Revue de presse du funéraire du 10 juillet

0
456
presse papier
Presse papier en France
presse-papier-300x224 Revue de presse du funéraire du 10  juillet
Presse papier en France

Décès

Le cinéaste corse Henri Graziani est décédé lundi à Bastia à l’âge de 84 ans, a-t-on appris mercredi dans son entourage. Scénariste, dialoguiste et acteur, Henri Graziani fut d’abord acteur de théâtre à Paris, puis assistant du directeur du théâtre du Vieux-Colombier, Bernard Jenny. Né à Rabat le 18 mai 1930, cet artiste au sourire malicieux et à la grande culture fut ensuite l’assistant d’Henri Fabiani et de Claude Berri, travaillant aussi avec Pierre Granier-Deferre.Auteur de plusieurs courts métrages, il tourna en 1972 son premier long métrage « Poil de carotte », adapté du roman de Jules Renard, avec Philippe Noiret, dont il devint l’un des meilleurs amis et l’épouse de l’acteur, Monique Chaumette. Il fit jouer le couple en 1992 dans son film « Nous deux » tourné dans le Cap corse, berceau de la famille Graziani. Ses amis y interprétaient un couple de retraités de retour sur sa terre.Il fut encore le scénariste de deux films à succès, « le Fils » (1973) de Granier-Deferre et « La baraka » (1982) de Jean Valère, avec Roger Hanin.

A 98 ans, Hal Lasko n’était pas de ceux qui passent la journée à regarder la télé ou à jouer aux dominos et au Scrabble. Encore quelques jours avant sa mort aux Etats-Unis, le 6 juillet 2014, Grandpa Hal passait huit à dix heures par jour dans son garage devant un vieil ordinateur. Grâce au logiciel Paint, il agençait des pixels par milliers pour créer des toiles à la frontière entre le pointillisme et l’art 8-bits. Tout a débuté il y a quinze ans. Hal, ancien designer dans la publicité, commence à perdre la vue. Il croit alors que plus jamais il ne pourra s’adonner à sa passion de toujours, la peinture. Pour ses 85 ans, il reçoit un ordinateur. Parmi le peu de programmes installés, le vieil homme découvre Paint. Et la possibilité de zoomer, qui va lui permettre de peindre malgré sa cécité partielle. Alors qu’Hal Lasko expose ses premières toiles dans un centre pour personnes âgées, son petit-fils lui crée un site Internet. Celui qui, quelques mois auparavant, ignorait comment « faire sortir l’image de son ordinateur », voit ses œuvres se vendre sur Internet. Des odes au pixel, ce point devenu presque invisible en ces temps de haute définition, il a bien essayé de se moderniser, mais Hal est finalement toujours revenu à Windows 95. Il n’en fallait pas plus à Microsoft. En février, le créateur de Paint s’empare de l’histoire. Hal Lasko devient le protagoniste d’une publicité diffusée lors d’un des moments de plus forte audience aux Etats-Unis, le Superbowl, la finale du championnat de foot américain.

Hommage

Les obsèques de Benoît Duquesne vont être célébrées le jeudi 10 juillet à 10 heures à l’église Jeanne-d’Arc de Versailles, dans les Yvelines, suivi de l’inhumation dans l’intimité familiale. France 2 a décidé, en accord avec la famille, de diffuser ce soir le dernier numéro de « Complément d’enquête » vers 22h15 que Benoît Duquesne avait enregistré avant sa mort  la semaine dernière, consacré à Luc Besson. L’émission rendra un hommage au journaliste disparu vendredi dernier à l’âge de 56 ans.

Lire aussi :  Pétition contre le crématorium de la Villette …l’actualité du 17 mai

Super hommage

Jeffrey Baldwin, de Toronto, est mort de faim à l’âge de cinq ans. Il admirait Superman. Une photo du petit bonhomme vêtu de son costume du super héros a grandement circulé durant l’enquête sur sa mort. DC Comics avait initialement refusé que le sigle soit gravé sur le bronze en mémoire de Jeffrey, une initiative d’un homme d’Ottawa, Todd Boyce, père de trois enfants. Mercredi, l’entreprise a annoncé qu’elle en permettra l’usage pour signifier l’espoir. «Après vérification auprès de membres de sa famille, DC Entertainment permettra que la statue en mémoire de Jeffrey Baldwin mette en évidence le logo de Superman», a indiqué la porte-parole de l’entreprise, Courtney Simmons, dans un communiqué. Sur Twitter, M. Boyce a qualifié la décision d’«excellente nouvelle» pour la famille de Jeffrey et ses supporters.

Nouvelles des pros

L’Entreprise Touchard, spécialisée dans le funéraire et la fleuristerie a inauguré, mercredi, sa quatrième chambre funéraire, boulevard Pierre-Lefaucheux, face au cimetière à Arnage. « C’est à la fois dans une perspective de développement de notre entreprise mais aussi et surtout dans celle de proposer un service d’intérêt collectif et de proximité dans un secteur qui n’en était pas équipé, que nous avons décidé de créer une chambre funéraire à Arnage », explique Valérie Touchard. L’accès à ce lieu de recueillement est accessible 24 heures sur 24. Trois salons offrent aux familles la possibilité de rester auprès de leurs disparus jusqu’au dernier instant. Pour l’organisation des obsèques, les familles peuvent s’adresser au magasin situé 88, avenue Nationale, tous les jours du lundi au dimanche midi. Tél. 02 43 21 63 09 – E-mail : valerie.touchard@touchard72.fr – www.valerie-erictouchard-pf.com. Permanence téléphonique pour les décès : 06 07 15 58 83.

Nouvelles des crématoriums Suisse

Le crématorium de Sion, qui était fermé depuis le 10 mars dernier à cause de l’incendie du filtre, sera à nouveau fonctionnel dès jeudi. Les dépouilles valaisannes pourront donc de nouveau être incinérées à Sion. Pendant les quatre mois nécessaires à la remise en fonction des locaux et du filtre, les crémations s’effectuaient majoritairement à Lausanne pour le Bas-Valais et à Thoune pour le Haut-Valais. Le filtre du local de crémation du centre funéraire de Platta avait pris feu pour une raison encore indéterminée. « On sait simplement que notre opérateur n’a pas fait d’erreur. Mais l’enquête de la police scientifique est encore en cours et nous ne savons pas les causes réelles de l’incendie », explique James Crittin, le responsable du centre funéraire de Platta. A noter que le filtre, fabriqué par une entreprise spécialisée allemande, avait été posé au printemps 2013 pour répondre aux normes fédérales sur la protection de l’air.

Communautarisme

Il n’a pas enterré sa promesse faite lors de sa campagne des municipales. Bien au contraire. Le maire de Gauchy vient de la sortir de terre. Il y a désormais un carré confessionnel au cimetière de Gauchy. Avant de lancer le projet, Jean-Marc Weber a missionné un habitant, Rabah Boucetta, présent sur sa liste, pour mener une enquête de terrain. Ce dernier a contacté plusieurs familles musulmanes de la commune pour relever l’intérêt de réaliser un tel carré confessionnel. La vingtaine de familles a confirmé ce souhait.

Lire aussi :   Crématorium, agent funéraire, Mandela… l’actualité du 3 avril 2018

Escroc

Corbeil-Essonnes : Durant des années, un employé des pompes funèbres a mis au point une arnaque. Il s’en est même pris à sa mère lors du décès de son père. Il tuerait père et mère comme le dit l’adage. Dans cette affaire, le suspect n’a pas tué sa mère mais l’a escroquée. Un employé d’une société de pompes funèbres de Corbeil-Essonnes a ainsi dérobé pour plus de 200 000 euros. Placé en garde à vue, il a été remis en liberté mardi 2 juillet avec une convocation devant le tribunal correctionnel d’Evry, pour des faits commis depuis 2009. « Avant, les faits sont prescrits et cela nous empêche de le poursuivre », souligne un proche du dossier. Cet habitant de Villabé avait effectivement mis au point son arnaque en 2003, lors de la canicule.

Fantôme branché

Gina Mihai, 34 ans, a indiqué avoir trouvé un selfie de sa grand-mère décédée dans son téléphone. Elle croit que son esprit l’appelle à l’aide. « Quand j’ai regardé dans mon téléphone, j’étais horrifiée de découvrir le visage de ma défunte grand-mère », a-t-elle déclaré. « Elle a ce qui ressemble à un serpent autour de son cou et l’image semble avoir été prise depuis un trou, comme si elle avait été photographiée dans le tunnel qui sépare la vie de la mort. »

Momie

Ce devait être une banale intervention pour les pompiers de Rouen (Seine-Maritime). Appelés ce mardi pour un simple dégât des eaux, ils ont fait une macabre découverte dans un immeuble HLM de cinq niveaux situé dans le quartier des Hauts de Rouen. Après avoir frappé à la porte d’un appartement du premier étage d’où semblait provenir le sinistre, ils décident de la fracturer devant l’absence manifeste des propriétaires. Ils découvrent alors le corps, à l’état de squelette, d’une septuagénaire décédée il y’a 6 ans. La dépouille reposerait, selon les premiers éléments de l’enquête, depuis 2008 dans l’anonymat le plus total. «On nous a prévenus pour une fuite d’eau et nous avons fracturé la porte et découvert cette dame», a expliqué l’un des pompiers témoin de la scène. Personne dans l’immeuble ne s’était aperçu de la disparition de cette femme, née en 1938, et qui serait donc décédée à l’âge de 70 ans. «Cela ne me surprend pas, ici c’est chacun pour soi» raconte une voisine, elle-même âgée et handicapée. Les loyers, les factures d’eau et d’électricitéde la défunte étaient prélevés automatiquement sur son compte, alimenté par sa retraite. Les enquêteurs ne disposaient pas encore ce mercredi d’éléments sur l’éventuelle famille de la septuagénaire. Cette découverte dramatique intervient alors que les résultats d’une étude de la Fondation de France montraient ce lundi une évolution marquante de la solitude chez les personnes âgées de plus de 75 ans.

pressenationale4-300x287 Revue de presse du funéraire du 10  juillet

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here