Revue de presse du funéraire du 4 août 2014

0
873
presse papier
Presse papier en France
presse-papier-300x224 Revue de presse du funéraire du 4 août 2014
Presse papier en France

Décès

Yvette Lebon, la doyenne des actrices françaises, connue pour son rôle dans Marinella aux côtés de Tino Rossi, s’est éteinte à l’âge de 103 ans à Cannes. « Yvette Lebon-Wachsberger, doyenne des acteurs français, née en 1910 » est morte lundi dernier, précise l’avis de décès publié dans le Figaro. Elle avait notamment joué dans Zouzou avec Joséphine Baker et Jean Gabin, Abus de confiance avec Danielle Darrieux, Romance de Paris avec Charles Trenet, Le Destin fabuleux de Désirée Clary de et avec Sacha Guitry. Mais son rôle le plus connu reste celui de Lise dans Marinella, en 1936, avec Tino Rossi. Ses obsèques auront lieu à Hollywood, en Californie, précise le carnet.

Débats

S’il n’a pas été houleux, le dernier conseil municipal de Vidauban, présidé par le maire Claude Pianetti, a fait l’objet d’interrogations de la part de l’opposition. Notamment pour la délégation de service public à la Sasu crématorium de Vidauban Claude Pianétti, concernant notamment l’extension de la chambre funéraire. Si cette société est actuellement présidée par Mme Milesi et que personne n’a évoqué d’éventuel conflit d’intérêt, Raphaël Magagnosc, au nom de l’opposition, s’est interrogé longuement « sur l’intérêt de la ville à cette désignation de la société SASU et non seulement sur le seul intérêt du délégataire ». Le maire lui rétorquait que cette délégation « garantissait des tarifs constants aujourd’hui, mais aussi pour l’avenir ». 600 000 euros seront investis par le délégataire pour porter la capacité d’accueil des corps de 3 à 9, avec la réalisation de six salons funéraires.

Boulette

« Le respect dû au corps humain ne cesse pas avec la mort. » Cet article du Code civil qui stipule aussi que les cendres « doivent être traitées avec respect, dignité et décence » est essentiel pour tous les professionnels du funéraire. Mais au crématorium de Nanterre (Hauts-de-Seine), certains employés ont bafoué ce droit. L’article est à lire ici, dans Le Parisien.

Condamnation

Thierry Richarte, 49 ans, a été condamné ce jeudi à six ans de prison ferme pour « administration de substances nuisibles » aggravée – avec préméditation et en récidive – et maintenu en détention. Cet employé d’une société de pompes funèbres implantée dans la région paloise a écopé de la peine maximale encourue. Tout part d’une plainte d’un jeune homme de 22 ans, en juin 2012, à la gendarmerie de Gan : intérimaire, il s’est vu proposer de faire des « permanences » le soir, « au noir », par Thierry Richarte, un autre salarié de l’entreprise de pompes funèbres, qui se faisait passer pour le responsable du site – ce qui était absolument faux (1). Ces permanences se déroulaient au domicile du quadragénaire, à Billère. Après chacune d’elles, le jeune homme se sentait nauséeux, avait des trous de mémoire. Une analyse de sang a confirmé ses soupçons : on lui avait administré à son insu des benzodiazépines, psychotropes que l’on trouve dans certains médicaments comme le Séresta. Les soupçons portent rapidement sur Thierry Richarte. Les gendarmes alertent le parquet, qui fait aussitôt le lien avec les antécédents du suspect. La suite sur La République des Pyrénées.

Découverte

Les ossements de cinq soldats allemands probablement tués lors des offensives de Champagne en 1915 ont été mis au jour vendredi près de Massiges (Marne) par les anthropologues du service régional d’archéologie. « Les corps emmêlés les uns aux autres ont été probablement inhumés à la hâte dans une fosse située à une entrée de tranchée ou de boyau », a expliqué Yves Desfossés, qui dirige le service régional d’archéologie, confirmant une information du journal L’Union-L’Ardennais.Ce sont les membres de l’association « La main de Massiges » qui restaurent les tranchées du secteur qui ont alerté les archéologues après la découverte d’une botte dépassant de la terre. Selon M. Desfossé, les soldats ont probablement été tués en février 1915 alors que les combats faisaient rage dans le secteur lors des offensives de Champagne. « Vu la violence des affrontements, les Allemands ne peuvent pas évacuer les corps des soldats tués et les enterrent sommairement pour éviter qu’ils ne se décomposent à la vue des combattants », a-t-il ajouté.

Surprise !

Sa découverte fait froid dans le dos. Une habitante de Kläckeberga, au sud-est de la Suède a trouvé une dizaine de sacs Ikea pleins de restes humains. Ces grands sacs bleus et jaunes étaient cachés sous une bâche à côté d’une église luthérienne. Indignée et furieuse que des squelettes aient le droit à si peu d’égard, elle a écrit jeudi un billet sur un blog. Le journal suédois The Local, relayé par Francetv info, précise qu’environ 80 squelettes étaient stockés là depuis 2009. Certains membres de la paroisse ont expliqué que les squelettes ont été exhumés lors de travaux dans l’église pour permettre un accès aux personnes handicapées. Les personnes déterrées à cette occasion n’ont jamais été remises sous terre. « Nous avions pour mission de collecter des informations et de ré-enterrer ces squelettes, dont certains auraient près de 500 ans. Mais cette opération a pris du retard, j’ignore pourquoi. L’église refusait de les enterrer ailleurs, et tout est devenu compliqué », a expliqué l’archéologue Ludvig Papmehl-Dufay au site suédois. Celui-ci a ensuite ajouté que cette sépulture de fortune était « inhabituelle, surtout pour des archéologues. Mais ces sacs Ikea ne sont pas si mauvais, ils peuvent ralentir le processus de décomposition de ces restes. »

pressenationale1-300x287 Revue de presse du funéraire du 4 août 2014

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.