Réfléchir dans un cimetière militaire Allemand

0
650
Cimetière Allemand de La Cambe

Si les cimetières alliés sont bien entendu à l’honneur lors des commémorations du débarquement, il semble important aussi de respecter les ennemis vaincus. La plupart n’avaient pas demandé à être là.

La-Cambe-300x225 Réfléchir dans un cimetière militaire Allemand
Cimetière Allemand de La Cambe

A leur place

Les Allemands aussi ont payé un lourd tribut à la seconde guerre mondiale : aujourd’hui, on compte 233 000 tombes Allemandes, réparties entre 22 cimetières dédiés, et une centaine de carrés dans les cimetières militaires, parmi les américains, anglais, canadiens, australiens…

La plupart des divisions Allemandes étaient issues de l’armée lambda, et constituées de jeunes mobilisés. Comme les autres nations. On confond souvent l’armée d’occupation avec la Waffen SS qui était une unité d’élite fortement fanatisée.

Le propos n’est nullement de dire « Finalement, les Allemands n’étaient pas si méchants », mais de respecter l’ennemi vaincu en expliquant que tous les Allemands n’étaient pas des Nazis, mais beaucoup des jeunes gens dupés par un pouvoir retors et peut être, qui se sont laissés emporter par une ambiance générale.

La question est simple : dans un pays humilié, ruiné et maintenu à genoux depuis la première guerre mondiale, face au soudain déferlement d’une idéologie promettant monts et merveille, emportés par la foule, a qui toute opinion contraire serait suspecte, qu’aurions-nous fait, à leur place ? Cela n’enlève rien au caractère monstrueux du régime Nazi, mais à l’exception de quelques troupes proches d’Hitler, comme les SS ou les troupes détachées aux camps de concentration, peu avaient connaissance du schéma global.

Aussi, lorsque vous vous retrouvez face à la tombe d’un soldat allemand, vous n’êtes pas forcément face à la tombe d’un nazi. Plus probablement, vous serez face à la dernière demeure d’un petit jeune, qui aurait probablement aimé se retrouver ailleurs, dans un pays en paix, exactement comme celui qui l’a tué.

Adolf Hitler n’a pas jailli de sa boîte comme un petit démon en 1939 pour déferler sur l’Europe. Sa progression inexorable a commencé dans les années 20, et, si il a su séduire une Allemagne laissée à genoux depuis la première guerre mondiale, c’est parce que personne n’a proposé mieux. Et que les responsables de l’époque ont laissé faire, en France, en Angleterre, aux Etats-Unis. Si l’Europe avait attaqué Hitler lorsque celui-ci avait envahi la Pologne, rien de ce qui s’est ensuivi ne serait arrivé. Et les boys qui reposent chez nous, sous leur petite croix blanche, n’auraient pas eu besoin de venir mourir en Normandie.

Ainsi, on peut affirmer, sans trembler, que toutes les nations d’Europe ont leur part de responsabilité dans ce qui est arrivé. Le soldat Allemand, dans sa tombe, si on lui avait proposé autre chose, une alternative ou il aurait pu vivre dignement dans un pays digne sans avoir à aller tuer et se faire tuer à des milliers de kilomètres de chez lui, qu’aurait il choisi, selon vous ?

1280px-LaCambeCloseUp-300x225 Réfléchir dans un cimetière militaire AllemandDevoir de mémoire

Les cimetières militaires ont été créés à la suite de la Seconde Guerre mondiale, dédiés aux soldats tombés (que ce soit les agresseurs ou les défenseurs) selon les droits humanitaires de la convention de Genève. Des accords bilatéraux ont été définis entre les nations concernées pour statuer sur ces lieux. Ils sont aujourd’hui territoire concédé des nations. Un cimetière Allemand est territoire Allemand, un cimetière Américain est territoire américain, et le coût d’entretien revient aux nations auxquelles ces parcelles appartiennent.

La présence de la chancelière Merkel est sa visite prévue aux cimetières Allemand témoigne du devoir de mémoire : une certaine forme de pardon pour les erreurs commises, et le besoin de se les remémorer pour éviter qu’elles se reproduisent. Peut être que la chancelière songera aux Grecs, auxquels les nations dominantes imposent un régime drastique sans leur laisser entrevoir l’espoir de lendemains meilleurs, et qui vont chercher refuge auprès d’un parti dont le manifeste rappelle curieusement celui écrit dans une cellule de Landsberg en 1925.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.