Revue de presse du funéraire du 23 février 2015

0
311
Dans la presse et sur le web, la revue de presse du funéraire, des pompes funèbres, des crématoriums et des thanatopracteurs. Revivez l’actualité sur Funéraire-info.

Décès de la résistante Paulette Kriegel sur France 3 Rhône-Alpes

Paulette Kriegel, veuve du grand résistant Maurice Kriegel-Valrimont, qui s’était elle-même illustrée dans la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale, s’est éteinte samedi à Paris à presque 100 ans.

Sous l’Occupation, Paulette Kriegel avait accompagné son mari à Lyon où tous deux s’étaient engagés dans la Résistance. « Elle avait organisé avec Lucie Aubrac l’évasion des dirigeants de la Résistance emprisonnés à Lyon par Klaus Barbie », a rappelé sa fille, la philosophe Blandine Kriegel.

En 2012, âgée de 97 ans, Paulette Kriegel avait été agressée par un voleur alors qu’elle se trouvait à proximité d’un square qui porte le nom de son mari, le « square Maurice Kriegel-Valrimont », dans le 18e arrondissement de la capitale.

Décès du trompettiste Clark Terry dans l’Obs

Le trompettiste de jazz Clark Terry, qui a connu une carrière prolifique s’étalant sur sept décennies, est décédé à l’âge de 94 ans, a annoncé son épouse sur le site internet du musicien.

Clark Terry excellait aussi bien en tant que soliste que comme accompagnateur. Il a fait partie de deux des plus prestigieux groupes de jazz de l’histoire, le Count Basie, et le Duke Ellington orchestras.

Il a joué aux côtés de très nombreux grands noms de la musique comme Billie Holiday, Ella Fitzgerald, Thelonious Monk, Sonny Rollins, Ray Charles ou Quincy Jones. Durant les années 1960 il a aussi collaboré avec le Dieu de la trompette, Louis Armstrong.

La revue de presse vous est offerte par ATI
Constructeur d’incinérateurs de déchets, de fours de crémation, et systèmes de filtration des gaz
Incinérateurs pour déchets hospitaliers, animaliers et industriels, fours de crémation humaine, système de filtration des gaz aux normes européennes

Nouvelles des pros dans le Télégramme

Présente depuis trois générations dans la commune de Saint-Renan, l’entreprise familiale de pompes funèbres et marbrerie Provost, dirigé par Bruno Provost, a ouvert une nouvelle agence à Brest, située au 265, de la rue du Vern. L’enseigne propose une prise en charge totale des obsèques, l’organisation, le transport toutes distances, avant et après la mise en bière, et tous les travaux de marbrerie. Depuis le 26 janvier, des chambres funéraires sont mises à la disposition des familles. Le magasin permet aux clients de découvrir les compositions de monuments tout granit, les caveaux, les plaques, les fleurs artificielles, les souvenirs et les gravures possibles. Le dirigeant met en avant la discrétion, le respect et les valeurs humaines dans les services proposés aux familles.

Charlie Hebdo, profanation dans Metronews

L’autel à la mémoire des 17 victimes des attentats de Paris, où viennent se recueillir les passants depuis plus d’un mois sur la place de la République, a été saccagé quatre fois en deux semaines.

Lire aussi :  Homophobie, cimetière, école pompes funèbres... L’actualité du 19 juin 2018

« Cette fois, ils ont tout bousillé… » Rémy Vialaret est dépité en constatant que les bougies, les fleurs et les messages de paix qui avaient été déposés place de la République en hommage aux victimes des attentats de Charlie Hebdo, de Montrouge et de l’Hyper Cacher ont été saccagés.

Depuis plus d’un mois, l’endroit est devenu un lieu de souvenir et de recueillement. Des passants s’y arrêtent, lisent les messages. Mais tous n’ont pas la même bienveillance envers cet hommage aux victimes. « Lorsque nous venons nettoyer, nous voyons bien parfois des personnes vindicatives. Mais d’habitude cela ne va pas plus loin », explique Remy Vialaret.

Pourtant, trois fois déjà depuis environ deux semaines, le collectif a retrouvé l’endroit saccagé. « Jusqu’à présent, ça nous faisait mal mais on réparait ». Dans la nuit de jeudi à vendredi, un quatrième saccage a eu lieu. Couronnes de fleurs arrachées, dessins déchirés, crayons balayés…

Charlie Hebdo, le retour dans Clicanoo.re

Un mois et demi après les attentats qui ont décimé une partie de sa rédaction, Charlie Hebdo va reparaître mercredi et tenter de retrouver un semblant de normalité, malgré la perte des grandes figures du journal et les menaces ravivées par l’attaque de Copenhague.

Le numéro des survivants, un engouement monstre dans les kiosques, un vaste élan de solidarité, un pactole et un torrent d’émotion à gérer : après tout cela, l’équipe rescapée de Charlie Hebdo a dû prendre quelques jours de repos.

Le dernier numéro, diffusé à huit millions d’exemplaires, un record historique pour la presse française, avait suscité des manifestations parfois violentes dans plusieurs pays musulmans.

Les attaques de Copenhague, qui ont fait deux morts, et ont visé comme à Paris la communauté juive et un lieu symbolique de la liberté d’expression, ont ravivé les peurs.

Fin de vie dans le Midi Libre

A Amélie-les-Bains, Damien et Nicolas Delmer sont jumeaux jusque dans la maladie, la mucoviscidose. Ils s’invitent dans le débat sur la fin de vie. Un témoignage à lire ici.

Boulette dans La Nouvelle République

Il s’est fait des cheveux blancs quelques jours. Mais ça aurait pu être pire. Il aurait pu être mort ! Le 2 février dernier, Gérard Ruotte, un septuagénaire de Sommières-du-Clain, consulte son compte bancaire.

C’est le début du mois, il veut vérifier que sa pension est bien arrivée. « C’était bizarre, ma femme l’avait, et moi, rien. Comme par hasard, la mairie m’appelle cinq minutes plus tard en me disant qu’elle avait reçu des courriers de mes deux caisses de retraite complémentaires. Sur les courriers, elles disent qu’elles ont été avisées de mon décès. Elles cherchaient à avoir un duplicata du certificat de décès pour régulariser mon dossier ! »
Gérard s’est rapidement démené pour montrer qu’il était bel et bien vivant. Pendant une dizaine de jours, il a dû multiplier les démarches administratives et bancaires. « J’étais à découvert avec cette histoire. Pour l’instant, ils m’ont remboursé la moitié des agios. »

Lire aussi :  ENAMEF, Salon de la mort, cimetière... L’actualité du mercredi 20 juin 2018

Le hic, c’est que Gérard ne sait toujours pas par quel mystère les caisses complémentaires l’ont cru mort et enterré alors que pour la Sécu, il était toujours bien vivant. « Ils n’ont pas voulu me répondre. »
Gérard prend les choses avec humour. « Je touche du bois. Je voulais en parler pour montrer que ça peut arriver. Par contre, ils ne m’ont toujours pas remboursé les frais d’obsèques ! »

La vérité sur Dieu dans 20 Minutes

Et si Dieu était une femme? C’est ce qu’affirme le père John Micheal O’neal, prêtre de 71 ans dans le Massachusetts. Le 29 janvier dernier, il est amené d’urgence à l’hôpital, victime d’une crise cardiaque. Quelques minutes après son arrivée, il est déclaré cliniquement mort. Les médecins parviennent finalement à le « ramener à la vie en redémarrant son cœur, 48 minutes après qu’il s’est arrêté », rapportent plusieurs médias américains.

Le religieux américain a prétendu avoir des souvenirs clairs de ce qui lui était arrivé pendant ces longues minutes de mort clinique. Il explique avoir eu la sensation d’être sorti de son corps, entouré par une lumière écrasante, et éprouvé un sentiment d’intense amour autour de lui. Des sensations souvent évoquées par ceux qui ont fait l’expérience de mort imminente (EMI).

Mais John Micheal O’neal va plus loin. Il affirme être monté au ciel et avoir rencontré le Tout-puissant. Celui-ci serait un «être de lumière», mais surtout, une «figure maternelle chaleureuse et réconfortante».

Ces déclarations ont provoqué l’émoi dans le clergé catholique de l’archidiocèse, obligeant le cardinal Sean P. O’Malley  à faire une déclaration publique, pour expliquer que Dieu n’était pas une femme et que le père O’neal avait subi des hallucinations.

Bébé post mortem dans 20 Minutes

Leur fille unique est décédée il y a quatre ans, mais ces parents britanniques sont bien décidés à devenir grands-parents. Pour cela, la mère, âgée de 58 ans, a l’intention de porter elle-même l’enfant avec les ovules congelés de sa fille et le sperme d’un donneur, rapporte le Daily Mail.

Aucune clinique en Grande-Bretagne n’ayant accepté de pratiquer l’opération, ils se sont tournés vers New York, où un établissement se dit disposé à les aider pour une somme qui pourrait dépasser les 80.000 euros.

Livre de deuil dans Téléstar

Depuis la mort de sa fille Jade survenue le 25 mars 2014 à l’âge de 5 mois, Ingrid Chauvin n’est plus la même femme. Pour avancer, la comédienne a décidé d’écrire un livre A cœur ouvert dont la sortie est prévue le 12 mars. Morceaux choisis à lire ici.

pressenationale3-300x287 Revue de presse du funéraire du 23 février 2015

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here