Revue de presse du funéraire du 15 octobre 2014

0
774
presse papier
Presse papier en France

Fisc et condoléances anticipées

Pour l’administration fiscale, le Biotois Jean-Philippe Ghiglione est décédé. En allant réclamer au centre des impôts de Biot la copie des avis d’imposition de 2011, 2012, 2013 et 2014 qu’il n’avait pas reçu, cet artiste peintre a subi un véritable choc lorsqu’on lui a annoncé qu’il était mort depuis le 31 décembre 2010! «J’avais besoin de ce document être à jour avec la Maison des artistes de Biot où je suis affilié. Une fois arrivé au centre des impôts pour retirer mes documents, une dame m’a demandé ma carte d’identité. Et, là, stupeur. Elle m’annonce que pour elle, je suis décédé depuis 2010!» Ne voulant pas garder cette folle aventure pour lui, Jean-Philippe Ghiglione décide de publier une photo de lui avec le document attestant de son décès sur sa page Facebook. Histoire, au passage, de rassurer tous ses amis.Le tout accompagné d’un petit texte expliquant, non sans humour, qu’il est«suffisamment hors société pour trouver ça drôle et trop les pieds sur terre pour ne pas être affecté. Finalement après avoir eu trois numéros de sécurité sociale, et finir mort en pleine possession de mes moyens, je commence à croire qu’être artiste n’est pas une sinécure…» Les œuvres de Jean-Philippe Ghiglione sont connues dans le monde entier. Près de 5 000 toiles sont, en effet, exposées dans des collections privées.

Ebola, nouvelles du jour

Débordés, sous-équipés, formés à la hâte, mal payés, parfois stigmatisés: en première ligne face à l’épidémie d’Ebola, les personnels de santé menacent de se désagréger sous le choc, comme le révèle le mouvement de grève au Liberia, pays le plus touché. «Nous sommes convaincus que le peuple libérien et le monde ont entendu nos cris», a affirmé mardi le secrétaire général du syndicat du secteur, George Williams, annonçant la levée du mot d’ordre de grève nationale, au second jour du mouvement. Il a dénoncé «la négligence, la tromperie et les menaces» des autorités. Un reportage qui fait froid dans le dos, ici.

Archéologie

Des archéologues anglais vont sonder cette semaine le petit cimetière de l’église de Waltham Abbey, au nord de Londres, pour tenter de retrouver les restes d’Harold Godwinson, le dernier roi anglo-saxon d’Angleterre, défait par Guillaume le Conquérant, lors de la célèbre bataille d’Hastings en 1066. Selon la tapisserie de Bayeux​ – qui raconte la conquête normande de l’Angleterre – Harold serait mort lors de la bataille d’Hastings, le 14 octobre 1066. Il aurait reçu une flèche dans un oeil puis aurait été littéralement dépecé par quatre chevaliers normands. Mais l’écrivain et archéologue amateur anglais, Peter Burke, soutient une toute autre thèse : selon lui, le dernier roi anglo-saxon d’Angleterre aurait survécu puis aurait mené une vie d’ermite pendant 40 longues années. « Cette histoire vient d’un jeune prêtre qui délivré les derniers sacrements à un vieux pèlerin appelé Christian qui avait déclaré sur son lit de mort qu’il était Harold, le dernier roi anglo-saxon »

C’est le plus grand monument funéraire jamais découvert en Grèce. Sur le site d’Amphipolis, dans le nord du pays, des archéologues ont commencé à fouiller, courant août, une immense tombe de trois mètres de haut. Un mausolée datant de la fin du IVe siècle avant notre ère, lové dans une enceinte de marbre de près de cinq cents mètres et desservi par une antique voie de plus de quatre mètres de large. Encore anonyme, la sépulture fait l’objet de toutes les spéculations. En effet, vu son aspect, personne ne doute qu’elle ait été construite pour abriter la dépouille d’un personnage très important. De nombreux indices laissent penser qu’il pourrait s’agir de la dernière demeure d’un proche d’Alexandre le Grand (sa mère, sa femme, son fils ou l’un de ses fidèles généraux) ou encore d’un monument funéraire érigé à sa gloire, puisque le célèbre roi de Macédoine est censé reposer en Égypte à Alexandrie.

Lire aussi :  Funexia, cimetière, Services Funéraires - Ville de Paris… L’actualité du 26 juin 2018

Escroquerie (Canada)

La mort, ce n’est pas un sujet facile à discuter ni à vivre. Pour éviter les problèmes, plusieurs personnes veulent s’assurer que leurs dernières volontés soient exaucées. C’est pourquoi des milliers de Québécois achètent de leur vivant des arrangements préalables de services funéraires. Mais attention, même si votre contrat est signé et votre argent encaissé, cela ne veut pas nécessairement dire que vos dernières volontés seront exaucées. Carmen Charette l’a appris à ses dépens. Son histoire est à lire ici, sur Radio Canada.

Nouvelles des pros

Inédit en France et gratuit pour quelques mois seulement, enhommage.fr propose un ensemble de services aux familles et proches d’un défunt. Cela va du e-faire-part personnalisé à l’envoi de fleurs. Un vrai service, en complément de celui apporté par les pompes funèbres. Présentation à lire ici, dans Nord Eclair.

Vol au cimetière

Difficile de ne pas sentir la colère gronder dans la voix et le regard de Dominique Calisti-Labbens. Difficile, aussi, de ne pas se révolter avec lui. Hier matin, en se rendant au caveau familial où sont enterrés son père et son parrain, au sein du cimetière communal, il fait une découverte pour le moins désagréable :« Les plaques funéraires du caveau ont été volées. Il y avait celles de mon père et mon parrain, gravées avec leur nom et leur date de naissance et de décès. Deux autres plaques, portant les noms de ma mère et de ma marraine, toujours vivantes, ont également disparu. » Passé le premier choc, Dominique Calisti-Labbens s’est rendu à la gendarmerie de Corte pour déposer plainte. Son cas est, a priori, isolé.

Miracle ?

Dimanche 12 octobre 2014 –  Un homme de 74 ans, Paul Marie Maganga-Moundounga, donné pour mort, s’est réveillé à l’arrivée du corbillard, jeudi dernier, à Nzoghe-Bang, regroupement de villages situé à une dizaine de kilomètres de Lambaréné, le chef-lieu de la province du Moyen-Ogooué (centre du Gabon). Raconté par Koaci, avec du vin de palme et des serpents à gueule rouge, ça a tout de suite une autre allure. Laissez vous tenter ici.

Mystère

Les montagnes luxuriantes qui entourent Iguala, la ville mexicaine où ont disparu 43 étudiants, cachent sous leur épaisse végétation un cimetière clandestin d’où plus de 80 corps ont été exhumés cette année. « C’est le bus du cimetière qui passe », dit-on ici pour désigner le petit véhicule de transport public qui va à Las Parotas, une localité nichée dans la montagne. C’est là que, le 4 octobre, on a trouvé cinq fosses clandestines contenant 28 corps, la plupart calcinés, actuellement examinés par des experts légistes pour déterminer s’il y a parmi eux les cadavres de certains des étudiants disparus depuis le 26 septembre. Une autre zone montagneuse proche, vers Monte Hored, pourrait n’être qu’un lieu de promenade bucolique parmi les fleurs des bois si n’y avaient pas été découverts 19 corps dans sept autres fosses au mois de mai. Les autorités y cherchent aussi des corps d’étudiants disparus. Le 26 septembre dernier, les policiers d’Iguala ont déclenché une offensive armée contre des étudiants venus de l’école normale rurale d’Ayotzinapa, à 100 km de là, pour recueillir des fonds et manifester, et qui avaient détourné trois autobus de transport public.La confrontation, à laquelle ont participé des hommes armés appartenant probablement au crime organisé, avait fait six morts, 25 blessés et 43 disparus. Des témoins affirment avoir vu des dizaines d’étudiants emmenés dans des voitures de police pour une destination inconnue. Vingt-six policiers et huit autres personnes ont été arrêtés dans cette affaire, tandis que le maire d’Iguala et sa femme ont disparu deux jours après les faits.

Lire aussi :  Crématorium, cimetière, Pompes funèbres… L’actualité du 4 juillet 2018

Nouvelles des cimetières

Après le Père Lachaise à Paris, le cimetière de Roubaix est celui qui possède le plus de chapelles funéraires en France. Ce patrimoine, la ville a décidé d’en mettre en vente une partie sous certaines conditions, a-t-on appris ce mardi. «L’objectif est de préserver ce patrimoine qui date souvent du XIXe siècle. Nous avons déjà reçu des demandes», assure Margaret Connell, adjointe (UMP) à la ville, chargée du dossier. Jusqu’à présent, seules quelques villes, en banlieue parisienne, ou encore Poitiers, se sont engagées dans une démarche similaire. Sur les 310 chapelles du cimetière roubaisien, 53, qui étaient en état d’abandon, ont été reprises et appartiennent à la ville. «Cinq ont déjà été restaurées depuis une vingtaine d’années et servent de columbarium. Quatre autres devraient subir le même sort prochainement», explique Alain Vantroys, directeur des Droits civiques à la mairie de Roubaix. Or, l’ensemble de ces monuments ne peut être restauré faute de budget, certains vont donc être proposés à la vente à partir de janvier 2015, après que le conseil municipal aura validé ce projet actuellement à l’étude au bureau des affaires juridiques.

Et dans le vaste monde des vivants

Peu importe que vous soyez plutôt Margherita, royal ou pepperoni, un seul ingrédient commun est nécessaire à rendre votre pizza parfaite. Et comme la science ne laisse aucune place au doute, des chercheurs chinois, néo-zélandais et anglais se sont associés pour découvrir ce secret. La conclusion est claire : la mozzarella est le fromage idéal pour agrémenter votre pizza. Mais pourquoi la boule blanche italienne et non le cheddar ou le gruyère ? Très sérieusement les scientifiques ont transformé leur laboratoire en pizzeria : ils ont fait cuire mozzarella, emmental, gruyère, cheddar, provolone, edam et colby sur de la pâte à pizza. Ils ont ensuite fait une batterie de tests pendant et après la cuisson pour noter certaines caractéristiques comme l’élasticité, la couleur, l’humidité ou le taux d’huile. Des données qui n’ont rien d’anodines selon Bryony James, l’un des auteurs de l’étude, qui explique le phénomène : « Quand le fromage chauffe, l’eau contenu à l’intérieur est prise au piège et commence à bouillir, ce qui va créer une bulle. Plus le fromage est élastique, plus la bulle sera grande. Et plus la bulle est grande plus elle pourra se casser pour laisser échapper l’huile, ce qui permettra au fromage de griller. » Bref, pour trouver la bulle parfaite tous ces facteurs – élasticité, humidité et huile – doivent être présents mais dans les bonnes proportions. Ainsi, le cheddar, le colby et l’edam ne sont pas assez élastiques. Le gruyère et le provolone permettent de faire des grandes bulles mais sont trop gras pour bien griller. L’emmental est seulement assez humide pour former des bulles plates. La mozzarella est donc le seul fromage assez humide, assez extensible et contenant la bonne quantité d’huile pour en faire le fromage rêvé de tous les pizzaïolos.

pressenationale1-300x287 Revue de presse du funéraire du 15 octobre 2014

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here