Revue de presse du funéraire du 2 décembre 2014

0
327
presse papier
Presse papier en France

Décès

« Je veux partir, d’abord en remerciant les gens qui m’ont tellement aidé, c’est surtout ça. Que l’on ne vienne pas pleurer sur moi, j’ai mené une vie formidable, j’ai 84 ans, franchement, je n’ai pas à me plaindre. » – Paul Buissonneau. L’homme, décédé hier, disait ces mots lors d’une entrevue avec Joël Le Bigot en 2010 pour parler de son projet d’organiser ses funérailles. C’est ainsi que commence le documentaire Un p’tit dernier pour la route, réalisé par Mathieu Fontaine, qui suit l’artiste dans la construction de ses funérailles, qu’il a lui-même conçues, de l’hôpital où il a séjourné en réadaptation jusqu’à chez lui. C’était une idée de Mathieu Fontaine et de la productrice Véronique Légaré, après qu’ils eurent lu un article sur le désir de Paul Buissonneau d’organiser ses funérailles.« Le documentaire a pris un tournant différent quand il est tombé gravement malade et qu’il a failli mourir. Ça s’est transformé. Les funérailles sont devenues secondaires, car on a suivi sa réadaptation. Je crois aussi que ça l’a aidé à s’en sortir à l’époque. Il s’est accroché à ce projet », raconte Mathieu Fontaine en entrevue. Un p’tit dernier pour la route se veut un hommage à Paul Buissonneau. Ce dernier a profité de cette tribune pour parler du vieillissement, de sa carrière et de ses coups de gueule. Il n’aimait pas les salons funéraires et voulait être présent lors d’une fête joyeuse.

Diplômes

Reconnue pour sa pédagogie et son environnement de travail privilégié, la Faculté de Droit des Facultés de l’Université Catholique de Lille (FLD) développe, depuis 2011, des formations à destination des professionnels du droit ou ayant besoin de connaissances juridiques dans leurs activités. Un reportage à découvrir dans Funéraire Info.

Accident

Samedi 29 novembre vers minuit, un automobiliste a perdu le contrôle de sa voiture alors qu’il circulait sur la D 339, à Étrun. Après une sortie de route, la Mégane RS Renault a fini sa course dans le « Duisans British Cimetery », brisant dans sa course soixante-douze stèles, sur les 3 207 que compte le cimetière. Deux personnes étaient à bord du véhicule. Transportés au centre hospitalier d’Arras, ces deux jeunes âgés d’une vingtaine d’années s’en sont sorties indemnes. Selon les premiers éléments de l’enquête, le conducteur roulait vraisemblablement trop vite. C’est le plot nº 3 du cimetière qui a été touché, indique-t-on à la Commonwealth War Graves Commission (CWGC), basée à Beaurains. L’organisation, en charge de l’entretien des cimetières du Commonwealth, est mobilisée, depuis ce week-end, pour réparer les dégâts. « Les stèles sont en commande, ici à Beaurains. Les gravures sont en cours. D’ici Noël, tout sera mis en œuvre pour que les nouvelles stèles soient posées et la rénovation horticole réalisée », assure Nelly Poignonnec, en charge de la communication.

Surprise

Une maison abandonnée, aux volets clos, sans boîte à lettres. La bâtisse située au fond d’une cour, au centre-ville de Chartres, semblait être un refuge parfait pour passer la nuit. Des squatteurs s’y sont ainsi introduits par effraction, jeudi 27 novembre, et y ont dormi. Sans s’apercevoir, avant le lendemain, de la présence d’un cadavre dans les lieux. Le corps, celui d’une femme décédée il y a plusieurs années, était réduit à l’état de squelette. La position dans lequel il a été retrouvé a de quoi intriguer. Le cadavre était en effet en position debout, entre une armoire et un mur. Les squatteurs ont prévenu la police, qui a effectué des prélèvements sur les lieux.

Cimetières

L’accès à plusieurs carrés (de 1-2 à 1-10) du cimetière de la Buffe à Cagnes-sur-Mer est interdit au public depuis vendredi. La raison? L’effondrement d’un talus en surplomb, conséquences des fortes pluies de jeudi. La municipalité va engager des travaux d’envergure, estimés entre 500.000 et un million d’euros pour consolider la colline.

Vol

Ces derniers mois, l’Avesnois est ciblé par les voleurs de métaux que plus rien ne semble arrêter. Ces dernières semaines, un petit village – Rainsars – plongé dans le noir après le vol de 200 m de câbles EDF en cuivre ou encore les communes bocagères de Beaurepaire-sur-Sambre, Floyon et Cartignies, délestées de leurs plaques d’égout en alliage de fonte et d’acier. La semaine dernière, en pleine nuit, des malfaiteurs ont dépouillé une tombe du cimetière de Felleries, près d’Avesnes-sur-Helpe. Après avoir arraché une haie, coupé une clôture, ils se sont dirigés tout droit vers un mausolée très particulier. Ils ont réussi à desceller de son socle une statue monumentale de bronze, représentant à taille réelle un jeune Poilu, arme à la main, couchée sur le caveau de la famille Sandrart-Caullery. Comme le montrent de profondes traces au sol, ils ont traîné la sculpture d’un poids estimée entre 200 kg et 300 kg jusqu’à leur véhicule.

Crémations

Les crémations des défunts sont entourées de légendes : les cendres ne seraient pas (uniquement) celles du proche, les cercueils seraient conservés,… Qu’en est-il ? Comment se déroule l’incinération ? Que se passe-t-il après l’exercice des flammes ? Pour la série « Dans le secret des lieux », LaLibre.be s’est rendue dans les coulisses d’un crématorium. Article (payant) à lire ici.

Nouvelles d’ailleurs

Recycler, composter, conduire un véhicule hybride. On ne compte plus les gestes, petits ou grands, qui nous permettent de faire notre part pour la planète. Des gestes bien intégrés au quotidien. Mais comment faire preuve de cohérence et transposer ce souci de l’environnement jusqu’aux rituels funéraires? Une interrogation de Radio Canada à lire ici.

Expériences

Jerusalem burial society [société funéraire de Jérusalem] creuse dans les profondeurs de la terre pour trouver des solutions au manque d’espace à Jérusalem. La compagnie est en train de construire deux cryptes expérimentales près de l’entrée de la ville. Les tunnels de 60 mètres de longs et de 6 mètres de largeur seront capables d’accueillir 300 dépouilles lorsque leur construction s’achèvera dans trois mois, selon des rapports publiés dimanche. Cette solution innovante pour combler le manque d’espace dans les cimetières en Israël trouve son origine dans la tradition juive vieille d’un millénaire qui consiste à tailler des tombes dans la roche, comme celles retrouvées à Beit shearim (près de Haïfa) qui datent de l’époque romaine.

Et dans le vaste monde des vivants

Si toutes les mères du monde savent bien que leur ado ne les écoutent pas quand elles le critique, la science vient de le prouver. Selon une étude réalisée par des chercheurs en neuroscience, quand il se font crier dessus, « les jeunes arrêtent de faire fonctionner leur processus de sociabilité et la compréhension de l’état d’esprit de leurs parents. » Pour en arriver à cette conclusion, des scientifiques des universités de Pittsburgh, Berkeley et Harvard ont suivi 32 adolescents et pré-adolescents, d’une moyenne d’âge de 14 ans, et leur ont fait passer un scanner du cerveau. Au cours de cette expérience, les ados ont écouté des clips de 30 secondes de leur mère en train de les critiquer. Au cours de ces écoutes, ils présentaient donc une réduction de l’activité cérébrale dans le processus de sociabilité et de compréhension des autres. Quand cela arrive, l’ado devient incapable de retenir sa colère et n’arrive plus à percevoir les raisons de la critique dont on l’affuble. Cette découverte, « pourrait aider à expliquer la fréquence élevée de conflits non résolus entre les parents et les ados », commentent les chercheurs. Mais selon le site Wired, l’étude présente de nombreuses limites. « Nous ne savons pas s’ils (les ados) ont vraiment fait attention aux clips audio. Les études d’imagerie cérébrale doivent être soigneusement contrôlées », estime Wired. Et le site de proposer une théorie : Peut-être que la fermeture du cerveau des adolescents est une sorte d’effet de protection pour les aider à arrêter la spirale de conflits ».

pressenationale1-300x287 Revue de presse du funéraire du 2 décembre 2014

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.