Revue de presse du funéraire du 13 novembre 2013

0
325
pressenationale-300x287 Revue de presse du funéraire du 13 novembre 2013
Revue de presse

Nouvelles des  »pros »

La Ville de Saint-Etienne a voté pour la création d’une société publique locale (SPL) funéraire et son adhésion à celle-ci lors du conseil municipal du 4 novembre. Elle rejoint ainsi 8 autres communes de l’agglomération engagée dans ce projet. Pour Maurice Vincent, le maire socialiste de Saint-Etienne : « Actuellement, les stéphanois n’ont d’autres choix que de s’adresser aux entreprises privées de pompes funèbres pour leurs funérailles. Le projet de la ville consiste donc à créer un pôle funéraire 100% public pour offrir aux Stéphanois un véritable choix. » Tant il est vrai qu’avec seulement… 14 sociétés de pompes funèbres à Saint Etienne, les familles avaient peu de choix « Cette SPL sera constituée à 100% de fonds publics et exercera donc bien un service public. Elle devra équilibrer ses comptes, ce qui garantit aux autres sociétés une concurrence saine. les entreprises privées auront une égalité d’accès à tous les équipements publics, aux même conditions de coûts. » Et la marmotte met le chocolat dans le papier d’alu ?

Après Serge le Lama, le corbillard

Hier, vers 8 h 45, la secrétaire de la société des pompes funèbres Regard, à Champagnole, a découvert avec un grand étonnement que les portes du hangar étaient grandes ouvertes. Des voleurs s’étaient en effet introduits par effraction dans le bâtiment, durant la nuit. Une fois à l’intérieur, ils ne leur restaient qu’à démarrer le camion-grue et partir avec. Pour le gérant, le préjudice du vol est estimé à « environ 45 000 euros véhicule, matériel et outillage compris ». Le véhicule était en effet prêt pour une intervention le matin même. Le camion, de marque Nissan, immatriculé AD 480 WD, est de couleur grise avec une grue bleue. Il porte l’inscription « Pompes funèbres Regard » sur le devant. Les personnes qui apercevraient ce camion sont invitées à contacter la gendarmerie de Champagnole, chargée de l’enquête, au 03 84 52 02 17.

Lire aussi :  Exhumation, cimetière, pompes funèbres …l’actualité du 22 mai

Service funèbre immobilier

Envie de devenir propriétaire d’un bien immobilier? Mais est-ce que, dans l’appartement ou la maison que vous convoitez, quelqu’un est mort assassiné ou suicidé? C’est pour répondre à cette question que le site DiedinHouse.com a été créé aux Etats-Unis, rapporte ABCNews ce mardi. L’auteur de ce site, Roy Condrey, a eu cette idée après qu’un de ses locataires se plaigne que son lieu d’habitation était hanté. Roy Condrey a fait des recherches mais n’a rien trouvé. D’où son idée qui a conduit à ce site très particulier. Le site DiedinHouse.com recoupe des données de journaux, d’agences immobilières et des avis de décès pour savoir si quelqu’un est décédé dans un appartement ou une maison, à quelle date et dans quelles circonstances. Il donne aussi «l’état de vitalité» de l’ancien résident. Chaque recherche coûte 11.99 dollars pour l’internaute, précise encore le site. Ni le vendeur ni l’agent immobilier n’ont l’obligation légale de divulguer les décès survenus dans une propriété, raconte encore Roy Condrey. Pourtant, ces morts peuvent très bien affecter la valeur d’une résidence… voire décaler sa vente. Le site, lancé en juin, connaîtrait une hausse spectaculaire de son trafic en octobre, avec plus de 730.000 visites uniques par mois. Son créateur attribue ce succès en partie à la fête d’Halloween. (20 minutes)

L’Afrique, étonnante et mystérieuse…

Le village de Korékipréa, à 10 kilomètres d’Issia, a été le théâtre, samedi, d’un événement insolite et inédit qui a mis en émoi les populations de cette paisible bourgade. En effet, c’est ce jour-là que devait avoir lieu l’enterrement de Clovis Kanon, un jeune ressortissant du village âgé de 23 ans, plus connu sous le pseudonyme de «Le Vieux», décédé dans des conditions «mystérieuses». Mais au moment de l’ultime séparation le cercueil de « Le Vieux » s’est, contre toute attente, «rebiffé» pour traquer son « tueur ». Les sorciers démasqués à la suite de cette manœuvre sont Mognon S. et Yoh B. (un fonctionnaire à la retraite), tous deux résidant au village. Face à la furia des badauds qui veulent en découdre avec eux, le retraité, lui, n’a eu d’autre choix que de trouver refuge, hier, à la pré- fecture d’Issia pour échapper à un lynchage certain. Le préfet Effouly Benjamin, alerté par la foule et les porteurs du cercueil de « Le Vieux » venus réclamer leur « sorcier », a fait déployer un dispositif impressionnant des forces de police et de la gendarmerie autour des bâtiments abritant ses bureaux. Il a fallu beaucoup de dextérité au représentant de l’Etat pour calmer, quelque peu, les populations de Korékipréa qui font le siège à quelques encablures de la préfecture et exigent que leur soit livré le « mangeur d’âmes ». Malgré la tension toujours vive, M. Effouly a provisoirement réussi, en début de soirée,à convaincre les villageois de retourner à Korékipréa pour enterrer Clovis, en attendant de trouver une issue définitive à cette affaire rocambolesque qui alimente toutes les causeries dans la cité du rocher. Quant aux deux accusés, ils ont été remis à la gendarmerie d’Issia. Un article de Direct.cd

Lire aussi :  Cimetière, cannabis, Her et poilu oublié…l’actualité du 27 avril

ephemeride-150x150 Revue de presse du funéraire du 13 novembre 2013

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here