Revue de presse du funéraire du 13 juin 2014

0
598
presse-papier-300x224 Revue de presse du funéraire du 13 juin 2014
Presse papier en France

Décès

C’est une figure de la Chiraquie et du RPR qui s’est éteinte. Jean-François Probst, 65 ans, est décédé ce matin des suites d’un infarctus. Il avait commencé sa carrière en 1974 au cabinet de Jacques Chirac à Matignon, avant de le suivre dans ses différentes fonctions, notamment à la mairie de Paris. Ce fils d’un père banquier chez Lazard, avait également collaboré avec Charles Pasqua, Michèle Aliot-Marie et Alain Juppé dans les années 90. Grande gueule de la politique, ce passionné de l’Afrique a toujours usé de la liberté de ton : «Je fais un bras d’honneur à tous ceux qui courent après les honneurs et les hochets de la République». Il avait été exclu du RPR à la fin de l’année 2000 pour avoir soutenu la dissidence de Jean Tibéri à la mairie de Paris. Depuis, il s’était progressivement retiré de la vie politique, tout en gardant son affection pour Jacques Chirac : «Il aime les gens, la bouffe, les femmes, tous ce que j’aime», disait-il de lui. Il avait fait un précédent malaise cardiaque il y a trois jours.

Allô l’enfer ?

L’histoire pourrait prêter à sourire si elle n’avait pas de conséquences pour l’entreprise de pompes funèbres Grimoult, ni pour ses clients. Le mois dernier, l’entreprise déménage de la rue d’Hastings pour s’installer rue de la Libération. Le couple propriétaire en profite pour changer d’opérateur téléphonique, ce qui n’aurait dû avoir aucun impact sur les clients puisque la portabilité du numéro permet maintenant de garder ce dernier. « On nous avait dit qu’on pourrait être coupés deux ou trois heures, rapporte Nathalie Grimoult. Ce qui n’était pas bien grave. » Sauf que les heures se sont transformées en jours, et que l’entreprise n’est maintenant plus joignable depuis jeudi. « Imaginez, les familles en deuil qui veulent nous joindre s’entendent dire que le numéro n’est plus attribué. » Pas le meilleur moment pour ce genre de facétie… Et pas de bon augure non plus pour le couple qui se voit privé d’activité. « Nous n’avons pas coupé la ligne, assure-t-on chez SFR. C’est le nouvel opérateur qui l’a reprise. » En attendant son rétablissement, les pompes funèbres continuent malheureusement de faire le mort (mais la boutique reste ouverte).

Lire aussi :  Yvette Horner, peste bubonique... L’actualité du mardi 12 juin 2018

En bref et en vrac

Une chroniqueuse de « Comment ça va bien » décrit une télé-réalité au concept bien étrange : offrir à une personne décédée un enterrement pas comme les autres… Un lien en vidéo à voir ici.

Perdre son conjoint est l’une des épreuves les plus terribles. Comment survivre au choc, au manque, à l’absence? Beaucoup utilisent le terme d’amputation quand ils parlent de cette situation. L’association des Conjoints Survivants vient en aide à ceux qui vivent un tel drame. Un reportage de France 3 à lire ici.

Le médecin urgentiste Nicolas Bonnemaison encourt la réclusion criminelle à perpétuité pour avoir « empoisonné » sept malades en fin de vie. Un procès ahurissant pour Nathalie Debernardi, qui réclame la légalisation du suicide assisté en France à travers une pétition diffusée sur change.org. Son mari est mort il y a cinq mois de la maladie de Charcot. Elle aurait aimé pouvoir l’aider à mourir dans la dignité. Témoignage à lire ici.

Service public ?

Fin décembre, 8 communes s’unissaient à Saint-Etienne afin de former une société publique locale (SPL) funéraire. Objectif : créer un nouveau crématorium mais aussi un service public vendant ses prestations. Le nouveau maire avait annoncé dans sa campagne qu’il la dissoudrait. Où en sont ses intentions ? Un reportage à lire ici.

Cercueils à vendre

Depuis quelques jours nos lecteurs partagent la dernière trouvaille de la presse sur leboncoin, RTL, Télé Star, 24matins, Le Dauphiné … Olivier notre vendeur propose un cercueil d’occasion, « un cercueil haut de gamme » et pour faire pleurer dans les chaumières, il précise, « C’est un cercueil haut de gamme que ma grand-mère avait acheté mais qui pour finir n’a pas servi car elle s’est faite incinérer ». Le cercueil servait uniquement de décoration dans cette version, pas de grand-mère, juste un achat dont on se sépare pendant un déménagement. D’ailleurs l’argument de la crémation ne tenait pas, car même pour une crémation, il faut un cercueil, nous ne sommes pas en Inde ! De plus, « un cercueil … que ma grand-mère avait acheté », aucun professionnel n’aurait vendu à une vieille dame un cercueil. Il n’est pas rare de trouver des cercueils à vendre sur leBoncoin, 2 à 3 par année. Mais là, nos amis journalistes auraient pu lire le texte et se poser les bonnes questions avant de publier.

Lire aussi :  Cimetière, crématorium, cancer, héritage… L’actualité du 25 juin 2018

Et dans le vaste monde des vivants

Petite frayeur pour Harrison Ford sur le tournage de Star Wars: Episode VII. L’acteur s’est blessé à la cheville lors d’une prise à Londres. Souffrant beaucoup selon les témoins de la scène, il a été contraint d’être transporté à l’hôpital par hélicoptère. Le site Variety a indiqué mercredi soir qu’il s’était blessé en percutant une porte hydraulique aux studios Pinewood. La porte-parole des studios Disney n’a pas souhaité commenté cette information confirmant uniquement que l’acteur avait été emmené dans un établissement hospitalier. Malgré cet accident, l’acteur devrait poursuivre le tournage après son rétablissement. D’autres scènes vont donc être tournées en attendant. J.J. Abrams et son équipe ont débuté les prises en mai. Dans ce film, Harrison Ford interprète Han Solo. Le film doit sortir le 18 décembre 2015.

pressenationale1-300x287 Revue de presse du funéraire du 13 juin 2014

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here