Pour plus d’examens, la momie passe sous scanner

0
122
La momie Nésy-Khonsou-Pa-Khéred

La momie, collection depuis 184 ans du Musée Emmanuel Liais, à Cherbourg dans la Manche, Nésy-Khonsou-Pa-Khéred, qui a été rapportée au 19e siècle d’Égypte, est l’objet d’études scientifiques, pour la première fois, afin de connaitre l’identité de ce corps, vieux de plus de 3 000 ans, et momifié.

La momie a été retirée de sa vitrine depuis lundi 19 septembre 2016, car les scientifiques veulent confirmer son identité, son sexe ainsi que les circonstances qui ont entrainé sa mort. Mercredi, ils lui ont passé un scanner à l’hôpital pour que ses secrets soient percés.

C’est à l’hôpital Pasteur de Cherbourg, au service Imagerie médicale, mercredi à 17 heures que la momie a pris rendez-vous. La responsable scientifique de muséum, Éliane Paysant a expliqué qu’un scanner et des radios vont permettre de connaître à qui appartient ce corps momifié.

La momie qui est transportée délicatement, pour ces examens, dans un sarcophage spécial a subi un scanner et une radio en fin d’après-midi. C’est aux services de radiologie de l’hôpital Pasteur de Cherbourg que la première étape a eu lieu.

Les opérations ont été supervisées par le chef du service d’imagerie médicale du centre hospitalier public du Contentin, le docteur Vlad Tudorache. Le docteur ne s’attendait pas à voir que sous les bandelettes, les os ont été mélangés. Pour l’instant, le sexe de la momie n’est pas encore identifié et il va falloir faire une reconstitution informatique du corps. Plusieurs semaines devraient être nécessaires pour qu’il y ait une réponse à cette question.

Normalement, c’est en décembre que son âge est censé être connu, juste avant une exposition qui sera présentée et dédié en janvier 2017. Sans oublier la réalisation d’une datation au carbone 14.

Lire aussi :  Revue de presse du funéraire du 18 juillet 2017

La momie qui a été installée dans le Cotentin en 1832 a toujours été présentée comme une femme. Son nom, Nésy-Khonsou-Pa-Khéred, qui n’est mentionné que sur le sarcophage, a été même connu grâce au célèbre spécialiste des hiéroglyphes Champollion. Seulement, les Égyptiens recyclaient parfois les cercueils.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here