Revue de presse du funéraire du 20 août 2014

0
585
Revue de presse
Revue de presse
presse-papier-300x224 Revue de presse du funéraire du 20 août 2014
Presse papier en France

Mystère

Les résultats de l’expertise anatomopathologique ne permettent pas d’établir les causes de la mort du petit Abderazzak, âgé de 7 ans, le 9 juillet dernier au centre hospitalier du val d’Ariège deux jours après son arrivée au centre de vacances le Saint-Bernard à Ascou, a indiqué, hier matin, Olivier Caracotch, le procureur de la République de Foix lors d’une conférence de presse. Le décès du petit garçon qui participait à une colonie de vacances avec d’autres enfants de Villeneuve-le-Roi depuis deux jours au chalet le Saint-Bernard à Ascou reste à ce jour inexpliqué. Le procureur de la République a annoncé avoir demandé une nouvelle expertise à l’institut médico-légal de Toulouse. Le magistrat qui dirige l’enquête judiciaire de «recherche des causes de la mort» du petit garçon a une certitude : «L’enquête sera forcément plus longue et plus progressive que l’enquête administrative.» Cette dernière a confirmé que l’eau et les aliments consommés pendant le séjour dans le centre de vacances étaient hors de cause. «L’expertise anatomopathologique confirme les résultats de l’autopsie à savoir que l’enfant est probablement décédé d’une infection massive. Des lésions ont été constatées sur des organes vitaux comme le foie, l’estomac, le cœur et l’œsophage. Néanmoins, l’expertise n’a pas pu déterminer les origines de cette infection» a précisé Olivier Caracotch qui a ajouté : «L’expertise confirme qu’il n’y a aucune lésion apparente préexistante qui puisse expliquer le décès.»

Décès

Un homme de 32 ans, mis en examen pour deux assassinats, commis dans l’Aisne à un jour d’intervalle en mars 2013, est décédé lundi, quatre jours après une tentative de suicide en cellule, selon le parquet de Laon. L’homme avait été retrouvé pendu dans sa cellule de la prison de Laon jeudi, puis transféré à l’hôpital de Lille (Nord) où il est mort lundi, a expliqué ce mardi le procureur Olivier Hussenet, qui confirmait une information de l’Union. Il n’était pas considéré comme suicidaire, et donc pas particulièrement surveillé, a précisé le magistrat. Il partageait sa cellule avec un autre détenu et était en attente de son jugement, depuis sa mise en examen le 29 novembre dernieLa victime était accusée d’être l’auteur d’un coup de couteau en plein cœur qui a été fatal à un éducateur spécialisé de Caumont (Aisne) dans la nuit du 14 au 15 mars 2013. Il était également poursuivi pour l’assassinat d’un tatoueur de Laon de 47 ans, grièvement blessé par un tir de carabine dans la tête, le 16 mars devant son domicile, et décédé sans avoir repris connaissance le 24 mars.

Epidémiologie

Les maladies cardiovasculaires restent la principale cause de décès en Europe malgré des améliorations sensibles enregistrées dans bon nombre de pays, selon des travaux publiés mercredi dans la revue European Heart Journal. En compulsant des données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) disponibles pour 52 pays européens, l’étude a permis de montrer de grandes divergences selon les pays. Dans des pays à forts revenus comme la Belgique, le Danemark, la France, le Luxembourg, les Pays-Bas, le Portugal, la Slovénie, l’Espagne et Saint-Marin, les maladies cardiovasculaires provoquent désormais moins de décès que les cancers chez les hommes. Aucun reflux n’est en revanche perceptible dans des pays comme la Russie, l’Ukraine, le Belarus et le Kazakhstan, où les personnes de 55 à 60 ans ont plus de risques de mourir de maladies coronariennes que les Français âgés de 75 à 80 ans. Mais si la situation s’améliore globalement chez les hommes, les maladies cardiovasculaires restent la principale cause de décès chez les femmes dans tous les pays européens à l’exception du Danemark, selon les dernières statistiques disponibles.

Cartoons funèbres

Panteon de Dolores tient son nom non pas tant des figures qui composent cette installation d’art contemporain que du lieu dans lequel cette dernière a été installée. En effet, Panteon de Dolores est le plus grand cimetière du Mexique, une vaste étendue de 240 hectares, soit à peu près six fois la superficie du cimetière du Père Lachaise par exemple, de laquelle ont émergé plus de 700.000 tombes. Un des plus grands cimetières du monde qui témoigne du rapport particulier qu’entretiennent les Mexicains avec l’idée de la mort, et ce depuis le culte des morts présent dans les civilisations précolombiennes. L’artisanat local regorge notamment de représentations communes morbides, à l’image des calaveras, les crânes humains associés au Jour des Morts mexicain, inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO depuis 2003. Célébration joyeuse de la vie contrastant avec la tristesse terne du cimetière traditionnel, l’installation de Llama Rada rappelle les explosions colorées des dessins animés d’Hanna et Barbera ou les oeuvres ayant mis en scène la culture graphique mexicaine comme les jeux vidéo Grim Fandango ou Guacamelee ou le film d’animation The Book of Life, produit par Guillermo del Toro, dont la sortie française est prévue en octobre prochain.

Panteon de Dolores / Santolo / Llamarada from Ciudad Intervenida on Vimeo.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.