Revue de presse du funéraire du 10 février 2014

0
393
pressenationale-300x287 Revue de presse du funéraire du 10 février 2014
Revue de presse

Psychose, remake à la française ?

Elle vivait avec le corps de sa mère décédée depuis des années. Ce samedi, les gendarmes de Maël-Carhaix, dans les Côtes-d’Armor, ont découvert le cadavre d’une femme, en état de décomposition. Sa fille de 66 ans vivait à ses côtés et faisait croire qu’elle était vivante. La vieille dame n’avait plus été vue depuis 2010. Le maire de la commune, Michel Henry, joint par France Info, a confié que la situation ne paraissait pas claire. « Elle allait avoir 93 ans et elle ne recevait aucun soin, elle ne voyait pas de médecin ». Pourtant, selon lui, la supérette de la commune fournissait des aliments à la fille pour « deux personnes« . La mairie a même reçu une lettre lors du recensement qui affirmait que les femmes étaient deux à vivre dans la maison. La fille a été placée d’office en hôpital psychiatrique « compte tenu de son état psychique », a expliqué le vice-procureur Patrick Lewden. Les deux femmes vivaient grâce à la pension de réversion du père, mort il y a quelques années. (France Info)

Petits cons

Au cours de la dernière semaine de janvier, deux adolescents – un garçon et une fille âgés respectivement de 12 et 13 ans – ont eu la mauvaise idée d’aller jouer dans le cimetière d’Assat. Ils ont commencé par s’en prendre aux fleurs des tombes, puis se sont intéressés, « par curiosité » et au hasard, à des cavurnes, ces petits caveaux destinés à accueillir des urnes contenant les cendres. Le premier était vide. Dans le second se trouvait une urne, que les deux adolescents ont sortie et ouverte. Une partie des cendres s’est alors répandue. Les deux collégiens ont semble-t-il pris conscience qu’ils venaient de faire une grosse bêtise. Ils ont tenté de tout remettre en place. Une dalle a été cassée. Les gendarmes de Gan ont rapidement identifié les auteurs. Les deux adolescents ont été convoqués : lors de leur audition, ils ont reconnu les faits. Ils ont ensuite été remis à leurs parents. Le parquet décidera d’éventuelles poursuites. La mairie d’Assat et la veuve du défunt dont l’urne a été profanée ont porté plainte. (La République des Pyrénées)

Boulette

Il y a quelques heures, la Sécurité Routière lançait son communiqué de presse portant sur la stabilité du chiffre des accidents mortels sur les routes entre Janvier 2013 et Janvier 2014. Compte tenu de l’excellente année 2013, ce chiffre aurait été un signal tout de même encourageant en ce début d’année. Cependant, il semblerait que la Sécurité Routière ait commis une erreur dans sa formule mathématique puisque Janvier 2013 s’était clôturé sur un bilan de 271 tués sur les routes et qu’en 2014, le mois de Janvier a connu une BAISSE de plus de 12% de la mortalité sur les routes avec 33 vies épargnées par rapport à 2013 (271 tués en Janvier 2013 contre 238 en Janvier 2014) 40 millions d’automobilistes tenait simplement à rétablir la vérité dans les chiffres et rendre aux automobilistes le bénéfice de l’amélioration constante des chiffres. « Il est tout de même déconcertant d’observer qu’avec des chiffres toujours meilleurs, la Sécurité Routière soit toujours ancrée dans des perspectives d’augmentation de notre arsenal répressif ou d’abaissement des limitations de vitesse » (Contrepoints)

Lire aussi :  Exhumation, cimetière, pompes funèbres …l’actualité du 22 mai

Cataphilie

Paris est un « gruyère ». Sous les pieds de ses habitants s’étendent des milliers de kilomètres de galeries : les tunnels du métro, les égouts et à une vingtaine de mètres sous terre, les catacombes. Dans ce labyrinthe mystérieux, policiers et passionnés jouent au chat et à la souris. Un reportage à retrouver en texte et vidéo dans Le Monde.

Drame

C’est une histoire dont tout le monde parle dans le pays : celle d’une Canadienne en état de mort cérébrale, enceinte, que son mari souhaite maintenir en vie le temps que son enfant naisse. Peut-on donner la vie après la mort ou presque ? La question semble absurde, violente, presque philosophique. Pour Dylan Benson, elle est très concrète. Son épouse de 32 ans, enceinte de 22 semaines, a subi une hémorragie cérébrale le 21 décembre. Pour la médecine, elle n’y a pas survécu. Elle est actuellement en coma végétatif, sous assistance respiratoire, sans aucun espoir de réanimation. Passé le choc, le mari décide de tout faire pour sauver l’enfant porté par sa femme. Il lance d’abord un blog, négocie avec les médecins, puis fait appel à la générosité des internautes pour pouvoir prendre plusieurs mois après la naissance afin de s’occuper de l’enfant. Il a déjà récolté près de 35.000 euros. Les médecins maintiennent depuis les fonctions vitales de Robyn Benson, en état de mort clinique, pour arriver au cap des 34 semaines de gestation. On pourra alors procéder à un accouchement par césarienne, avant de laisser mourir la mère. (France Inter)

Nouvelles des pros

L’entreprise funéraire Delamare a ouvert au 43, rue Général-de-Gaulle à Douvres-la-Délivrande . « Etre à Douvres permet d’être plus accessible à la population. D’autre part, la chambre funéraire de Ouistreham est ouverte à toutes les pompes funèbres et permet d’être à proximité des personnes qui veulent se recueillir, le jour ou la nuit. Il y a des codes d’accès », explique Gérald Jardin, collaborateur de M. Delamare. Tous les produits proposés sont sans intermédiaires. « Nous faisons la vente et la pose des monuments, des caveaux, des inhumations, des crémations, les transports des défunts, les toilettes, etc. Seuls les soins de thanatopraxie sont faits par un sous-traitant. » Entreprise Delamare, 43, rue du Général-de-Gaulle. Tél. 02 31 25 62 56 (permanence téléphonique 24 h/24 et 7 jours/7). Fax : 02 31 97 70 90. delamare.ets@orange.fr

Lire aussi :  Funexia, cimetière, cercueil, volcan...L’actualité du 6 juin 2018

Et dans le vaste monde des vivants

Douze ans après sa dernière apparition, l’équipe de Jamaïque de bobsleigh est de retour. Les nouveaux « Rasta Rocketts » Winston Watts et Marvin Dixon se sont entraînés pour la première fois à Sotchi ce jeudi, au Centre des sports de glisse de Sanki, après avoir retrouvé leurs bagages. Leurs valises, perdues à New York, contenaient leurs casques, combinaisons, pointes et les très précieuses lames ont été retrouvées et rapportés à leurs propriétaires dans la nuit par le comité d’organisation. « Mais une boîte de produit protéiné s’est ouverte dans les bagages et il y en avait partout. J’ai mis toute la matinée à nettoyer mon casque », a expliqué à l’AFP Winston Watts, le pilote de 46 ans. « Notre première descente était un petit peu fébrile, car nous découvrions complètement la piste et nous étions stressés. La seconde descente s’est beaucoup, beaucoup mieux déroulée, nous sommes heureux et fiers d’être là », a poursuivi Watts qui espère bien convaincre Usain Bolt de les rejoindre pour les JO 2018. « Nous, les Jamaïcains, nous avons l’homme le plus rapide (…) Il pourrait faire un excellent pousseur, mais le seul problème avec lui, c’est qu’il n’aime pas le froid… » Les épreuves de bob à deux se dérouleront les 16 et 17 février. (Sport 365)

ephemeride-150x150 Revue de presse du funéraire du 10 février 2014

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here