-libertaires, mais cela relève le plat, le corse un peu plus, ça pique un peu les yeux, ce qui permet de les ouvrir plus grand et de voir les dérives de notre monde dues à cette soif d’argent et de pouvoir de certains. De plus cela ne le rend pas indigeste loin de là, car comme d’habitude, Gabriel ne change pas ses bonnes habitudes et déguste de succulentes bières3 pour faire passer le tout.

Si le Poulpe est un libertaire engagé, il le doit à l’anarcho-syndicaliste Vanzetti. Gabriel apprend que son vieil ami a été arrêté pour le meurtre d’un vigile. La victime a été retrouvée avec un joli sourire kabyle dans le bureau du boss de la SARKOPHAGE, là où des documents compromettants ont été volés. L’usine est en grève depuis pas loin de 60 jours. Rentabilité oblige, c’est en Chine qu’elle va être délocalisée. Les ouvriers veulent une indemnité de 30000 Euros, le patronat lui veut filer 3 000 Euros. Le conflit semble dans l’impasse, le ton monte, les CRS cantonnent devant la boite, la direction fait la sourde oreille aux revendications syndicales. Le patron n’est autre que Félix Lache, porte-parole du parti politique majoritaire, le PMU. C’est son témoignage qui accuse Vanzetti. Vanzetti a bien un alibi, mais il ne veut compromettre personne. Entre Vergeat, le flic des RG qui cherche à enchrister Gabriel, les guerres de clans dans la cité, une Chéryl qui a des poussées de libido, le Poulpe aura fort à faire pour disculper son vieux pote.

Sébastien MOUSSE : Bonjour Serguei, je n’ai pas trouvé dans ce livre « Toute ressemblance avec des personnages existants ou ayant existé ne serait que pure coïncidence », c’est un oubli ?

©-Dominique-Forma-300x300 Le Poulpe, pour l'attendrir, il faut lui taper dessus : interview
Serguei DOUNOVETZ (© Dominique Forma)

Serguei DOUNOVETZ : En effet, j’ai pris pour toile de fond le conflit des Contis (les pneus Continental), une lutte qui avait fait du bruit. Mais les patrons voyous ne lisent pas Le Poulpe, certains même ne savent pas lire du tout. Il était donc inutile de mentionner cette formule.

SM : Une fois ce livre lu, on se rend compte que tu partages les idées de Gabriel, cela a dû être un plaisir de faire ce livre en ce cas ?

SD : JB (Jean-Bernard Pouy) m’avait demandé en 1998 d’écrire un Poulpe. Il considérait que pour moi ce serait du cousu main. À l’époque, j’ai décliné, parce que justement Gabriel Lecouvreur était trop proche des personnages de mes bouquins. De plus, je venais de sortir un polar au Fleuve Noir dans lequel la compagne du personnage principal tenait un salon de coiffure. Ça faisait un peu beaucoup. Finalement, j’en ai fait un dix ans plus tard. Oui, c’était plaisant, j’avais l’impression d’avoir écrit la bible de la série.

SM : Sous une écriture non dénuée d’humour, tu dépeins dans cet opus une facette de la France teintée d’acide, certaines dérives de la société. C’était il y a deux ans, tu es plus optimiste maintenant, ou c’est pire ?

SD : Il suffit d’ouvrir les yeux, ça va de plus en mal. Non, je ne peux pas être optimiste. Le propre du Poulpe est de dénoncer ce qui ne tourne pas rond, chaque opus se doit d’être une satire sociale. Si j’écrivais Sarko et Vanzetti aujourd’hui, Gabriel serait encore plus radical, il leur enverrait une bombe sur la gueule avec son Polikarpov à ces enfoirés.

SM : Tu es quand même un type qui a un sacré parcours : factotum, huissier dans une banque, colleur d’affiches, coursier, ripeur, sauveteur en mer, maître-nageur à la ville de Paris, chauffeur de maître, roadie sur les grands concerts, machiniste au Lido, guitariste, chanteur, parolier, scénariste, réalisateur et enfin écrivain, et encore, j’en ai peut-être oublié…Ca y est, tu as trouvé ta voie ?

SD : J’ai trouvé ma voix très tôt, chanteur de Rock, et à 13 ans j’avais déjà décrété que j’étais le plus grand poète du monde avec Pablo Neruda et Prévert.

Maître-Nageur, machino, etc… tous ces jobs étaient uniquement alimentaires. Ça fait un quart de siècle que je suis publié : Polar, fantastique, SF, jeunesse, scénarios BD… Ma voie a toujours été l’écriture, j’écris depuis l’âge de 12 ans.

SM : Quelle est ton actualité littéraire du moment ?

SD : Je viens de sortir en janvier, chez Syros-Collection Souris noire, « Niki Java traque la banque », la quatrième enquête de ma série Niki Java pour les ados.

Je termine un gros polar transgenre, dedans il y a du western et du vampire, dans l’esprit « du Livre sans nom » chez Sonatine.

Et j’ai attaqué mon prochain Chefdeville, le nom de ma mère sous lequel je signe des récits aux éditions Le Dilettante.

SM : Merci d’avoir répondu à ces quelques questions pour Funéraire-info.

SD : De rien mon copain, et le bonjour à la camarde.

1 http://serguei.dounovetz.monsite-orange.fr/

 

2 Retrouvez les aventures de Luc Mandoline sur www.atelier-mosesu.com

 

3 Sache lecteur, mon ami, que j’ai ce point commun avec le Poulpe, la bière, si tu aimes mes chroniques, que tu as des bières particulières à me faire découvrir, les webmasters te transmettront mon adresse, merci.

MOUSSE-Sébastien-©SELEN-DE-CONDAT-252x300 Le Poulpe, pour l'attendrir, il faut lui taper dessus : interview
Sébastien MOUSSE ©SELEN-DE-CONDAT

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.