Pourquoi il faut aller voir Split de M. Night Shyamalan 

0
602
split M. Night Shyamalan

Manoj Nelliyattu Shyamalan, plus connu sous le nom de M. Night Shyamalan, est un type formidable. Parce qu’après avoir vu Sixième Sens, on s’était persuadé d’avoir trouvé le nouveau Hitchcock, qu’après avoir vu Le Dernier Maître de l’Air on s’était persuadé de l’avoir perdu, et qu’enfin, après The Visit, on sait qu’on l’a retrouvé.

Bonne raison 1 : ce gars a fait Sixième Sens

A ce stade, il me semble indispensable de vous signaler que la suite est pleine de spoils.

Sixième Sens, c’est quand même le film qui a démontré que Bruce Willis était un sacré bon acteur, ce que les derniers « Die Hard » avaient eu tendance à faire oublier. Et aussi, le film qui a démontré que le jeune M. Night Shyamalan était un scénariste doué, audacieux et inspiré.

Rappelons l’histoire de Sixième Sens : Bruce Willis est un psychiatre reconnu, qui se fait tirer dessus par un jeune patient qu’il n’est pas parvenu à soigner. Un an plus tard, il rencontre un petit garçon au comportement anormal, persuadé de voir les morts, plus précisément les fantômes des personnes décédées, mais qui restent dans notre monde parce qu’elles ne savent pas qu’elles sont mortes.

Et le coup de génie est là : on se rend compte au fur et à mesure que le petit garçon (Haley Joel Osment, impressionnant), dit la vérité, la preuve en étant le retournement final, à savoir que le personnage de Bruce Willis, lui aussi, est mort, tué par son patient, un an plus tôt, ce que lui, et le spectateur, ignoraient.

On revoit alors le film une seconde fois, avec cette information cruciale en tête, et on réalise alors que M. Night Shyamalan est un génie : il a passé tout le film à nous le dire, et on n’a rien vu.

M.-Night-Shyamalan Pourquoi il faut aller voir Split de M. Night Shyamalan Bonne raison 2 : ce gars sait rhabiller les mythes pour l’hiver

On se demandait quel serait le « twist », ce retournement de situation final, dans Incassable. Dans ce film, Bruce Willis, encore lui, est abordé par un homme, joué par Samuel L Jackson, atteint de la maladie des os de verre. Parce que Willis est le seul survivant d’un accident de train, il semble important de le signaler, dont il s’est tiré sans aucune égratignure.

Samuel Jackson lui explique que Bruce Willis est un authentique super héros, doté de supers pouvoirs, et que le collectionneur de comics malade le cherche depuis longtemps. Effectivement, au fur et à mesure, on réalise, en même temps que le personnage de Bruce Willis, que c’est vrai.

Le retournement final, tout à fait inattendu, est presque aussi stupéfiant que celui de Sixième Sens, mais moins génial, dans ce sens où le réalisateur triche un peu en ne donnant pas tous les éléments au spectateur. Mais le réalisateur confirme son talent inné pour les scénarii recherchés.

Bonne raison 3 : ce gars est de retour

Après quelques années à tourner des films au budget colossal inversement proportionnel à leur recherche scénaristique, M. Night Shyamalan revient, avec The Visit, d’abord, et Split ensuite, à ce qu’il sait faire le mieux : des intrigues extrêmement fouillées, un cinéma au plus près des personnages, un budget limité qui lui permet d’envoyer promener les studios et de garder la maîtrise de son film.

Une critique ? Pour quoi faire ? Il suffit de signaler ce dont tout le monde convient : le M. Night Shyamalan de Sixième Sens est de retour. Une phrase suffit, pas besoin de carte de visite.

« Split » de M. Night Shyamalan, actuellement au cinéma.

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.