Présidentielle 2017 : quel programme pour le funéraire ?

0
254
Elyséee président 2017 funéraire

Depuis hier soir, toutes les forces sont en place, sauf imprévu : on connaît la liste des six candidats principaux de l’élection présidentielle et celle des plus petits. Il est temps de passer aux programmes, et, en ce qui nous concerne, aux sujets liés au funéraire que nous aimerions voir les candidats aborder. Sans trop d’illusions…

Et l’Elysée sera occupé par…

Benoît Hamon, François Fillon, Emmanuel Macron, Marine Le Pen, Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon sont les six candidats qui, aujourd’hui, sont à la fois candidats à l’élection présidentielle et assurés d’avoir les 500 signatures nécessaires pour cela. Ce six là concourront donc pour l’Elysée, sauf désistement ou alliance de dernière minute.

Parmi ces noms, sans doute le futur président ou la future présidente. Maintenant que la situation est, sinon limpide, du moins clarifiée, sur les forces en présences, ils vont annoncer leurs propositions et programmes, et, certainement, répondre aux interrogations de français.

Ce qui tombe bien : nous, des français, on en connaît plein, et ils occupent toutes et tous des emplois dans le funéraire. Devinez de quoi on aimerait voir parler les candidats ?

Revenir sur les mesures prises ?

Que deviendront les deux mesures prises pendant le quinquennat, toutes les deux d’initiative parlementaire : les devis en mairie et la cérémonie d’obsèques laïques ?

Les devis en mairie, on a assez dit, en long, en large et en travers, tout le mal que nous pensions de cette mesure, quasiment inapplicable sur le terrain, et ajoutant une contrainte supplémentaire et superflue aux pompes funèbres. Superflue, surtout, à l’heure d’internet et de la transparence, ou les familles peuvent accéder en ligne à toutes les informations dont elles peuvent avoir besoin et ou elles n’hésitent plus à faire des devis comparatifs.

Quand à la cérémonie d’obsèques laïque, elle est du même tonneau : concernant finalement très très peu de personnes, l’immense majorité des familles concernées optant pour les cérémonies civiles proposées par les pompes funèbres, elle sème le trouble parmi, justement, ces familles, fait une concurrence totalement déloyale aux pompes funèbres qui ont fait un véritable de travail de création autour de l’hommage civil, et sera, de plus, une épine dans le pied des élus, leur phagocytant temps et place.

La crémation

Quid du plan d’installation des crématoriums ? Ébauché, détaillé, négligé, celui-ci est aujourd’hui n’a pas plus de conséquences que le papier sur lequel il est imprimé. Des crématoriums continuent de se construire parfois à proximité d’équipements existants tandis que des territoires sont encore sous-équipés.

Un futur président précisera-t-il un projet de schéma d’implantation des crématoriums, libéralisera-t-il le secteur à l’anglo-saxonne… Ou laissera-t-il les choses en état vaille que vaille ?

Autre sujet, l’application de la norme anti émission désormais imminente. Il revient au pouvoir en place de prendre les décisions sur les destinées des équipements qui ne seront pas aux normes. Fermeture ? Sanction financière ? Délai supplémentaire ? Mise sous le tapis ?

La thanatopraxie

Concernant la thanatopraxie, reste à traiter la question des soins de conservation sur les patients atteints de HIV ou d’hépatite. Les familles, les intéressés, les thanatopracteurs, attendent que, dans un sens ou dans l’autre, une décision ferme et claire soit prise. La mesure serait prise par voie réglementaire par la ministre de la santé pour octobre 2017. On sait déjà que le président actuel ne se représentera pas, et que le prochain gouvernement, ses orientations et ses décisions ne sont pas les même. Une décision ferme et définitive sera-t-elle prise ?

Un autre sujet a surgi avec fracas : les progrès de la médecine, et particulièrement en matière de pacemakers. Quelques problèmes se sont posés pour des défunts équipés de pacemakers quasiment indétectables, impossibles à enlever pour qui ne dispose pas des équipements et de la formation adéquate, et chirurgiens et thanatopracteurs se renvoient la patate chaude. Il reviendra aux pouvoirs publics de clarifier les choses et d’autoriser de nouvelles procédures, parce que ces cas vont augmenter exponentiellement, et la situation va devenir explosive…

L’écologie

Les « obsèques vertes ». Vaste sujet. Si l’écologie n’est ou n’est pas au cœur des programmes (tout dépend du candidat), les réflexions sont menées par différents acteurs de la société. Tant au niveau des fournisseurs du secteur funéraire que de la Commission Européenne, sur des orientations souvent opposées.

Le sort des cercueils en carton, le devenir de l’inhumation, les futures normes de crémation, l’utilisation de pesticides dans les cimetières, les nouvelles techniques comme l’aquamation… Faut il laisser les commissaires européen inventer des normes et nous les imposer, ou prendre l’initiative ? Le sujet viendra inévitablement sur le tapis un jour ou l’autre. La question sera : le personnel politique en place s’en sera-t-il saisi pour être à l’initiative, ou subira-t-il les décisions de bureaucrates supranationaux ?

Espoir, fol espoir

Mais tout cela n’est que fol espoir. Il y a fort à parier que les candidats se garderont bien d’évoquer le sujet, peu porteur et sensible.

Rappelons qu’en 2012, au tout début de Funéraire Info, nous avions sollicité tous les candidats à la présidentielle de l’époque. Les deux seuls à nous répondre avaient été Philippe Poutou, qui avait indiqué, par la voix d’un camarade « Il veut bien répondre, mais il n’a pas d’idée sur le sujet, il voudrait attendre un peu de voir ce que les autres en diront » et Eva Joly, qui s’était engagée à répondre sous une semaine. Cinq ans plus tard, nous attendons toujours…

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.