Revue de presse du funéraire du 5 aout 2014

0
538
presse papier
Presse papier en France
presse-papier-300x224 Revue de presse du funéraire du 5 aout 2014
Presse papier en France

Commémorations

Un symbole. Le petit cimetière de Saint-Symphorien n’est peut-être pas le plus important en taille mais il tient une place à part dans le cœur des Britanniques. «Mons est connu comme étant the first and the last, explique Arthur Edwards, journaliste au Sun. C’est ici que sont morts le premier et le dernier soldat britannique lors de la Grande Guerre. Les Anglais savent aussi que c’est à Saint-Symphorien qu’ils sont enterrés. Ce cimetière est très connu pour son design si particulier et si beau.» Ce lundi, la quiétude qui règne généralement dans les allées du cimetière fut bousculée par le faste des commémorations. Des cérémonies réglées à la lettre par le Gouvernement britannique qui veille sur ce lieu unique depuis près de 100 ans. Le cimetière est en effet géré par la Commonwealth War Graves Commission, une autorité administrative responsable du dénombrement, de l’identification et de l’entretien des tombes des soldats des forces militaires des Etats du Commonwealth. Un article du Soir à lire ici.

Cimetière : entretien négligé à Houplin-Ancoisne (Nord)

Les haies à l’entrée semblent taillées à la va-vite, tandis que les arbustes et mauvaises herbes s’étendent librement dans le fond. « Le cimetière est bien moins entretenu qu’avant. Cela a été fait sans goût », confie un Houplinois venu se recueillir. « Et c’est la même chose dans tout le village », ajoute-t-il. La verdure entourant le parking situé rue de la Résistance semble également souffrir du manque d’entretien. « La brigade verte est censée s’en charger, rappelle Bruno Foucart, l’ancien maire, je ne sais pas s’ils reçoivent des instructions ou non. Je ne fais que constater le manque d’attention donnée à ce point essentiel de la commune ». De son côté, le maire Jean Crespel a évoqué l’application de l’Agenda 21, limitant l’utilisation de désherbants et autres produits phytosanitaires, pour expliquer l’état visuel des végétaux dans la commune. Il a ensuite promis : « Le problème sera réglé » cette semaine.

Lire aussi :  Maison des obsèques et pompes funèbres 2.0 …l’actualité du 24 avril

Blocus du cimetière (Polynésie)

La vallée de Orofara est bloquée depuis ce matin par Joinville Pomare.  Ce dernier revendique le domaine foncier où la mairie veut y implanter le cimetière communal. Une voiture a été installée sur le pont qui donne accès au terrain. Les gendarmes se sont rendus sur place pour constater le blocage. Pour Joinville Pomare, « la commune et le territoire se définissent comme les propriétaires légitimes, avec un titre de propriété émis le 1er avril 2012. Ils se créent un titre de propriété, en se disant qu’ils sont les vrais propriétaires ». Mais Pomare conteste cet état de fait. Selon lui, « nous sommes les vrais propriétaires, bien avant la colonisation, notre titre n’aurait pas de valeur, mais c’est à la Justice de décider » : Du côté de la mairie, ce n’est pas vraiment le même son de cloche. Selon elle, « le terrain appartint au Pays mais a été mis à la disposition de la mairie pour le cimetière ». Et d’ ajouter que « c’est une situation qui ne peut pas perdurer puisque ça retarde l’arrivée du nouveau cimetière ». Cependant, la mairie promet de faire toutes les démarches nécessaires afin de permettre aux travaux de reprendre.

Chaos au cimetière (Kinshasa)

Le 1er aout, « jour des morts », les Congolais se rendent dans les cimetières pour fleurir les tombes des défunts. L’observateur de France 24 s’est rendu à Gombe, le principal cimetière de Kinshasa. Ce qu’il y a vu l’a affligé. Un article incroyable à lire ici.

pressenationale1-300x287 Revue de presse du funéraire du 5 aout 2014

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here