Pratique : le choix du cercueil, moment crucial (1/2)

1
2487

En réception de famille, le choix du cercueil est un moment crucial, qui convient d’être abordé avec doigté. Quelques conseils pour désamorcer cet instant.

cercueil-300x225 Pratique : le choix du cercueil, moment crucial (1/2)Le moment

Le choix du cercueil ne se fait jamais en début d’entretien. Ceci pour plusieurs raisons.

Lorsque la famille arrive aux pompes funèbres, elle ne sait pas, sauf cas rares, ce qui va se passer. Probablement, les proches sont encore dans le choc du décès, une des deux premières phases du deuil, le déni ou la détresse. Il est important pour eux de prendre le temps de les recevoir, de leur expliquer le déroulement des opérations, afin qu’ils puissent matérialiser la réalité du décès, et se rassurer : ils ne sont pas seuls, un professionnel compétent va les aider. Ainsi, lorsque la famille va choisir le cercueil, elle n’est plus en situation de détresse face à un parfait inconnu, mais en confiance avec une personne compétente.

La deuxième raison, c’est que le cercueil est un élément important : dans l’esprit d’une famille, c’est dans ce réceptacle que le corps de leur proche reposera pour l’éternité. Elle doit donc pouvoir le choisir en toute tranquillité, l’esprit dégagé de « quand auront lieu les obsèques ? Qu’est-ce qu’il faut que je fasse ensuite ? » etc…

Parlons d’argent

Pour libérer la famille, une solution consiste à faire un premier devis avant le choix du cercueil. Cela implique que tout soit défini : la chambre funéraire, les soins de conservation, les tiers… Faire un point avant le choix du cercueil sur les dépenses Et les aides (paiement par la banque, par notaire, mutuelle etc…) permet à la famille de faire un point sur son budget et de choisir un cercueil en fonction de celui-ci, souvent plus onéreux que le modèle qu’ils auraient choisi en étant dans le flou. Attention, cette méthode requiers de la maîtrise : une estimation fausse du montant d’une mutuelle, par exemple, ou d’un prix de tiers, qui fausserait dans un sens ou dans l’autre le budget de la famille, et c’est vous qui en serez tenu pour responsable.

Lire aussi :  AdVitam, comment se faire rembourser les frais d’obsèques ?

Ensuite, essayez de cerner la CSP de la famille et de ne pas insister sur des gammes de cercueils qui ne les concernent pas. Une famille a bas revenus pourrait s’agacer de vous voir faire l’éloge de votre gamme de prestige qu’elle voudrait bien mais n’a pas les moyens de s’offrir, et une famille aisée pourrait également mal prendre que vous proposiez un cercueil d’appel pour indigents. Présentez toute la gamme, sans faire d’impasse, mais glissez rapidement sur les gammes dont vous êtes absolument certain qu’elles ne concerneront pas les gens que vous avez en face de vous.

Phraséologie

Il faut se méfier du langage : conçu à l’origine pour que les chasseurs cueilleurs se coordonnent entre eux pour attaquer le même aurochs ou se prévenir de l’arrivée d’un ours brun, il a, depuis que nous ne vivons plus dans des cavernes et que aurochs et ours se font rares en nos contrées, subi des évolutions qui élèvent la sémantique au niveau de science complexe.

En d’autres termes : les mots que vous entendez n’induisent pas forcément leur signifiant pour dénonciateur.

Je vous sent perplexes prenons un exemple simple, un cas vécu. J’étais avec une famille, une fois, qui m’avait expliqué par A + B que leur père, le défunt, était quelqu’un de très simple, et qu’il aurait souhaité un cercueil très simple. Ils m’ont en effet acheté un cercueil très simple… De leur point de vue. Une bière façon Art Déco, aux formes très épurées, en acajou massif, qui valait très exactement

cinq fois plus que le modèle dont j’étais persuadé qu’ils allaient le choisir.

Lire aussi :  PFG, première marque du funéraire pour les Français

Le plus simple pour éviter tout impair ou toute mauvaise compréhension de ce qui est « simple » ou pas ? Ignorez totalement ce que les gens vous disent. Et si ils vous demandent conseil, expliquez-leur : ils sont parfaitement aptes à comprendre que « simple » ne veut pas dire la même chose d’une personne à une autre.

La deuxième et dernière partie sera à suivre la semaine prochaine même jour, avec quelques astuces et ce qu’il ne faut SURTOUT pas faire.

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.