Revue de presse du funéraire du 14 novembre 2014

0
704
presse papier
Presse papier en France

Décès

Depuis 1978, tous ceux qui ont porté l’uniforme, ou du moins une grande partie d’entre eux, ont eu entre les mains le fameux Fusil d’assaut de la Manufacture d’armes de Saint-Étienne, c’est à dire le Famas. Peu nombreux connaissent son concepteur, à savoir le général Paul Tellié, qui s’est éteint dans sa 95e année à Sorède (Pyrénées-Orientales), où il s’était retiré, l’heure de la retraite venue. Saint-Cyrien en 1940 ayant rejoint, après l’armistice, l’Afrique du Nord où il rencontra celle qui sera son épouse pendant 70 ans, le général Paul Tellié reprit ses études à l’âge de 30 ans pour obtenir un diplôme d’ingénieur. Par la suite, il fut nommé à la Manufacture d’armes de Saint-Étienne. Là, le projet du Famas commença, sous sa direction, en 1967. Quatre ans plus tard, le premier prototype était prêt… Une fois les essais achevé, le Famas entra en service au sein de l’armée de Terre à partir de 1978… Outre le Famas, qui sera remplacé dans le cadre de l’actuelle Loi de programmation militaire, l’on doit aussi au général Tellié le Fusil à Répétition modèle F1 (FR-F1), qui fut la première arme de précision française. Cette dernière resta en service de 1966 à 1989.

Considéré comme le plus grand mathématicien du XXe siècle, Alexandre Grothendieck est mort, jeudi 13 novembre, à l’hôpital de Saint-Girons (Ariège), non loin de Lasserre, le village où il s’était secrètement retiré au début des années 1990, coupant tout contact avec le monde. Il était âgé de 86 ans. Apatride naturalisé français en 1971, également connu pour la radicalité de son engagement pacifiste et écologiste, ce mathématicien singulier et mythique laisse une œuvre scientifique considérable.

Pôle funéraire d’Albi, suite

Le PDG du Pôle funéraire de l’Albigeois a accepté hier de répondre aux questions de La Depeche.fr. Il se défend et attend les conclusions de l’audit qui seront dévoilées vendredi. C’est à lire ici.

Bientôt Funexpo

Dans le cadre de notre partenariat avec le salon Funexpo, et à la demande des organisateurs,  nous réalisons une série de reportages sur les exposants. Hier, nous accueillions Frédéric Delfieu, co-gérant de l’Agence Nova Formation que vous allez retrouver sur le stand F48 la semaine prochaine, à l’occasion de Funexpo 2014 à Lyon. C’est à lire dans Funéraire Info.

Une nouveauté sur Funexpo 2014, avec la présence d’Anoblis sur le Stand C76. Cette société présente de beaux capitons personnalisés, en harmonie avec ce que le défunt aimait. Un produit « couture » qui répond à une demande croissante de personnalisation et un produit breveté dont l’installation s’effectue en une minute. Quelques questions à Maryse Labbé et ses réponses, dans Funéraire Info.

Lire aussi :  Verne Troyer, doyenne de l'humanité, pompes funèbres …news du 23 avril

Récompense

Onze candidats issus d’écoles d’architecture et de design ont participé, cette année, au concours organisé par Le Choix funéraire, sur le thème de l’écologie. Le réseau numéro deux des pompes funèbres en France, basé à Pleslin-Trigavou, près de Dinan, devrait présenter, sur écran, le monument vainqueur lors du salon international Funexpo à Lyon, du 20 au 22 novembre. Il s’agit du projet en granit de Teddy Launay, fraîchement diplômé de l’école de design de Nantes Atlantique. « Trois points ont séduit le jury. Le réceptacle à l’arrière, permettant d’inclure un végétal. Le message ? Planter une graine, c’est perpétuer le souvenir, souligner qu’il y a encore de la vie après la mort. Autre qualité : l’esthétique légère malgré le volume important du monument. Enfin, il s’est illustré car il peut être réalisable et commercialisable rapidement », renseigne Jean-Philippe Aussant, designer industriel de l’entreprise. D’ailleurs, si quelques concessionnaires se montrent intéressés, Le Choix funéraire envisage de le rajouter au catalogue. Un concours du même type va être lancé d’ici peu pour l’année 2015, s’ouvrant aux écoles des beaux-arts, sur le thème de la mixité. À savoir, allier inhumation et crémation dans un même monument.

Nouvelles des pros

Le premier producteur européen de cercueils en bois massif et fournisseur de services funéraires aux particuliers a remplacé depuis 2011 ses anciens véhicules de liaison, les Peugeot 107 et 206 (2 places) par les petits utilitaires Peugeot Bipper, le plus gros contingent de son parc avec 630 unités. « Les Bipper permettent un plus grand volume de chargement de matériel ou de personnes pour leurs liaisons entre nos agences et les établissements administratifs, mairie, hôpitaux, etc. lors des cérémonies funéraires », souligne Mélodie Arenou, responsable de la gestion de la flotte de véhicules d’OGF. Pour le reste de ses utilitaires, la PME utilise la gamme dédiée de Peugeot, les fourgons et fourgonnettes Expert et Boxer pour acheminer les cercueils de ses multiples dépôts à ses agences funéraires et les Partner qui ont la même fonction que les Bipper. « Pour nos 180 véhicules de fonction, nous suivons également l’évolution de l’offre de notre marque historique ,Peugeot, en proposant dans notre « car policy » tous les modèles disponibles de sa gamme hormis la 108 et la 4008 », ajoute-t-elle. C’est ainsi que les conseillers prévoyance roulent en 208 (2 places), les chefs de secteur en 308 SW ou en 2008, les directeurs régionaux en 508 SW et les dirigeants en 3008 ou 5008.

Lire aussi :  Des chouettes au cimetière, vol de cercueil...au menu du réveil funéraire du mardi 6 mars 2018

Programme télé

M6 : le droit de mourir dans Zone Interdite, une émission à voir le 16 novembre prochain. Le sommaire de l’émission est à lire ici.

Boulette

Une Polonaise âgée de 91 ans, déclarée morte à son domicile par une femme médecin et transportée à la morgue, s’y est réveillée onze heures plus tard, a rapporté jeudi la télévision publique TVP. Les faits remontent au 6 novembre. Janina Kolkiewicz, habitante d’Ostrow Lubelski dans l’est de la Pologne, s’est réveillée dans une chambre frigorifique de la morgue, à la stupéfaction de ses employés qui ont vu un sac noir censé contenir son corps a commencé à bouger, a précisé la télévision. «J’ai établi son acte de décès (…) Je suis sous le choc, je ne comprends pas ce qui s’est passé, son coeur ne battait pas, elle ne respirait plus. J’avais la certitude qu’elle était morte», a déclaré à la télévision le médecin, Wieslawa Czyz. «Ma tante ne sait rien de ce qui lui est arrivé, car elle a une sclérose très avancée», a raconté la nièce de l’héroïne malgré elle de cette histoire, Bogumila Kolkiewicz, citée par un journal local. «Une fois ramenée à la maison, elle nous a dit avoir très froid et demandé un thé chaud», a-t-elle ajouté. La police a ouvert une enquête sur cette histoire inhabituelle et le médecin risque des poursuites pénales, a indiqué la TVP.

Imposteur

Le Service de police d’Ottawa (SPO) a lancé une enquête après qu’un imposteur se faisant passer pour un militaire eut accordé une entrevue à CBC lors des cérémonies du jour du Souvenir, mardi, au Monument commémoratif de guerre du Canada. Le porte-parole Charles Benoît explique que l’enquête porte sur « l’emploi illégitime d’un uniforme et de certificats militaires ». Le ministère de la Défense nationale affirme que Franck Gervais, qui portait un uniforme et des médailles militaires, n’est pas un membre des Forces canadiennes. Après avoir vu M. Gervais parler à la télévision en se présentant comme un « sergent », des anciens combattants et des militaires ont appelé CBC en mettant en doute son statut de « soldat ».

Et dans le très vaste monde des vivants

Quelques heures seulement après son atterrissage historique sur la comète Tchourioumov-Guérassimenko, le robot Philae, de la sonde Rosetta, a envoyé sur Terre les premières images jamais prises depuis la surface d’une comète. L’astrophysicien Philippe Lamy, directeur de recherches au CNRS et impliqué dans la mission, a expliqué, dans un chat au Monde.fr, comment le module pouvait fonctionner malgré une position inconfortable et détaillé les promesses offertes par la comète. C’est à lire ici.

pressenationale2-300x287 Revue de presse du funéraire du 14 novembre 2014

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here