Revue de presse du funéraire du 12 septembre 2014

0
1214
presse papier
Presse papier en France

Cigarette Electronique

David, auteur du site internet spécialisé dans la e-cigarette Nukevapes, vient de perdre son frère d’un cancer dû au tabac. Dans un billet sur son blog, il rappelle le sens de son engagement contre l’industrie du tabac, en faveur de ce miracle qu’est la cigarette électronique. Édifiant et émouvant, son billet est à lire ici.

Coup de chaud et sueurs froides

Un employé des pompes funèbres a fait une découverte pour le moins inattendue dans le cimetière de Tresques, cet après-midi. Il a en effet trouvé un obus, datant sans doute de la seconde guerre mondiale, dans un caveau. Un engin explosif d’une longueur de 30 centimètres et d’un diamètre de 5 centimètres. L’homme a alerté les gendarmes qui ont constaté la présence de l’objet sur place. Le service de déminage a été avisé.

Gaspillage d’argent public

Carré musulman de Montfavet : 1,2 M€ dépensés pour rien : Début 2014, la Ville a fait retirer l’ensemble des aménagements réalisés deux ans plus tôt pour le nouveau carré musulman du cimetière de Montfavet. Une concertation ratée explique le fiasco. C’est à lire ici, dans La Provence.com

Ebola, nouvelles du front

Le crématorium de Monrovia est largement insuffisant pour incinérer les dizaines de corps de morts d?Ebola collectés chaque jour au Liberia, pays le plus touché par l’épidémie, a déclaré jeudi le secrétaire général de la Croix-Rouge libérienne. Fayah Tamba a par ailleurs estimé nécessaire que la lutte soit coordonnée par une organisation internationale plutôt que par les autorités nationales, à quelques heures du début de la tournée dans les pays d’Afrique de l’Ouest touchés du coordinateur de l’ONU pour Ebola, le Dr David Nabarro. Le Dr Nabarro, arrivé jeudi à Dakar en provenance des Etats-Unis, devait se rendre dans l’après-midi au Liberia, avant la Sierra Leone, la Guinée et le Nigeria, selon des sources de l’ONU. « Nous sommes en flux tendu au crématorium. Samedi, nous avons pu collecter jusqu’à 41 corps. Dimanche, nous en avons collecté 37. Le crématorium n’avait pas la capacité d’incinérer tous les corps, donc nous avons dû en ramener à l’hôpital ELWA » de la capitale, a déclaré le responsable de la Croix-Rouge à la radio.

Voyous

Les vandales qui s’en étaient pris au cimetière de Sainte-Croix (Canton de Vaud, en Suisse) en juin dernier ont été identifiés par la police. Il s’agit de deux adolescents du village qui s’y étaient déjà «illustrés» par diverses bêtises, âgés d’une quinzaine d’années. A l’époque, six plaintes avaient été déposées dans cette affaire dont une par la commune. Une vingtaine de tombes avaient été touchées. Les dégâts s’élevaient au total à plusieurs milliers de francs. Olivier Racine, l’une des victimes, a par exemple dû débourser quelque 1400 francs pour remettre en état la tombe de ses parents. Le délégué médical de 52 ans se félicite de l’arrestation des deux coupables. Pour mémoire, ce Lausannois avait proposé une récompense de 10 000 francs à qui permettrait d’identifier les coupables et de les faire condamner. «Dès que j’aurai leur noms, j’enverrai un commandement de payer à leurs parents!» promet-il. En attendant, les deux ados devront rendre des comptes à la justice des mineurs. Laquelle a désormais leurs dossiers entre les mains.

Grosse boulette

Un patient de 61 ans est décédé mercredi à Bordeaux après avoir pris un médicament destiné à un autre malade. Une erreur dans la distribution pourrait expliquer ce drame sur lequel enquête la police. Le décès suspect s’est produit mercredi à l’Institut Bergonié, l’un des vingt établissements spécialisés dans la lutte contre le cancer. Selon France Bleu Gironde, l’Institut a lui-même alerté les services judiciaires et une autopsie du patient a été pratiquée ce jeudi. Les résultats confirmeront ou non le scénario probable de l’erreur.

Tombe en procès

Dans le cimetière de Sai, près d’Argentan, la concession familiale à perpétuité consentie en 1925 à une famille du village suscite bien des remous entre la mairie et un habitant, Richard Perrigault. En 2006, ce dernier a demandé à la mairie l’autorisation d’exhumer les reliques de ses arrière-grands-parents afin de faire une place à la dépouille de son épouse qui venait de décéder. Il avait obtenu le certificat et fait réaliser les travaux quand une autre descendante, qui se prévalait des mêmes liens, s’est manifestée et a obtenu par un jugement du tribunal de grande instance d’Argentan que son parent soit condamné à rétablir sous astreinte à ses frais dans sa configuration initiale la tombe accueillant les corps de leurs ancêtres, tout en conservant, malgré tout, celui de la défunte. À la suite de ce douloureux épisode judiciaire, Richard Perrigault s’était retourné contre la mairie de Sai, lui réclamant 20 000 €, en réparation des préjudices causés par l’annulation de son autorisation. Selon lui, le maire de la commune avait commis une faute en délivrant ces autorisations d’exhumation car il savait qu’il n’était pas le plus proche parent des personnes inhumées. Au nom du Conseil d’Etat, qui examinait hier l’affaire, le rapporteur public, Vincent Daumas a considéré que le consentement de toute la famille est nécessaire et qu’il était de la responsabilité du demandeur de s’assurer de l’accord de ses parents avant d’en demander l’autorisation à la municipalité. « La faute de M. Perrigault, a-t-il souligné, est de nature à exonérer totalement la commune. » La décision sera rendue dans les prochaines semaines.

Mémoire

Louis Herbaux, un jeune citoyen de Saint-Bruno, a perdu son père d’un cancer alors qu’il n’avait que 3 ans. Aujourd’hui, âgé de 9 ans, il vend les fameux rainbow loom, qui ont fait fureur cet été, au profit de la Société canadienne du cancer. «J’ai eu la malchance de perdre mon père d’un cancer du côlon en 2008. Afin de supporter les familles touchées par cette douloureuse épreuve, j’ai décidé de faire une collecte de fonds pour contribuer à la Société canadienne du cancer», explique Louis Herbaux. L’an dernier, Louis et ses amis avaient effectué un lâcher de ballons avec un mot accroché à chacun d’eux. Cette année, quelques jours après le début de son initiative, Louis avait déjà récolté 200$ sur son site.

Patrimoine

Connaissez-vous l’histoire de Bouère et de son cimetière ? Non ? Petite piqure de rappel avec Christelle Fleury, guide conférencière à l’office de tourisme de Sablé, à lire sur Nouvelles.fr.

Prévention routière

Brenda Holmes, mère d’un motard de 38 ans, mort en juin 2013 a décidé, avec la police du comté de Norfolk en Angleterre, de publier la vidéo des derniers instants de son fils David. Le motard portait une caméra sur son casque lorsqu’une Renault Clio a coupé sa route. L’automobiliste, qui est sorti indemne de l’accident, a été condamné à 130 heures de travaux d’intérêt général et 18 mois de suspension de permis, mais le motard roulait à 156 km/h, soit plus de 60 km/h au-dessus de la vitesse autorisée.


Pour l’exemple: une mère montre la vidéo de l… par 6MEDIAS

Et dans le vaste monde des vivants

Valérie Trierweiler a annoncé détenir une preuve de l’épisode des « sans dents » cité dans son livre vendu à des centaines de milliers d’exemplaires et qui devrait lui rapporter plus d’un million d’euros selon les projections. Bon, comment dire ? On s’en fout, Valérie. Voilà, il fallait que quelqu’un le dise. On est dans une situation déplorable, le contexte national et international est extrêmement tendu, l’Europe veut notre peau, la guerre menace au moyen-orient, ce n’est vraiment pas le moment de donner des coups de massue dans ce qui reste de crédibilité au président : on n’a pas le choix, il faut faire avec lui, on n’en a pas d’autres. Alors, pour le bien de 65 millions de français, Valérie : tais toi.

pressenationale-300x287 Revue de presse du funéraire du 12 septembre 2014
Revue de presse

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.