Quelques techniques de conservation des défunts

1
2520

Parmi les techniques de préservations des corps lors de la présentation aux familles, il en est que l’assistant funéraire proposera et devra connaître par cœur… et d’autres qu’il ne vendra probablement jamais, mais qui peuvent l’intéresser.

Les techniques répandues

Le Froid

La technique la plus répandue pour conserver un corps lors de présentation en maison funéraire est le froid, et ce, sous deux aspects : la case réfrigérée et les tables réfrigérées. Oubliez le carboglace : obsession chez certains, il n’est plus utilisé depuis les années 80.

Deux solutions sont envisageables : soit laisser le défunt dans une cellule réfrigérée à température positive, et le présenter « à la demande » lors de rendez-vous. Soit le présenter sur une table réfrigérée, qui, comme son nom l’indique, est équipée d’une cellule de refroidissement qui, par répartition thermique sur sa surface, fait baisser la température du corps.

Les inconvénients de la première solution sont évidents : la famille est obligée de se plier à certaines contraintes horaires, et les pompes funèbres doivent avoir une logistique à même de faire face aux manipulations de corps que cela implique.

La table réfrigérée permet une présentation permanente, mais a ses limites. Le froid ralentis le processus de décomposition, mais ne le stoppe pas (en température positive) et des signes plus ou moins prononcés peuvent apparaître : noircissement des doigts, lividité excessive. De plus, un point froid dans une pièce à température ambiante forme de la condensation : le contact avec la peu du défunt devient désagréable pour al famille, les plaques de glace se forment parfois tout autour…

Et la table réfrigérée a du mal à lutter contre les fortes chaleurs, l’été, ainsi que contre les facteurs aggravants de décomposition, comme une forte médication.

Les techniques de présentation par le froid peuvent donc se proposer dans le cadre d’un budget serré, sur du court terme, et en dehors des épisodes météorologiques très chauds, à moins que la pièce n’en soit elle-même bien préservée.

La thanatopraxie

la thanatopraxie est une technique qui permet de ralentir très fortement, voire cesser provisoirement, le processus de décomposition, en remplaçant les fluides corporels du défunt par un agent généralement à base de formaldéhyde.

Une fois le soin de conservation effectué, et à condition de respecter certaines règles (pas de température trop forte, éviter les expositions aux ultraviolets) le défunt peut être présenté à sa famille sans usage du froid et de tous ses inconvénients. Les soins s’avèrent particulièrement utiles se le défunt était fortement médicamenté ( les médicaments accélèrent la décomposition) et si les obsèques se déroulent à plus ou moins long terme.

Le corps a un aspect reposé et détendu propice au recueillement pour la famille, sans les inconvénients du froid.

Les trois problèmes de la thanatopraxie sont son coût, généralement plus élevé que la location d’une table réfrigérée, le fait qu’il faille, pour la famille, attendre qu’un thanatopracteurs soit disponible et fasse les soins pour pouvoir se recueillir et le fait qu’il arrive que les soins échouent. Dans ce cas, il est beaucoup plus compliqué pour l’assistant d’expliquer à la famille que sa méthode miracle a échoué.

Le soin de thanatopraxie est donc à considérer comme un outil très utile, parfois indispensable, mais à ne pas systématiser.

Les techniques que l’on ne proposera jamais

Pour l’anecdote

La plastination

La plastination, aussi appelée imprégnation polymérique est une technique visant à préserver des tissus biologiques en remplaçant les différents liquides organiques par du silicone. C’est la technique qui est utilisée aujourd’hui pour présenter des écorchés, par exemple.

Très longue et très coûteuse, cette technique est plus l’équivalent d’une momification, à la différence majeure que la décomposition s’arrête totalement, que les couleurs d’origine sont conservées, mais, gros inconvénient, que le défunt, de près, a un aspect « plastique » assez prononcé.

C’est une technique qui conviendrait particulièrement à une famille milliardaire souhaitant exposer le corps du défunt dans un mausolée-vitrine en violation de beaucoup de lois. En d’autres termes, l’agent des pompes funèbres n’en proposera sans doute jamais (et ne saurait vraisemblablement pas à qui s’adresser).

En revanche, les facultés de médecine en raffolent.

La cryogénisation

La cryonie ou cryogénisation, est un procédé de cryoconservation (conservation à très basse température) de tout ou parties d’êtres vivants, dans l’espoir de pouvoir les ressusciter ultérieurement. Dans l’état actuel du savoir-faire médical, le procédé n’est pas réversible. Aux États-Unis, il ne peut être pratiqué que sur des humains pour lesquels un certificat de décès a été signé, et si le stade de mort clinique n’est pas encore trop avancé. En France, il n’est pas reconnu.

Guillaume Bailly

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.