R.I.P : les chasseurs de fantômes français investissent Funéraire Info, interview

11
2950
L'équipe de R.I.P au grand complet

Funéraire Info ne s’arrête pas aux portes de la mort : nous recevons aujourd’hui des chasseurs de fantômes, l’équipe de l’émission R.I.P. Loin d’être des illuminés, Anthon et Nico, les fondateurs, expliquent leur démarche et font la lumière sur la chasse aux mystères…

Et si Funéraire Info s’est laissé convaincre par le concept de l’émission, c’est aussi en partie grâce à cette démarche. L’équipe R.I.P (Recherche Investigations Paranormal) ne part jamais du principe que les fantômes existent dans les lieux qu’ils explorent, mais qu’il s’y passe quelque chose, qui peut être peut s’expliquer, peut être pas, mais qu’ils examineront toujours avec minutie et objectivité. Mais laissons Anthon et Nico vous expliquer tout cela, et, franchement, si vous avez l’occasion de voir leur émission, jetez y un œil sans à priori, comme eux la conçoivent.

IMG_8461-Copier-1024x682 R.I.P : les chasseurs de fantômes français investissent Funéraire Info, interview
L'équipe de R.I.P au grand complet, de gauche à droite: Anthon, Mariana, Terry, Nico, Davy, Denis.

Bonjour à vous, et merci pour cette interview.

Prison-de-Bodmin-Lieu-Saison-4-300x200 R.I.P : les chasseurs de fantômes français investissent Funéraire Info, interview
Prison de Bodmin (Saison 4)

Anthon : Le concept de l’émission découle directement de notre toute première idée il y a bientôt dix ans de cela : Enquêter sur des lieux dit hantés. Durant 48h nous menons notre investigation afin de confirmer, ou infirmer la hantise supposée; ce qui est bien sûr un avis qui n’engage que notre équipe basé sur nos protocoles et les résultats obtenus.

Nico : Tout ce travail implique bien sur des recherches profondes sur le passé de la bâtisse, les légendes et les témoignages qui l’entourent avant la recherche nocturne si je puis dire 😉

Quel est le background de votre équipe, ou, pour plaire aux résidents du Quai Conti, comment est-ce que chacun d’entre vous s’est retrouvé dans une émission qui « cherche des fantômes », si je puis la résumer ainsi ?

L_Equipe-Mariana-Terry-Denis-Nico-Anthon-Saison-3-300x168 R.I.P : les chasseurs de fantômes français investissent Funéraire Info, interview
L'Equipe Mariana Terry Denis Nico Anthon (Saison 3)

Nico : Nous sommes nés via une création informelle autour d’une passion commune : Le paranormal. Tout d’abord en tant qu’amateur par simple curiosité d’aventure vers 2004, de découverte et d’exploration d’un monde de l’invisible en marge des croyances Françaises bien trop hermétiques. Après de longues sorties en solo, duo ou trio chaque semaine en région Rhones Alpes, les soirées documentaires, les rencontres lectures, nous avons fait notre apprentissage ensemble durant quelques années ( avec des membres qui ne font plus partie de l’équipe aujourd’hui mais nous étions une dizaine ). Puis vint le temps de l’association en 2007, les cours hebdomadaires, les tâches de chacun, les rédactions d’articles, la constitution de bases de données sur les lieux hantés. Anthon : Cette étape, qui dura une année fut la plus difficile car nous avons perdu certains liens d’amitiés, certains intérêts ludiques. Le militaire avait pris le dessus sur la passion primaire qui est celle de s’amuser sans rigueur…On ne regrette rien, mais avec le recul ce fut une étape nécessaire pour arriver où nous en sommes. Et enfin le désir de mettre sur pied notre passion en images en 2008, afin de faire découvrir ce métier mais aussi de pouvoir vivre de notre passion ! Nous avons constitué un pilote vidéo pendant 6 mois avec l’aide du studio de Réalisation Lune Noire et contacter Canal +.

On vous compare parfois aux américains de T.A.P.S, est-ce que la comparaison est juste, selon vous, ou est-ce que vous vous en différenciez ?

QG-Materiel-300x200 R.I.P : les chasseurs de fantômes français investissent Funéraire Info, interview
Le QG des R.I.P, et un petit aperçu du matériel

Anthon : Dire que nous sommes totalement différents serait mentir ! 🙂

Nico : La comparaison est juste. C’est la démarche qui change. L’idée de fond de ne pas faire un show industriel où seules les images comptent.

Anthon : On se différencie dans le fait que nous sommes à mi-chemin entre le documentaire et l’expérience réelle. Quand on a fait ça, il y avait une chose qui nous fatiguait : les émissions télés des grandes chaines qui tournaient le sujet en comédie, en bête de foire, en soirée people du samedi soir pour faire de l’audimat.

Nico : On a donc décidé de faire un OVNI en télé en y mêlant histoire, patrimoine, interviews, approche humaine, approche technique, sans faire de prosélytisme. Garder un avis objectif en tirant nos conclusions.

Ce qui est intéressant, dans votre concept, c’est que vous n’arrivez pas sur les lieux d’une enquête en cherchant le fantôme, mais vous cherchez d’abord à savoir si il s’y passe quelque chose, revenant parfois bredouille. Ce n’est pas trop difficile de tenir cette ligne ?

Saison-4-L_equipe-en-Angleterre-avec-un-groupe-local-Large-300x185 R.I.P : les chasseurs de fantômes français investissent Funéraire Info, interview
Saison 4 : L'equipe en Angleterre avec un groupe local

Nico : Merci de vous de poser cette question pertinente, qui nous à longtemps posé problème en télé. Car personne ne pouvait comprendre comment faire une émission sans être sur qu’il se passe quelque chose. « Comment vendre si vous trouvez pas de fantôme » on nous a souvent dit !

On est revenu plus souvent bredouille, et cela ne nous a pas empêché d’en être à notre 32 eme émission. Grâce a Planète Plus No Limit que nous laisse les décisions éditoriale touchant au paranormal et à l’enquête. Ce qui en télé est rare !

Anthon : Le but de l’émission n’est pas « le fantôme » comme l’aime à l’appelé la conscience populaire, mais tout ce qui l’entoure : le lieu, le propriétaire, les histoires sombres, la découverte, l’architecture, le patrimoine. C’est un ensemble que nous étudions à chaque épisode. Lorsque quelque chose ne fonctionne pas, vous commencez à comprendre pourquoi afin de trouver une solution. C’est exactement la même démarche pour R.I.P.. Pas de suppositions, pas de médiumnité trop volatile, personnel où seul le voyant est juge de ses dires. Nous avons basés notre démarche sur les faits, et des protocoles propre à notre équipe afin de rester le plus objectif et pertinent lorsque l’on est en enquête sur un lieu.

Nico : C’est une raison pour laquelle certaines personnes obnubilés par les fantômes, l’occultisme ou le spiritisme nous reprochent ! D’être trop pointilleux, intello ( On nous à même reproché un jour de parler comme des médecins lol ), de n’y croire qu’à moitié, d’utiliser des outils scientifiques alors qu’il suffit d’y croire pour les voir, et que nous sommes stupides de faire ça sans être convaincu à 100% que les fantômes existent.

Anthon : Malheureusement si nous avions la preuve qu’ils existent, nous ne serions pas des milliers dans le monde à les chercher 😉 . Il n’y a rien de pire que la certitude, car elle annihile toutes formes de recherches tangibles. Etre sur des résultats avant même de les chercher, c’est les inventer ! Je ne peux m’empêcher de citer l’exemple de l’Abbaye de Mortemer. Pendant plus de dix ans les médias et journaux ont vendu ce fameux cliché authentique de la photo du fantôme de Mathilde sans n’avoir jamais cherché à comprendre ou à reproduire le cliché. Ce que nous avons réussi à faire, et ce que nous avons dit dans notre épisode. Nous ne cachons pas la vérité, même quand il se passe rien et même pire, même quand la légende est fausse !

Qui vous contacte, pour les investigations ? Les propriétaires des lieux, des réseaux d’informateurs, des fans ?

Nico : Un peu des 3. Mais principalement nous prenons contact avec un propriétaire, une mairie, un conseil régional pour faire une demande. Ou bien nous recevons des demandes privées, anonymes afin que nous nous déplacions sur un lieu.

Anthon : Pour les réseaux d’informateurs on n’est pas la NSA lol, mais j’avoue que notre directeur de production « Fifou » possède d’excellents contacts, et nous à déjà dégoté de superbes enquêtes !

Vous n’hésitez pas à dormir sur place, voire à laisser un membre de l’équipe seul, dans des endroits lugubres, dans le noir total. Vous avez peur, parfois ? Comment est-ce que vous gérez ce sentiment ?

L_equipe-Saison-4-Anthon-Nico-Mariana-Davy-Terry-Denis-Large-300x200 R.I.P : les chasseurs de fantômes français investissent Funéraire Info, interview
L'equipe (Saison 4) : Anthon Nico Mariana Davy Terry Denis

Anthon : Je ne saurais répondre pour toute l’équipe car chacun à sa propre façon de gérer ses émotions. Mais dire que nous n’avons jamais eu peur est faux. Nous avons tous vécu des moments différents qui nous ont marqués fortement. La démarche, ou le métier si j’ose dire implique que nous soyons confrontés à un moment donné à ce fameux mélange réalité-psychologique. Où la première question est : Est-ce que c’est bien réel, ou est-ce que je l’invente ? Avec le temps nous avons appris à rapidement distinguer et séparer les constantes de nos enquêtes : l’obscurité, les histoires glauques, les bruits étranges, la solitude…

Nico : Être enfermé plusieurs heures à écouter le vide dans une salle des tortures où par le passé il y eu d’atroces souffrances, de cris et de douleurs n’est pas une épreuve facile. Quelqu’un disant le contraire est un menteur, ou un fou ! Ignoré le passé lorsque l’on enquête dessus c’est un peu comme se convaincre que ce que l’on cherche est inutile mais on veut quand même le trouver. Dire c’est une salle comme une autre, c’est faire preuve de débilité profonde et de fermeture totale d’esprit. Certains pensent que nous sommes des acteurs, que tout est inventé. Nous ne pouvons pas les convaincre, et pour dire vrai, on s’en moque.

Anthon : Lire les critiques nous fait parfois sourire ! J’avais lu une fois : « Ils sont nuls. Ils ont peur dans le noir parce que il y a des frelons ». Ce passage de notre enquête a Predjama nous fait encore très rire en interne. Mais en analysant la situation, je mets au défi n’importe qui de rester enfermé dans une salle de 5m² dans le noir total avec 4 ou 5 frelons volant à toute allure, dans un château en pleine montagne ou le premier hôpital est à 40km, en toute sérénité. Comme quoi il n’y a pas que les fantômes qui peuvent nous faire peur dans nos enquêtes ! Après ce que l’on voit à la télé reste à milles lieux de ce que nous vivons dans ces lieux.

Quel est le tournage qui vous a le plus marqué ?

Anthon : Un pensionnat où nous avons enquêté pour cette saison 4. Terriblement angoissant et jouissif ! Après je dirais le petit hôtel du Louvres à Valogne en Saison 3.

Nico : Pour moi c’était au château de Bonaguil, encore aujourd’hui je me pose la question de ce qui a bien pu nous arriver. Presque huit personnes ont vécues les mêmes choses, c’était incroyable, d’ailleurs je vous invite à revoir cette enquête de la deuxième saison sur Planete plus no limit.

Est il arrivé qu’un tournage se déroule de façon désastreuse, pour au final un rendu à l’écran enthousiasmant ? Ou l’inverse ?

Une-partie-du-Materiel-Large-300x200 R.I.P : les chasseurs de fantômes français investissent Funéraire Info, interview
Une partie du Materiel

Anthon : Je n’ai pas le souvenir d’avoir vécu un tournage « désastreux ». Certaines enquêtes ont été moins riche que d’autres, voir quasi nul en résultats. Je pense à l’enquête du Mans chez ces particuliers où nous n’avons absolument rien constaté ;mais qui au final après montage rend un épisode humain, dynamique dans sa construction, crédible dans son enchaînement et agréable à regarder.

Nico : L’inverse n’est arrivé qu’à l’Abbaye de Mortemer. Le lieu était extraordinaire, les propriétaires géniaux, mais le fait de découvrir la réalité sur ce fameux cliché nous a tué une partie de l’enquête tant nos attentes sur le « graal » des lieux hantés était attendu. Mais cette découverte nous a quand même valu un article dans l’encyclopédie du paranormal dirigée par le très connu forum de paranormal-network.fr Lorsque nous avons des résultats nous sommes satisfaits au sein de l’équipe, et l’équipe de réalisation aussi car il est plus facile de rendre un épisode intéressant pour le public lorsqu’il se passe des choses. On reste au-delà de l’enquête un programme télé qui à besoin de divertir et de donné envie D’ailleurs la majorité des gens ne retienne que les épisodes où il se passe quelque chose !

Lors de la première saison, beaucoup de membres de l’équipe avaient une attitude de « sceptique ouvert », entendez par là prêt à croire au surnaturel, mais pas aveuglément. Est-ce que vous avez changé, au niveau de ces convictions ?

Salle-Test-d_experience-a-l_e_tude-Large-300x200 R.I.P : les chasseurs de fantômes français investissent Funéraire Info, interview
Salle Test d'experience a l'etude

Anthon : Certains se sont adoucis comme moi. Certains se sont endurcis. Tout est une question d’approche personnelle encore une fois. Au sein de l’équipe seuls les protocoles et la façon de faire de change jamais. En revanche l’opinion sur l’existence d’un autre monde, elle varie à chaque enquête ! Personnellement je reste convaincu que certaines actions ici, se répercuteront demain ! Ce qui est inexpliqué maintenant n’est pas inexplicable demain. Le paranormal d’aujourd’hui est le normal de demain. Je ne vais pas rentrer dans les détails des possibilités techniques, physiques, quantiques etc pour ne pas rendre votre interview barbante 😉

Nico : Dans mon cas les choses ont énormément bougées. Je ne suis plus si convaincus de l’existence des fantômes comme je l’imaginais. Ne vous méprenez pas, je pense qu’ils sont bien présents, mais de façon bien plus surprenante. Je crois qu’il existe d’autre mondes, des univers parallèles, de nombreux physiciens spécialisés dans les sciences quantiques pensent il est correct d’imaginer que des mondes parallèles existent. Imaginer si pendant l’une de nos enquêtes, pendant un cours instant nous étions capables de capter ce qui se passe dans l’un de ses univers parallèles. Les fantômes deviendraient des gens comme vous et moi mais ailleurs. Est-il possible que les mondes parallèles puissent s’influencer les uns les autres ? Peut-être. Lorsque la science n’apporte pas de réponses ne devons-nous pas envisager le monde de l’invisible dans le champ des plausibilités ?

Vous avez fini le tournage d’une nouvelle saison, est-ce que vous voulez bien nous donner ce que nous journalistes aimons le plus au monde, un scoop pour ce qui est à venir ?

Nico : Pour cette saison 4 nous avons sur certaines enquêtes ouverts nos horizons. Et vous pourrez découvrir des salles tests interactives impliquant sur une enquête un médium mis à l’épreuve, et sur une autre une véritable séance de Ouija filmé, enregistré.

Quelle question n’ais-je pas posée, et à laquelle vous auriez aimé répondre ?

Anthon : «  Un fantôme c’est quoi ? » Merci de ne pas l’avoir posé car on nous la pose trop souvent lol. Et je réponds simplement « Dites moi ce que vous entendez par fantôme, et je vous dirai si j’y crois ! »

Nico : « Pouvez-vous prouver l’existence des fantômes aujourd’hui ? »Non, malheureusement mais on y travaille. Il est important de développer des protocoles strictes sur les anomalies que l’on enregistre durant nos investigations. Est-il possible de prouver leur existence ?Non personnellement je ne pense pas, mais rien n’est impossible et c’est pourquoi nous travaillons dur pour ouvrir les esprits et faire changer les mentalités sur la thématique paranormale.

La tradition chez nous veut que le dernier mot soit pour vous. Qu’aimeriez-vous dire aux lecteurs de Funéraire Info ?

Anthon : Si vous êtes parvenu jusqu’ici à lire ces mots. Vous êtes surement aussi barge que nous ! Alors un grand merci pour de vrais passionnés.

Nico : Merci à vous pour cette interview fort sympathique, et n’oubliez pas de nous retrouver sur les réseaux sociaux, Twitter/Facebook et sur notre site www.rip-paranormal.com.Merci de la part de toute l’équipe.

Comme le dit Nico, le site internet de R.I.P est Ici

R.I.P, saison 4 à venir sur Planete + No Limit

Toutes les photos sont copyright R.I.P. Merci à l’équipe de nous en avoir fait part en avant-première.

11 COMMENTAIRES

  1. Article très très intéressant, ne connaissant pas l émission, je pense regarder un épisode car l approche semble bien réfléchit.

  2. Une toute petite correction si je peux me permettre : sur la 2ème photo ce n’est pas Anthon et Denis mais Denis et Seb (Seb a été dans les 2 premières saison)

  3. En collaboration avec Mariana, dont je tiens à souligner la disponibilité et la compétence, nous avons finalement changé toutes les photos, pour des inédites de la saison 4 à venir. Ni chez R.I.P ni chez Funéraire Info, on ne fait les choses à moitié.

  4. J’aime votre évolution tout le long des saisons, qu’il y ait des fantômes ou pas l’intérêt ne baisse pas. Et l’ambiance est là ce qui ne gâche rien . Continué comme cela !!!!

  5. j’aimerai savoir pourquoi les recherches se font toujours la nuit car pour mon cas j’ai vecue des choses étranges et c’était en plein jour alors j’aimerai comprendre . Un fantôme ou entité comme chacun veut l’interprété c’est une âme qui demande de l’aide

  6. Bonjour
    Âgée de 62 ans ,je suis fan de RIP depuis leur début ,j’essaye de voir tous leurs épisodes
    A quand les dvd ,?
    Continuez on vous suit…….
    +++++++++

  7. bonjour, j’aimerais contacter le R I P pour leurs transmettre des infos sur le sanatorium d’Arcachon,le Moulleau sur Arcachon en effet j’y ai été hospitalisée de 1959 a 1961 si cela les intéressent bien sur .cordialement . Mad Catalano

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here