Quel avenir pour les thanatopracteurs?

3
1622
soins chaudement recommandés

Au lendemain du vote de la loi de santé de Marisol Touraine autorisant les soins sur les défunts porteurs d’hépatites et Hiv, nous pouvons nous poser des questions.

En effet, cette loi a été examinée par un petit nombre de députés en accord avec les formations politiques qui étaient présentes ce jours-là. Les quelques débats qui en sont ressortis se sont traduits par une victoire de la société contre les thanatopracteurs qui faisaient de la discrimination en refusant de pratiquer ces soins. La Ministre de la santé ainsi que Monsieur Romero, qui est à l’origine de cette « bataille », viennent de ne nous faire passer aux yeux de la population pour des gens intolérants et homophobes.

Il serait judicieux de leur rappeler que ce n’est pas nous qui discriminons, mais l’Etat lui-même. Le travail n’est pas fait correctement avant que le thanatopracteur intervienne. Le certificat de décès n’ayant pas changé et associant la mise en bière immédiate aux maladies infectieuses alors que ce n’est plus le cas depuis quelques années, a contribué à cette discrimination ? Ainsi on interdit la toilette et la présentation de ces défunts. D’autres part ,Monsieur Romero prétend qu’il n’y a aucune étude sur la transmission des maladies infectieuses du cadavre à l’homme (alors que L’IGAS, dans son rapport, nous dit que le risque d’exposition au sang pour le thanatopracteur est de 8 sur 10 ), mais il oublie de rappeler qu’il est interdit de pratiquer des soins de conservation sur ces corps.

Lorsqu’on prend la peine de chercher un peu, on trouve pourtant des études et aux États Unis, des cas de contamination de Thanatopracteurs par des cadavres ont été démontrés.

Lire aussi :  Thanatopraxie: Information aux familles sur les soins de conservation

Je suis inquiet pour l’avenir des Thanatopracteurs français. La loi ne prévoit pas d’information sur les pathologies. Pourquoi devons-nous prendre autant de risques ? Le thanatopracteur n’est pas un médecin, qui soigne et sauve des vies tout en travaillant dans des conditions d’asepsie et de sécurité qui ne sont pas du tout les nôtres. Les laboratoires des funérariums, lorsqu’ils ne sont pas tout simplement insalubres, ne sont pas aussi fonctionnels qu’un bloc opératoire. Et que dire des morgues, souvent situées à coté des cuisines et qui sont parfois sales et malsaines. Marisol Touraine va-t-elle vraiment tout mettre en œuvre pour remédier à ce problème ?

Cette loi inclut également l’interdiction des soins en domicile et c’est évidemment une bonne chose pour le thanatopracteur mais cela va certainement poser un problème de logistique pour les pompes funèbres, voire une discrimination financière pour les familles qui vont devoir payer un surcoût de transport du domicile au funérarium ou à la morgue les plus proches. Cela implique du personnel et une perte de temps pour les pompes funèbres qui sont souvent débordées par des cérémonies. Peut être cela provoquera-t-il une baisse des demandes de soins de conservation pour les défunts qui resteront chez eux et finalement une sorte de retour en arrière ou à contrario un formidable moyen pour ces entreprises de garder ces corps dans leur funérarium après les soins leur évitant la fastidieuse tache d’organiser des obsèques en domicile. Mais la France reste fidèle à ses traditions et veiller le corps au domicile fait partie de nos coutumes.

Lire aussi :  Nombre de places offertes à la formation pratique en vue de l'obtention du diplôme de thanatopracteur

Nous avons tenté de nous faire entendre par Madame Touraine, mais elle nous oppose un silence royal. Nous ne sommes qu’une poignée de professionnels et d’électeurs face aux associations de défense des droits des séropositifs que nous respectons mais qui stigmatisent eux-mêmes les séropositifs en les associant systématiquement à l’homosexualité. Monsieur Romero n’a malheureusement pas souhaité entamer le dialogue avec les thanatopracteurs , préférant nous discréditer en nous faisant passer pour une profession sectaire et homophobe, alors que nous aurions sûrement pu avancer ensemble sur le sujet .

Le seul point positif dans tout ceci, est que cette crise a resserré les rangs au sein de la thanatopraxie. Nous allons essayer de continuer le combat pour une évolution de notre métier car c’est aujourd’hui qu’il faut agir pour que les générations futures soient protégées contre une recrudescence de maladies professionnelles et il va falloir que l’État assume son choix de nous avoir contraints à nous exposer à ce genre de maladies. Hélas, peut-être les futures études sérieuses arriveront-elles trop tard…

Je conclurai par une pensée pour le personnel soignant coordinateur de prélèvement d’organes qui fait un travail extraordinaire avec les familles en deuil pour essayer de trouver des donneurs qui manquent cruellement, car se passer de l’autorisation des familles va probablement conduire un grand nombre de personnes à s’inscrire au registre des refus.

Par Sébastien Boukhalo

Note de la rédaction: la loi Santé de MST a été adopté en première lecture à l’assemblée nationale, elle devrait passer au Sénat en juillet et sans doute repartir en seconde lecture à l’assemblée avant la fin de l’année 2015.

3 COMMENTAIRES

  1. Alors je ne suis pas tanatho et je suis pour le respect dû aux morts mais plus encore, je suis pour la sécurité des vivants. Il m’apparaît que ce point de la loi est une autre forme de discrimination, celle envers les tanathopracteurs, dont on se fiche qu’ils risquent d’être contaminés. Il n’y a peut-être pas beaucoup de risques mais tant que le risque existe, que l’on n’a pas prouvé par A + B que le danger est nul d’être contaminé par l’hépatite ou le VIH, il faudrait s’abstenir d’imposer des soins à des défunts atteints par ces pathologies. Je refuse de les discriminer, c’est une certitude. Mais je ne me ferai jamais à l’idée qu’un tanatho prenne le risque d’une contamination en pratiquant des soins sur un défunt atteint d’une maladie infectieuse, quelle qu’elle soit.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here