Revue de presse du funéraire du 17 septembre 2014

0
582
presse papier
Presse papier en France

Nouvelles des pros

La 28 août dernier a ouvert la quinzième agence EcoPlus Funéraire. Située à Carhaix-Plouguer, c’est la troisième de Bretagne et la première du Finistère.

ecoplus-300x225 Revue de presse du funéraire du 17 septembre 2014

Le mot du jour : Insécurité

Dorénavant, les horaires d’ouverture du cimetière du Verne d’Anjou sont de 8 h à 22 h, l’été et de 8 h à 20 h, l’hiver. Son accès est désormais réglementé et sécurisé. Des travaux sur le portillon et le grand portail ont été nécessaires et réalisés en régie par le service technique de la mairie. « De mémoire, les vols commis au cimetière concernent principalement les plantes et les bouquets de fleurs, rappelle Jean-Noël Béguier, le maire. Mais en réponse à la loi sur les collectivités, nous devions sécuriser l’accès en dehors des horaires d’ouverture. ». Sage précaution.

Se retrouver avec une arme braquée sur soi à la sortie du cimetière, voilà qui n’est pas banal. C’est pourtant ce qui est arrivé lundi à 18h10 à un couple de Noisiel (Seine-et-Marne). Alors que ce dernier sortait du cimetière, deux hommes encagoulés et armés d’un pistolet se sont précipités sur eux. Tandis que l’un des deux leur confisquait la clé de leur Peugeot 508, les délestant au passage du sac à main de madame et de ses bijoux, l’autre les forçait à se coucher, face contre terre, le temps de démarrer le véhicule. Agées de 58 et 59 ans, les victimes n’ont pas été blessées. La police judiciaire de Meaux a été chargée de l’enquête.

Le fossoyeur du cimetière de Charleroi-Nord, installé à la rue du Presbytère, a constaté qu’une trentaine de sépultures de combattants inhumés sous la pelouse d’honneur avaient été délestées de leurs plaques nominatives en bronze, ce lundi matin. Selon la police locale de Charleroi, il ne s’agit pas d’un acte de destruction volontaire mais bien d’un vol de métaux. Plusieurs cimetières de la région de Charleroi ont d’ailleurs été visités par ce type de personnes au cours des derniers mois. Une enquête a été ouverte.

Deux Roumains qui avaient, en septembre 2013, profané tombes et cercueils pour dérober les effets personnels de défunts, ont été condamnés mardi à trois ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Cambrai (Nord). Les deux hommes, âgés de 24 et 28 ans, ont également été condamnés à verser près de 36.000 euros de dommages et intérêts à la quinzaine de familles parties civiles, dont certaines s’étaient plaintes de la disparition d’alliances et de dents en or. Le procureur avait requis cinq ans de prison dont un an avec sursis. Après avoir arrêté les deux hommes en octobre 2013 chez un bijoutier, les gendarmes avaient trouvé lors d’une perquisition dans leur squat des bijoux, ainsi qu’un dentier qui a été reconnu comme ayant appartenu à l’une des défuntes dont la tombe avait été profanée.

Suicide, artisanal ou assisté

Un délinquant sexuel belge interné depuis 30 ans, qui affirme subir des «souffrances psychiques insupportables» en prison, va pouvoir être euthanasié à l’hôpital comme il le souhaite depuis des années, a indiqué lundi son avocat.Van Den Bleeken, qui a commis plusieurs viols, dont un suivi de meurtre, se considère comme un danger pour la société et ne souhaite pas être remis en liberté, mais il juge ses conditions de détention inhumaines. Il affirme depuis quatre ans «qu’il ne peut plus vivre comme ça et qu’il ne peut plus accepter la douleur», a souligné son avocat. «Je suis un être humain et quoi que j’aie fait, je reste un être humain. Donc oui, donnez-moi l’euthanasie», avait lui-même expliqué Van Den Bleeken à la télévision flamande VRT.

Une femme de 65 ans s’est tuée en se jetant dans un bassin rempli de crocodiles dans une ferme-zoo de la région de Bangkok populaire auprès des familles thaïlandaises. Le directeur du zoo, Charron Yongprapakorn, a assuré que ses employés avaient prévenu la police dès l’incident survenu. « Nous avons fait notre possible en installant de hautes barrières, un système de télésurveillance et une patrouille de sécurité », a assuré le responsable à la télévision thaïlandaise, alors que la promenade au-dessus du bassin n’est équipée que d’une palissade de bois d’environ un mètre de haut.

En Corée du Sud, on recense en moyenne 50 suicides par jour. C’est un des plus haut taux de suicide au monde, et la première cause de mortalité chez les 10-30 ans. Pour tenter de faire face à ce qu’on pourrait nommer un phénomène de société, des agences proposent aux personnes de vivre une expérience tout à fait originale : mettre en scène, de leur vivant, leurs propres funérailles. La méthode est simple, il s’agit pour la personne de simuler ses obsèques à travers un rituel constitué de plusieurs étapes : écrire son testament, rédiger une lettre d’adieu pour ses proches, se faire prendre en photo une dernière fois pour la postérité, s’allonger dans son cercueil que l’on referme pendant quelques minutes. Bref, se mettre dans la peau d’un défunt. Heureusement, la Corée du Sud propose d’autres formes de prise en charge pour les personnes suicidaires.

Générosité

Kévin Dupont, 26 ans, s’est tué en scooter dimanche dernier, alors qu’il était passager, en Australie. Sa maman, veuve, n’a pas les moyens de rapatrier le corps. Un appel au don a déjà réuni plus de 16 000 €.

Drame

Deux parents demandent que les médecins du CHU de Poitiers stoppent les soins sur leur nourrisson, né grand prématuré le mois dernier. L’équipe médicale s’y refuse pour l’instant. Pour le généticien Axel Kahn, c’est « l’un des problèmes les plus compliqués sur le plan de l’éthique ». Pour l’instant, la situation, dramatique, semble bloquée et engendre énormément de souffrance pour les parents. Chaque année, quelque 13 millions de bébés naissent avant terme à travers le monde. Les deux tiers d’entre eux ont des séquelles.

Drive-in

Le salon funéraire Paradise Funeral Chapel dans la ville de Saginaw compte attirer de nouveaux clients avec ce nouveau service de «drive-through». On assiste à un service funéraire un peu comme lorsqu’on effectue une commande à l’auto. Quand la voiture des visiteurs s’arrêtent devant la vitrine, les rideaux s’ouvrent et la musique s’active. Chaque visiteur a trois minutes pour se recueillir devant le cercueil. Il est aussi possible de signer le Livre d’Or sans même sortir de sa voiture. Selon le propriétaire du salon, Ivan Phillips, beaucoup de gens ont peur des salons funéraires et cette option leur permet de vivre leur deuil en privé et dans le confort de leur voiture. Les gens peuvent visiter le défunt même en dehors des heures d’ouverture du salon. Au moins trois autres maisons funéraires offrent ce service de «drive-through» aux États-Unis.

Offre location

Encombrée par une vingtaine de pierres tombales, la mairie d’Athis-de-l’Orne, en Basse-Normandie, a décidé de les vendre aux plus offrants. L’initiative est choquante pour certains. D’autres y voient une opportunité intéressante. « Pour le moment, nous n’avons pas fixé de prix. Il n’existe pas de marché pour ça, c’est bien trop spécifique », indique le maire d’Athis-de-l’Orne, Alain Lange. Les éventuels acheteurs doivent donc contacter directement la mairie et négocier les tarifs. Mais qui serait susceptible d’être intéressé par des pierres tombales d’occasion ? « Les entreprises funéraires, peut-être des maçons pour récupérer le granit, ou des personnes qui n’ont pas les moyens de s’acheter une sépulture complète… »

Et dans le vaste monde des vivants

Son quart de siècle tout juste célébré, Internet peut désormais se targuer de compter plus d’un milliard de sites, selon les derniers relevés établis en temps réel par la plateforme spécialisée Internet Live stats. Un cap atteint, mardi 16 septembre, peu avant minuit GMT, soit aux environs de 2 heures du matin en France métropolitaine. Et ce chiffre augmente en permanence. Quelques autres données pour cette journée « historique » : Google a enregistré plus de 3,1 milliards de recherches sur ses serveurs et près de 170 milliards d’e-mails ont été envoyés au cours des dernières vingt-quatre heures. Le revers de la médaille est que l’électricité consommée pour faire fonctionner Internet a généré au moins 2,17 millions de tonnes de dioxyde de carbone (CO2) rejeté dans l’atmosphère… Rien que pour la journée de mardi. A noter par ailleurs, toujours selon le compteur d’Internetlivestats.com, que la barre des 3 milliards d’internautes devrait elle aussi être franchie prochainement.

pressenationale1-300x287 Revue de presse du funéraire du 17 septembre 2014

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.