Revue de presse du funéraire du 23 mai 2014

0
508
presse papier
Presse papier en France

pressenationale4-300x287 Revue de presse du funéraire du 23 mai 2014

Décès

Mick Jagger est de nouveau en deuil… Quelques semaines après le brutal suicide de sa compagne L’Wren Scott, le leader des Rolling Stones vient de perdre un homme clé dans sa vie. Le prince Rupert Loewenstein, un aristocrate allemand et manager des rockeurs pendant presque quatre décennies, est en effet malheureusement mort mardi à l’âge de 80 ans dans un hôpital londonien. « Mick et les autres membres du groupe sont attristés par la nouvelle, c’est la fin d’une ère », a confié un ami du groupe au Daily Mail. Une ère glorieuse pour les Rolling Stones, passés du statut de groupe au bord de la banqueroute à mastodonte du rock grâce à Rupert Loewenstein. Surnommé Rupie the Groupie par Jerry Hall, il rencontre Mick Jagger en 1970 dans un club londonien, à la demande de ce dernier pour sauver les finances du groupe. L’aristocrate né à Majorque et diplômé d’Oxford accepte alors la mission, encourageant notamment les membres du groupe à s’exiler fiscalement en France et faisant du groupe une véritable entreprise et machine à cash, notamment grâce au merchandising. Rupert Loewenstein devient alors un membre à part entière de la famille Rolling Stones jusqu’en 2007, lorsqu’il cesse à 74 ans d’être leur conseiller financier et quitte le groupe en bons termes. L’an dernier, l’homme qui avait toujours clamé ne pas aimer la musique du groupe avait sorti ses mémoires, A Prince Among Stones (« Un prince parmi les Stones »), dans lesquelles il levait le voile sur quelques secrets. Ce qui n’avait pas vraiment plu à Mick Jagger, lequel avait aussi bénéficié de son aide pour son divorce avec Bianca Jagger. « Je ne crois pas que votre ancien conseiller financier doive discuter de vos contrats et donner des informations personnelles au public », avait déclaré le chanteur devenu récemment arrière-grand-père, fâché contre lui. Rupert Loewenstein sera enterré mardi 30 mai à Londres.

Lire aussi :  Des chouettes au cimetière, vol de cercueil...au menu du réveil funéraire du mardi 6 mars 2018

Grand-mère

Raconter la mémé qui a marqué votre enfance, comme l’a fait l’acteur Philippe Torreton dans son livre Mémé (Ed. L’Iconoclaste), paru en janvier, et qui connaît un joli succès : voilà ce que le Monde.fr avait suggéré à ses lecteurs. De nombreux témoignages, écrits avec le soin et l’émotion que l’on réserve aux hommages, y ont été adressés. Morceaux choisis à lire ici.

Drame de la solitude

Des riverains qui avaient senti une odeur suspecte émanant d’un logement sur les bords de la Garonnette à Toulouse, ont prévenu les services de secours hier après-midi. Les sapeurs-pompiers se sont rendus sur place. Ils ont pénétré dans ce domicile des allées de Barcelone où ils ont fait une macabre découverte. Ils sont tombés sur le corps en décomposition de l’occupante des lieux. À ses côtés, ils ont trouvé son petit chien, un Yorkshire, toujours vivant. Les services de police ont rapidement été contactés. Ils ont procédé aux premières constatations. Le corps de la sexagénaire ne présentait apparemment pas de traces suspectes. Elle serait morte de causes naturelles. Selon les premiers éléments, le décès remonterait à environ un mois. Cette femme vivait seule et personne ne s’était jusqu’alors inquiété de son silence. Son chien aurait survécu en se nourrissant de morceaux de chair de la victime. Une enquête est ouverte.

Mystère au cimetière

Le Pays d’art et d’histoire des Pyrénées cathares voulait en savoir un peu plus sur cette drôle de construction qui se trouve dans le cimetière de Lieurac. Nelly Pouthoumis n’apporta pas la solution miracle mais posa bien des questions qui demeurent à l’heure actuelle sans réponse. C’est un édicule en tuf, de facture romane, pas comme les autres… Si cet édifice est bien en place et bien roman, il est vraisemblablement à rattacher à la présence de l’abbaye de Saint-Sernin qui a acquis des droits sur l’église de Saint-Pierre au Moyen Âge, au début du XIIe siècle. Mais où était construite l’église ? À l’emplacement de l’actuelle ou ailleurs ? Porte ou enfeu adossé à un édifice religieux qui aurait disparu avant l’apparition du cadastre napoléonien puisque sur ce dernier n’apparaît que le cimetière. Ce dernier a-t-il été transplanté ? Nul ne le sait faute de recherches entreprises. Autre possibilité, vestige d’une chapelle ou oratoire dédié à l’archange saint Michel «qui conduisait les âmes au Ciel». Une chose est sûre pour la conférencière, tous les enfeus sont adossés à un lieu de culte. Elle en apporta la preuve par l’image lors de la causerie qui se déroula en la salle des fêtes.Après le généreux vin d’honneur offert par la municipalité, chacun reparti en regardant vers ce monument qui trône fièrement dans le cimetière et qui gardera longtemps encore son mystère.

Lire aussi :  Cercueil à paillettes et funérailles en ligne…l’actualité du 12 avril 2018

Bêtise humaine

Une écolière chinoise a été battue à mort par son père pour avoir copié un devoir sur une camarade de classe, ont rapporté mercredi des médias d’Etat. Dernier cas en date, pour la Chine, d’une série de maltraitance d’enfants sur fond d’intenses pressions scolaires. Face à un appareil éducatif très sélectif, où l’avenir des élèves se joue sur quelques examens clefs extrêmement formatés, les parents chinois imposent une discipline sévère à leurs enfants.

presse-papier-300x224 Revue de presse du funéraire du 23 mai 2014
Presse papier en France

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here