Revue de presse du funéraire du 14 février 2014

0
380
pressenationale-300x287 Revue de presse du funéraire du 14 février 2014
Revue de presse

Scandale ?

C’est par souci d’économie que les défunts ne seraient pas respectés à Montereau-Fault-Yonne. Dans la ville de Seine-et-Marne, privée de crématorium, les os humains exhumés des tombes en fin de concession finiraient à la poubelle ou dans une remise à outils contiguë au cimetière municipal, selon une information de France Bleu 107.1. En effet, la ville étant dépourvue d’équipement dédié, les crémations devraient être délocalisées. Une mesure jugée apparemment trop chère. Les employés auraient donc appliqué, sur ordre de leur hiérarchie, un circuit plus court mais loin d’être légal : la poubelle ou le garage visible de tous. L’information peut sembler surréaliste, pourtant, une employée du cimetière interrogée à ce sujet jeudi matin, a concédé à metronews qu’elle « était au courant » sans développer son propos, invoquant « le secret professionnel ». La mairie de Montereau a indiqué à nos confrères de France Bleu 107.1, comme à metronews, ne pas avoir connaissance de ces faits et être tombée des nues. « Une enquête administrative a été ouverte », explique Maître Stéphane Woog, chargé de la défense de la municipalité dans ce dossier. « Jamais il n’y a eu de souci d’économie et jamais il n’y a eu ordre de faire ces actes horribles. Il est urgent que le ministère public soit saisi de ce dossier et je le ferai dans les 48 heures », ajoute le conseil, qui précise que le travail des agents était « contrôlé de façon régulière ». Plusieurs familles pourraient porter plainte après ces révélations. Si les faits étaient avérés, l’addition serait alors plus que salée pour la ville de Seine-et-Marne.

Glou, glou

Au cours du week-end du 31 janvier, un cadavre a été découvert dans le hammam de la thalassothérapie Atlanthal, à Anglet. L’homme d’une soixantaine d’années est décédé de mort naturelle. Les causes extérieures ont été écartées, a indiqué hier le parquet. L’enquête de police permettra de déterminer l’origine exacte de cette mort. Il pourrait s’agir d’un arrêt cardiaque. Une autopsie et des analyses toxicologiques ont été ordonnées.

Faut il euthanasier le patrimoine ?

Grosse frayeur à Douai. Selon La Voix du Nord, ce mercredi soir, un bloc de 150 kg s’est détaché de la façade du beffroi en fin d’après-midi et a atterri sur le trottoir. Pas de blessés.  Le bloc de pierre s’est détaché en toute fin d’après-midi ce mercredi d’une des façades de l’hôtel de ville de Douai. Il est tombé une quinzaine de mètres plus bas, sur le trottoir. Juste devant un passant qui témoigne dans La Voix du Nord : « J’ai reçu des cailloux sur les jambes (…). Le bloc est tombé à deux mètres devant moi, il s’est planté comme un piquet ! ».  La rue de la mairie a été coupée à la circulation des véhicules. Les piétons doivent depuis circuler sur le trottoir d’en face.

Lire aussi :  Certificat de décès, crématorium, exhumation sauvage… L’actualité du 28 juin 2018

Euthanasie de 7 à 77 ans ?

Le Parlement fédéral belge a adopté jeudi une loi étendant aux mineurs celle de 2002 dépénalisant l’euthanasie. Le texte a été approuvé à la Chambre des représentants par 86 voix pour, 44 contre et 12 abstentions. Pour entrer en vigueur, la loi devra désormais être promulguée par le roi Philippe. La Belgique devient ainsi le deuxième pays, après les Pays-Bas, à l’autoriser pour les mineurs. Mais, à la différence de la loi néerlandaise, qui prévoit que l’enfant doive avoir au moins 12 ans, le législateur belge n’a pas fixé d’âge minimum. L’euthanasie sera permise pour les mineurs «capables de discernement» et faisant face à des souffrances physiques insupportables et inapaisables, en phase terminale. Ils devront pour cela être conseillés par une équipe médicale et un psychiatre ou un psychologue, et recevoir l’accord parental. La loi ne devrait concerner qu’une poignée de mineurs chaque année, atteints d’un mal incurable, en particulier d’un cancer, et dont le décès est prévu dans un court délai. Tandis que l’euthanasie des adultes concerne quelque 1500 personnes par an en Belgique, soit environ 2 % des décès. Dans la galerie du public, quelqu’un a crié en français «assassins!» à l’annonce du résultat du vote au Parlement. Jusqu’au bout, les «Dossards Jaunes», collectif indépendant et aconfessionnel opposé à l’euthanasie, se sont battus pour que l’élargissement de la loi aux enfants soit reportée à la prochaine législature, «après que les partis se soient clairement exprimés sur ce sujet lors des élections de mai 2014 », précise leur porte-parole Étienne Dujardin, « aucun parti ne l’ayant mis dans son programme de 2010». Évoquant un vote «précipité», près de 200 pédiatres (sur les 1200 reconnus en Belgique) ont envoyé une lettre ouverte en ce sens au président de la Chambre, le PS André Flahaut. «Cela ne répond pas à une demande, témoigne ainsi le Dr Christiane Vermylen, pédiatre hémato-oncologue à Louvain. En 30 ans, je n’ai jamais été confrontée à une demande d’euthanasie d’enfant. Les soins palliatifs que l’on peut leur proposer leur permet d’avoir une fin de vie douce et sans douleur. Grâce à nos équipes, qui peuvent loger chez les enfants en fin de vie, les petits peuvent avoir encore des moments privilégiés avec leurs parents, même si ce n’est qu’une heure par jour…». L’archevêque de Malines-Bruxelles, André-Joseph Léonard, est également monté au créneau en organisant des «journées de jeûne et de prière» afin de «réveiller les consciences». Mais pour le sénateur socialiste Philippe Mahoux, «père» de la loi, le projet avait «une nature humaniste». «Ce qui est scandaleux, c’est la maladie et la mort des enfants», a-t-il expliqué à l’AFP. « Pas la loi sur l’euthanasie».

Et dans le vaste monde des vivants

On ait pourtant qu’il ne faut jamais céder aux caprices des sales gosses gâtés, mais le gouvernement, qui ne manque pourtant jamais une occasion d’expliquer comment élever ses enfants, n’en a cure : il vient d’annoncer qu’il suspendait les immatriculations des véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC) le temps de la médiation. Une mesure provisoire que réclamaient les chauffeurs de taxi depuis le début de leur grève, entamée ce lundi : ces derniers accusent en effet les VTC de concurrence déloyale. Matignon a également annoncé qu’il allait renforcer les contrôles sur les VTC

Lire aussi :  Crématorium, inhumation avec son animal, cimetière…News du 31 mai 2018

ephemeride-150x150 Revue de presse du funéraire du 14 février 2014

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here