Revue de presse du funéraire du 24 juillet 2014

0
655
presse papier
Presse papier en France
presse-papier-300x224 Revue de presse du funéraire du 24 juillet 2014
Presse papier en France

Recueillement

Dans un silence chargé d’émotion, les cercueils contenant les premières dépouilles mortelles des 298 victimes du de l’avion malaisien sont arrivés mercredi après-midi à l’aéroport d’Eindhoven, aux Pays-Bas, où les attendaient le couple royal et de nombreuses familles anxieuses de récupérer les corps de leurs proches. Le Boeing 777 de la Malaysia Airlines s’est écrasé jeudi dernier à la suite d’un tir de missile et ce mercredi, près d’une semaine après, deux avions de chasse ukrainiens ont été abattus à quelques dizaines de kilomètres de la catastrophe dont Kiev rend la Russie responsable. Vers 16H00 (14H00 GMT), les Pays-Bas étaient à l’arrêt lorsque les deux avions transportant 40 cercueils de bois clair ont atterris à Eindhoven, dans le sud du pays. Ont alors retenti les clairons de l’armée, en hommage aux disparus. Parmi eux, 193 étaient néerlandais. Les drapeaux des pays ayant perdu des ressortissants dans la catastrophe étaient en berne à l’aéroport et une minute de silence a été observée par les familles présentes, ainsi que par Willem-Alexander et Maxima, le roi et la reine des Pays-Bas en tenue de deuil, et par le Premier ministre Mark Rutte.Sur les bords de l’autoroute, sur les ponts ou devant la base militaire, des milliers de Néerlandais s’étaient massés et au passage du convoi, jetaient des fleurs et applaudissaient, en hommage aux victimes.

Loi des séries

Presque une semaine après le crash du vol MH17 dans l’est de l’Ukraine, une autre tragédie aérienne s’est produite ce mercredi. Au moins 42 personnes ont été tuées dans un accident d’avion à Taïwan. Dans un premier temps, le bilan recensait 47 à 51 morts, différant selon les sources. «Nous avons trouvé 42 corps et des parties d’autres corps», a ainsi indiqué un responsable du service des pompiers. Douze blessés ont été transportés à l’hôpital. Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères a annoncé mercredi soir la mort de deux Françaises dans l’accident. «Deux de nos compatriotes se trouvaient à bord et sont décédées dans cet accident, indique le communiqué. C’est avec une profonde émotion que nous présentons nos condoléances à leurs familles. Le ministère des affaires étrangères et du développement international est mobilisé et en relation étroite avec les autorités locales et les familles». L’avion, un ATR-72 de 70 places de la compagnie taïwanaise TransAsia, transportait 58 personnes dont quatre membres d’équipage. Il s’est écrasé près d’un aéroport, sur une des îles de l’archipel isolé de Penghu, aussi connu sous les nom des îles Pescadores, au large de la côte ouest de Taïwan.

Lire aussi :  Certificat de décès, crématorium, exhumation sauvage… L’actualité du 28 juin 2018

Nouvelles des pros

Régis Lagleyse est l’associé d’Éric Novarini, propriétaire de l’entreprise Pompes funèbres principales Dulac, actuellement située avenue Daniate (anciennement avenue du Midour). Il explique que son entreprise est indépendante, bien que son propriétaire, Éric Novarini, dirige l’entreprise dénommée Pompes funèbres principales, dont le siège est à Condom et qui anime plusieurs agences de pompes funèbres dans le Sud-Ouest. Régis Lagleyse ne cache pas que son entreprise est en plein redémarrage après quelques années de flottement. C’est pourquoi la nouvelle implantation avenue de Daniate est mieux adaptée aux besoins des familles, car elle comprend, outre le magasin de fleurs artificielles 1 et de marbrerie, deux salons de recueillement, un salon d’attente et un grand parking. L’entreprise est ouverte 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Sud Ouest leur consacre un article ici.

Initiative

Pas facile d’assurer la propreté des allées d’un cimetière, lorsque l’on a décidé de ne pas utiliser les désherbants ! Pour aider Lynda, employée communale de Laurenan, une quinzaine d’habitants de la commune ont décidé de donner deux matinées de leur temps, munis de binettes, afin de venir à bout des mauvaises herbes qui commençaient à gagner les allées.

La Peste

Une ville chinoise a été bouclée et 151 personnes placées en quarantaine depuis la semaine dernière, après qu’un homme est décédé de la peste bubonique, a rapporté mardi la presse officielle. Les 30.000 habitants de Yumen, dans la province du Gansu (nord-ouest de la Chine), ne sont plus autorisés à quitter la ville, tandis que la police impose aux véhicules de contourner l’agglomération, a indiqué la chaîne chinoise CCTV. La victime, âgée de 38 ans, avait découpé une marmotte morte possiblement contaminée, pour nourrir son chien, a relaté le journal les Nouvelles de Pékin. « La ville dispose d’assez de riz, de farine et d’huile pour nourrir ses habitants pendant un mois », a ajouté CCTV. « Les habitants, y compris ceux placés en quarantaine, sont tous en bon état ». Au XIVe siècle, une épidémie de peste bubonique, appelée Peste noire, a tué des dizaines de millions de personnes en Europe.

Lire aussi :  Funexia, cimetière, Services Funéraires - Ville de Paris… L’actualité du 26 juin 2018

Boulette hospitalière (Canada)

Le 14 mai 2014, Sylvie Alain, une quinquagénaire de la région de Lanaudière au Québec, est victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC) pour lequel elle doit être opérée en urgence à l’hôpital Notre-Dame à Montréal. Les médecins chargés de l’opération chirurgicale, craignant qu’un hématome vienne exercer une pression sur le cerveau, décident de retirer temporairement un os du crâne de la patiente pour le réimplanter ultérieurement. Mais deux jours après l’entrée aux urgences de Mme Alain, sa fille reçoit un appel de l’hôpital l’informant que l’os crânien de sa mère, conservé dans un congélateur, n’est plus utilisable. En effet, des employés d’entretien ont par mégarde débranché le congélateur. Les médecins n’ont pu constater que le lendemain l’étendue des dégâts, et les microbiologistes ont jugé que les spécimens étaient non utilisables. Car décongelé, l’os présenterait un risque d’infection une fois réintroduit dans la boîte cranienne. Pour la patiente reste une question angoissante : comment faire pour remplacer l’os perdu ? Il semble que personne à l’hôpital Notre-Dame n’ait su donner de réponse.

Boulette capitale

Un condamné à mort a succombé au terme d’une agonie sans précédent, mercredi 23 juillet dans l’Arizona, alors que gronde déjà une violente polémique aux Etats-Unis sur l’avenir de l’injection létale comme méthode d’exécution. Joseph Wood, 55 ans, condamné pour le double meurtre de son ancienne petite amie et du père de celle-ci en 1989, a été déclaré mort près de deux heures après le début de l’injection, au lieu d’une dizaine de minutes habituellement. Il a « haleté », « grogné », « suffoqué et cherché sa respiration pendant environ une heure et quarante minutes », a dénoncé son avocat Dale Baich, qui est même allé jusqu’à déposer une motion en urgence devant la Cour suprême pour qu’elle arrête l’exécution, alors que le prisonnier était encore en vie plus d’une heure après l’injection. L’experte de la Fordham University Deborah Denno, spécialiste de l’injection létale, a parlé d’une exécution « inacceptable », « choquante » car elle était « entièrement prévisible et évitable ».

pressenationale-300x287 Revue de presse du funéraire du 24 juillet 2014
Revue de presse

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.