Revue de presse du funéraire du 12 mai 2014

0
465
pressenationale-300x287 Revue de presse du funéraire du 12 mai 2014
Revue de presse

Faits divers au funérarium

Deux cambriolages deux nuits successives dans deux funérariums proches en Isère : ces faits, révélés par France Bleu Isère et France Info, sont peu ordinaires. Plus incroyable encore : le corps d’une défunte s’est trouvé les deux fois dans la cible des cambrioleurs. De quoi choquer profondément la famille de l’octogénaire défunte, comme en témoigne Sylvie, sa nièce révoltée par cette «horreur», au micro de la radio locale. «Je suis en état de choc, on a profané ma tante», affirme celle qui a accompagné l’octogénaire dans ses dernières heures. C’est mercredi 7 mai que la dépouille est déposée au funérarium de Rives, à une trentaine de kilomètres de Grenoble (Isère). Dans la nuit suivante, un ou des cambrioleurs s’introduisent par effraction et dérobent les bijoux, bagues et collier, que portait la défunte. «Je l’ai laissée partir avec ses bijoux par amour pour elle parce qu’il était hors de question qu’elle soit transférée sans ses bijoux. Je l’ai confiée en toute quiétude à un organisme funéraire» explique Sylvie. Après ce premier vol, elle n’était pas au bout de sa stupéfaction. «On m’a proposé de la mettre en sécurité sur Tullins (Ndlr : à quelques kilomètres de là). La nuit d’après, ça a recommencé !» déplore la nièce encore sous le choc. Cette fois, pas de butin pour les malfrats. Mais là n’est même pas l’important pour Sylvie. «Ma tante a eu une fin extrêmement difficile. Je croyais qu’elle allait reposer en paix. C’est inacceptable que des gens soient capables de fracturer des chambres funéraires. C’est pas les bijoux. je m’en fous de ça, je m’en fou de l’argent. Moi, ce que je veux c’est son honneur et qu’on trouve ceux qui ont fait ça.» Pour l’heure, les gendarmes de Saint-Marcellin chargés de l’enquête n’ont aucune piste. Sylvie insiste encore : «C’est l’horreur. Je veux que les gens sachent que les morts, maintenant, quand on les laisse en chambre funéraire, ils ne sont pas en sécurité.» (Le Parisien)

Il n’est pas mort, il rapporte encore

Lancement réussi pour le deuxième album posthume de Michael Jackson, XScape. Love Never Felt So Good, le duo qu’il forme depuis l’outre-tombe avec Justin Timberlake, passe en boucle sur les radios depuis le 1er mai. Il s’est aussitôt placé parmi les cinq premières ventes de iTunes aux Etats-Unis et dans 67 pays. Il faut dire que la compilation de huit chansons inédites, disponible en France le 12 mai, a eu droit à une promotion planétaire. Aux Etats-Unis, le jour de sortie du single, le chanteur Usher a effectué d’agiles pas de danse sur la chanson lors de la remise des Music Awards de iHeartRadio (une plate-forme radio sur Internet), reproduisant le célèbre moonwalk de la vedette décédée en 2009. Sur la chaîne NBC, l’animatrice Ellen DeGeneres en a fait sa « danse de la semaine ».

Conflit funèbre

Il a fallu faire vite. Très vite. Me Christian Olszowiak a joué contre la montre hier. Consulté dans la matinée par un jeune homme en deuil, qui contestait le choix de sa mère concernant la crémation de son père, l’avocat a dû saisir le tribunal d’instance par la procédure la plus rapide : le référé d’heure à heure. Le temps de réunir les pièces, d’établir une requête pour être autorisé à assigner la partie adverse… Me Christian Olszowiak, résume la situation : suite au décès de son mari, le 6 mai, son épouse a décidé « unilatéralement », insiste-t-il, de procéder à sa crémation. « Or, cela va à l’encontre de ses dernières volontés », avance encore le conseil. Il assure que l’homme était un fervent catholique, muni des saints sacrements de l’Eglise. Il produit les attestations de ses frères et sœurs jurant tous sur l’honneur que l’incinération n’était pas son souhait. Il exhibe surtout l’acte de mairie d’un département voisin. En 1978, le défunt a fait l’acquisition d’une concession perpétuelle voisine de celle de ses parents dans le cimetière d’un petit village. La présidente doit trancher, et vite. S’immiscer dans l’intime et dans cette bulle de souffrance. Sa décision, quelle qu’elle soit, sera lourde de conséquences. Elle la rend à 15 h (entre-temps, les plaignants ont appris qu’ils avaient une demi-heure de délai supplémentaire, la crémation étant finalement programmée à 15 h 30). Elle ordonne l’interdiction de la crémation et le droit d’inhumation. Le fils et ses proches, les yeux guère plus secs que lors de l’audience, semblent cependant soulagés. Pas sûr que cela apaise durablement les rancœurs.

Lire aussi :  Arnaud Beltrame, PFDF, crématorium à Antran…l’actualité du 26 mars 2018

Hommage funeste ?

Les restes non identifiés des victimes du 11 septembre 2001, près de 8 000 fragments humains, ont été inhumés ce samedi 10 mai au mémorial de Ground Zero à New York. Certaines familles ont protesté contre ce qu’elles jugent être une insulte. C’était une cérémonie discrète. Le convoi funéraire a traversé New York à l’aube, sans sirènes. La ville de New York ne voulait pas de public. Seuls les ouvriers qui travaillent encore à Ground Zero ont marqué une pause à la descente des trois cercueils de métal recouverts du drapeau américain. Le convoi a été accueilli dans un silence glacial par des familles des victimes, bandeaux noirs sur la bouche qui jugent indécent d’inhumer ces quelques 8 000 fragments humains dont l’ADN n’a pas pu être identifié dans le musée souterrain situé sous le mémorial du 11 septembre. D’autres familles approuvent. L’endroit sera inaccessible au public. Le progrès technique permettra un jour peut-être d’identifier ces restes. Au total, 1 115 victimes des attentats du 11 septs n’ont jamais été retrouvées.

Maman meurtrière ?

Une jeune maman est suspectée d’avoir empoisonné son fils aux États-Unis. Le petit Garnett est mort après quatre jours passés à l’hôpital pour un taux de sodium beaucoup trop élevé. Lacey Garnett pourrait souffrir du syndrome de Munchausen par procuration, qui consiste à rendre son enfant malade pour attirer l’attention. L’état de santé du petit garçon s’est dégradé et il est mort quatre jours après avoir été admis à l’hôpital. Deux mois plus tard, la mort de Garnett a été déclarée comme étant un homicide par un médecin légiste. Les derniers jours du garçon ont été révélés par des amis et d’autres témoins au Journal News. Les sources, qui ont témoigné de manière anonyme, ont expliqué que Lacey avait été interrogée par des inspecteurs alors que son fils était en train de mourir et qu’on lui avait demandé de ne pas quitter l’hôpital. Un ami a déclaré : « Son comportement était bizarre à l’hôpital. Ce n’était pas le comportement d’une maman en deuil. Elle semblait plus intéressée par ce que tout le monde disait, ou par ce que les inspecteurs demandaient aux gens, ou par ce que les gens disaient sur Facebook, que par la santé de son fils. » D’autres personnes ont dit qu’ils étaient perturbés de voir la jeune maman prendre des photos de son fils à l’article de la mort et d’ensuite les poster sur Facebook. Certains s’inquiètent aussi du fait qu’elle avait déclaré avoir nourri son fils via une sonde d’alimentation pour la dernière fois une semaine avant son hospitalisation, alors qu’un témoin a affirmé l’avoir vue le nourrir de cette manière 17 heures avant qu’il ne soit transporté à l’hôpital.

Lire aussi :  Stephen Hawking, Charles Manson…l’actualité du mercredi 21 mars 2018

 ephemeride-150x150 Revue de presse du funéraire du 12 mai 2014

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here