Revue de presse du funéraire du 3 octobre 2014

0
586
presse papier
Presse papier en France

Du rififi au pôle

Le conflit qui oppose depuis plusieurs semaines les salariés du Pôle funéraire de l’Albigeois (PFPA) à leur direction, a connu hier une nouvelle étape, laquelle ne devrait pas aller dans le sens de l’apaisement. William Lefebvre, responsable départemental de la CFDT, raconte à LaDepeche.fr les événements qui se sont produits hier, juste après avoir été reçu par le directeur de cabinet de la maire Stéphanie Guiraud-Chaumeil. «En milieu de journée, Frédéric Esquevin, président du Pôle funéraire, s’est présenté au crématorium accompagné d’un huissier de justice, pour remettre à quatre salariés un courrier les convoquant le 10 octobre, à un entretien préalable au licenciement avec mise à pied à titre conservatoire. Le procédé est d’une violence inouïe, s’étrangle le syndicaliste, l’un des salariés concerné était en train revêtir ses habits de travail. Il s’est rechangé avant de quitter les lieux». La concordance des dates fait également réagir William Lefebvre : «Les quatre salariés sont convoqués le jour même où le cabinet Stratégie territoriale doit commencer son audit financier et de management du Pôle funéraire, comme ils sont mis à pied ils ne pourront pas être entendus». Quant au motif de la mise à pied des salariés, les syndicats n’en connaissaient pas la teneur hier soir. Frédéric Esquevin ne souhaite faire «aucun commentaire sur le sujet» mais promet de s’exprimer «dans quelques jours». En attendant, une «marche de la dignité» est prévue samedi 4 octobre à 10 heures place du Vigan.

Détournement

Depuis que le détournement de fonds sur la régie des concessions funéraires par un agent communal a été rendu public, 85 personnes se sont présentées en mairie de Beuvrages afin de vérifier leur situation. Après vérification et à la date du 12 septembre 2014, 65 d’entre elles ont fait l’objet d’une régularisation administrative pour un montant de 21 160 €. Le compte n’y est pas encore et la liste des victimes est complétée au fur et à mesure qu’elles sont reçues en mairie. La plainte déposée le 2 juillet dernier par le maire de Beuvrages a permis l’ouverture d’une procédure judiciaire qui en est aujourd’hui, d’après André Lenquette qui en faisait état lors du dernier conseil municipal, au stade de l’enquête préliminaire. Les services de police ont établi le nombre des personnes fraudées : 98, ainsi que le montant total de la fraude fixé à près de 30 000 €, sous réserve d’investigations complémentaires. À la plainte déposée par le maire pourraient s’ajouter celles des victimes à qui, il appartient désormais, individuellement, d’apprécier la suite judiciaire qu’elles entendent donner à cette affaire.

Grosse boulette

A La Toussaint, les familles iront se recueillir sur les tombes de leurs morts, ou dans les jardins du souvenir, lorsqu’elles ont fait crématiser les défunts. La famille de Philippe Penot ne le pourra pas, car l’urne qui contenait ses cendres a été perdue. Cette affaire, révélée par Le Progrès, concerne l’ancien président de l’Association de défense et d’étude des personnes amputées, commercial à Lons-le-Saunier (Jura). L’article est à lire ici.

Nouvelles des pros

En inaugurant jeudi 25 septembre son nouveau système de filtration des rejets environnementaux, le crématorium de Champigny-sur-Marne (94) se veut un modèle. Pour s’être mis aux normes en vigueur quatre ans avant la date butoir de 2018, d’abord. Pour avoir fait l’acquisition, ensuite, auprès de la société ATI d’un système innovant particulièrement économe en gaz. L’établissement, enfin, est le seul en France à avoir obtenu l’appui financier d’un Conseil régional, celui d’Ile-de-France, au titre de l’amélioration de la qualité de l’air. Toutes les explications dans Funéraire Info.

Ca sent le sapin ?

Selon une récente étude américaine, l’incapacité de reconnaître les odeurs pour une personne âgée est un signe de risque de décès dans les cinq années à venir. Publiée mercredi 1er octobre dans la revue américaine Plos One, cette étude scientifique révèle que la perte d’odorat est un bon indicateur du risque de mortalité. Cet indicateur serait meilleur qu’un diagnostic d’insuffisance cardiaque, de cancer ou de maladie pulmonaire. Seules les pathologies hépatiques graves sont un indicateur plus fort. Les chercheurs ont déterminé que 39% des personnes âgées de 57 à 85 ans ayant participé à cette enquête qui n’ont pas pu reconnaître des odeurs simples, comme celle de la rose, de l’orange, du poisson, de la menthe ou du cuir, sont décédées durant les cinq années qui ont suivi, contre 19% dans le groupe avec une perte modérée de l’odorat et 10% chez ceux pouvant sentir normalement. Pour mener à bien cette étude, les scientifiques de l’Université de Chicago ont suivi 3000 hommes et femmes.

Justice ?

Ils erraient dans la nuit du 4 au 5 mars 2013 dans la campagne à Treillières, en bordure de Notre-Dame-des-Landes, sous l’empire de stupéfiants, quand ils décident d’investir une maison du quartier qui semblait vide. Et pour cause, le propriétaire était décédé depuis novembre 2011. Ils brisent le carreau de la porte du garage et mettent le domicile sens dessus dessous : ils cassent le double vitrage de la véranda puis s’amusent à en faire de même avec la vaisselle dans le jardin, regardent la télé, puis s’en prennent à la voiture qui ne démarre pas faute de batterie. Ils la poussent sur 300 mètres quand la police municipale les découvre. S’ils n’avaient aucune volonté « d’attenter à la mémoire du défunt », il reste qu’ils ont souillé un logement « à forte valeur sentimentale pour les héritiers », remarque le procureur, vendredi au tribunal de Nantes. « Ça fait de la peine de voir cette maison toujours propre et toujours bien entretenue dans cet état », ont déploré les victimes, auxquelles les deux prévenus devront 400 € de préjudice moral et rembourser les 300 € de frais de nettoyage. L’expertise psychologique pointait des « comportements dyssociaux à défaut de pouvoir s’exprimer par la parole ». Le premier jeune majeur, au casier vierge, a écopé de quatre mois de prison avec sursis, et le second, déjà condamné pour vol, à quatre mois avec sursis avec mise à l’épreuve pendant deux ans. Après cette pichenette, les deux criminels sont retournés tranquillement chercher d’autres occasions de nuire.

Crise de l’immobilier

Il n’y a plus de places disponibles au cimetière de la Possession à La Réeunion. Il y a dix ans, la municipalité avait agrandi le cimetière en achetant 1500m2 de terrain à la Ravine à Marquet. Il ne reste aujourd’hui que 3 places disponibles. Avec 1850 tombes le cimetière est arrivé à saturation. La commune incite les administrés à se rapprocher d’un autre cimetière, mais celui-ci, plus éloigné, n’est pas une solution satisfaisante pour les habitants.

Et dans le vaste monde des vivants

A couper le souffle, tout simplement incroyable, totalement ahurissant… les superlatifs ne manquent pas pour décrire cette expérience unique au monde. Bienvenue à l’Hôtel Terme Millepini de Montegretto Terme près de Padoue en Italie. Ce palace une particularité : il possède la piscine intérieure la plus profonde du monde. En effet; en son sein, les clients peuvent nager dans un bassin, appelé « Y-40 The Deep Joy », aux caractéristiques abyssales : 21 mètres par 18 mètres et avec une profondeur allant  par endroit jusqu’à 42,5 mètres. Comme l’indique le Daily Mail, ce centre aquatique a été conçu par le célèbre architecte italien Emanuele Boaretto et est mise en eau au mois de juin dernier. Les installations ultra-modernes et le design de cette piscine ont notamment été imaginés par les célèbres apnéistes du pays  Umberto Pelizzari et Enzo Maiorca, le «père» de l’apnée en Italie.  Car avec une profondeur représentant l’équivalent d’un immeuble de 12 étages ou de neuf autobus, ce bassin a avant tout été prévu pour la pratique de la plongée. A noter que dans cette piscine le port de la combinaison n’est pas obligatoire puisque les nageurs peuvent profiter d’une eau dont la température est comprise entre 32 et 34°C.

pressenationale-300x287 Revue de presse du funéraire du 3 octobre 2014
Revue de presse

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.