Revue de presse du 6 juin 2014

0
473
presse papier
Presse papier en France
presse-papier-300x224 Revue de presse du 6 juin 2014
Presse papier en France

Décès

Célèbre depuis les années 1970 pour avoir mis au point les substances actives de l’ecstasy, Alexander Shulgin est décédé à l’âge de 88 ans. Ce chimiste américain d’origine russe avait introduit la MDMA, forme de l’ecstasy pure, dans le monde médical. Agissant comme un stimulant du système nerveux central, cette substance possède des propriétés psychotropes. Des thérapies ont ainsi pu être développées à partir de la découverte du chimiste mais aussi malheureusement un immense trafic de drogue à New York. Disponible sous forme de cristaux, la MDMA n’a pas tardé à se répandre à grande vitesse dans les milieux de la nuit. Alexander Shulgin a préféré poursuivre ses expérimentations loin de la sphère publique. Il a élaboré plus de 200 formules de drogues psychédéliques dans sa maison de Californie (Etats-Unis). Il y est décédé après une longue bataille contre un cancer du foie.

Hommage

Le lieu est mondialement connu, il a été immortalisé par le film « Il faut sauver le soldat Ryan ». Deux des frères Niland, dont l’histoire a inspiré le scénario du film, reposent au cimetière américain de Colleville. C’est dans ce haut lieu de mémoire et d’histoire que se déroulera vendredi 6 juin, à partir de 10h30, l’une des cérémonies les plus attendues. Cette cérémonie militaire solennelle comportera notamment une prière, des discours, un dépôt de gerbe, une minute de silence, le tir de 21 coups de canon et un temps de recueillement des Présidents devant les tombes des frères Roosevelt. Le Normandy American cemetery de Colleville-sur-Mer est le site emblématique du courage et de l’esprit de sacrifice du combattant américain. 9 387 soldats américains morts lors de la bataille de Normandie reposent sur les 70 hectares de ce cimetière qui surplombe Omaha Beach. De nombreux soldats enterrés dans ce cimetière y sont morts le 6 juin 1944. Le cimetière, inauguré le 19 juillet 1956, a été organisé de telle façon que, quel que soit l’angle à travers lequel on regarde les tombes, on ne puisse voir qu’une seule rangée parfaitement alignée.

Lire aussi :  Six Feet Under, Hydrosystem, résurrection, pierre tombale...L’actualité du 15 juin 2018

Boulette

Il y a un mois, Bernard Perrin, 69 ans, arrivait aux urgences de l’hôpital de Lons. Quelques heures après son entrée, il décédait. Aujourd’hui, sa famille ne remet pas en cause la qualité de la prise en charge médicale. Mais elle estime ne pas avoir été traité de façon suffisamment humaine. Pour preuve, elle ne sait toujours pas de quoi il est mort. De son côté, la direction de l’hôpital reconnaît un dysfonctionnement dans la manière dont le décès a été annoncé et dans l’accompagnement des proches de la victime.

L’acte de décès pratique

L’acte de décès est un papier administratif qui atteste le décès d’une personne. Il doit être produit pour toute affaire concernant le défunt. On peut l’obtenir auprès de la mairie locale, par courrier ou par demande via internet.L’acte de décès est délivré par la mairie de la localité où a eu lieu le décès ou le défunt a résidé dernièrement. La demande peut être faite par toute personne physique sans aucune obligation de justification. C’est aussi bien valable pour un Français que pour une personne d’une autre nationalité. Si le décès est survenu hors des territoires françaises, il faut se renseigner auprès de la mairie locale ou sur les sites d’informations dédiés à cet évènement. Comme la plupart des mairies disposent désormais d’un site internet, la demande peut être effectuée à travers formulaire en ligne. Elle peut être transmise également par courrier, mais dans ce cas il faut joindre une enveloppe timbrée avec une mention de l’adresse de retour. L’obtention de l’acte de décès est gratuite. Si le demandeur se rend sur place, l’acte lui est délivré immédiatement. Pour une requête par internet ou par courrier, il faut compter quelques jours en fonction de la réactivité de chaque mairie et de la durée d’acheminement du courrier. Il est envoyé à l’adresse indiquée par le demandeur. (L’Express)

Lire aussi :  Salon funéraire Toulouse, les morts de la rue...L’actualité du 1er juin 2018

Entraide

Stephan Chochois, un médecin légiste français est arrivé mardi à Ouagadougou pour pratiquer une autopsie sur le corps du juge constitutionnel Salifou Nébié, retrouvé mort hors de son véhicule à quelques kilomètres de la périphérie ouest de la capitale burkinabè. Le médecin légiste français Stephan Chochois de la cour d’appel de Douai est dans la soirée du mardi 3 juin à Ouagadougou à bord d’un vol air France. Venu avec son matériel, il devra pratiquer dans les jours à venir une «autopsie à ciel ouvert» sur le corps du juge Nébié décédé dans la nuit du samedi 24 mai, dans des circonstances non encore élucidées. Accueilli à sa descente d’avion par le procureur général près la cour d’appel de Ouagadougou, Wenceslas Ilboudo, le médecin légiste n’a pas voulu s’exprimer. «Il pourra à travers ses compétences, trouver des preuves favorables au bon déroulement de l’enquête qui est ouverte», a expliqué le procureur général. «Il va nous aider à rassembler les preuves pour savoir ce qui est arrivé au Juge Nébié», a-t-il ajouté. Lors d’une sortie médiatique sur la radio nationale du Burkina, le Procureur général avait affirmé que les premiers éléments de l’enquête font état d’un «homicide».

pressenationale1-300x287 Revue de presse du 6 juin 2014

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here