Revue de presse du funéraire du 16 janvier 2014

0
398
pressenationale-300x287 Revue de presse du funéraire du 16 janvier 2014
Revue de presse

Euthanasie

Faut-il refuser l’euthanasie passive à un patient qui n’a pas formellement exprimé ce choix, lorsqu’une partie de ses proches s’y oppose? Et qui doit l’emporter si le choix des parents se heurte à celui de l’épouse du patient? Vincent Lambert, 37 ans, rendu tétraplégique par un accident de voiture, est dans un état végétatif depuis cinq ans. Sensible aux stimuli douloureux mais incapable de s’exprimer, cet ex-infirmier est nourri par une sonde gastrique. L’ensemble de l’équipe soignante et sa femme Rachel demandent à ce que, selon la phrase rapportée par Libération, « la médecine se retire ». Or, les parents de Vincent s’opposent farouchement à ce que l’acharnement thérapeutique cesse. Le problème est que cette décision d’euthanasie, aux termes de l’article 2 de la loi Leonetti sur les droits des patients en fin de vie, est censée être prise par le médecin, en respectant la volonté du patient. Si celui-ci ne peut s’exprimer, l’arrêt des soins se fait avec l’accord de « la personne de confiance ou un proche ». Le problème est que Vincent Lambert, s’il s’était ouvert auprès de son épouse et de son frère Joseph de sa volonté de ne pas subir d’acharnement thérapeutique, ne l’avait pas fait de manière formelle. Dès lors, qui des parents ou de l’épouse, doit être le gardien de sa volonté ? La bataille juridique dure depuis près d’un an.

Justice

Le Parisien hier matin a révélé que M. X…, gérant d’une entreprise de pompes funèbres exerçant à Paris, dont Le Monde avait parlé dans une chronique intitulée « Qui a enlevé le corps du défunt » (le Monde du 25 octobre 2013) a été placé en garde à vue, puis mis en examen. Le journal a eu confirmation que la juge Patricia Simon l’a mis en examen pour abus de biens sociaux, complicité, recel et blanchiment d’abus de biens sociaux, au détriment de la société Pompes funèbres direct. Il est soupçonné d’avoir puisé dans les comptes de cette entreprise pour alimenter ses comptes personnels. Cet homme, dont le train de vie a été flamboyant, n’aurait plus guère de moyens. Il vivrait dans une chambre de bonne. Il a été placé sous contrôle judiciaire, et devra verser une caution de 40 000 euros d’ici au mois de juillet.

Lire aussi :  ENAMEF, Salon de la mort, cimetière... L’actualité du mercredi 20 juin 2018

Vol rocambolesque

Des voleurs ont tenté de dérober une urne antique contenant les cendres de Sigmund Freud, père de la psychanalyse, et de sa femme Martha dans un cimetière du nord de Londres, a annoncé mercredi la police. L’urne grecque, datant du 4e siècle avant Jésus Christ, a été très endommagée lors de cette tentative de vol, selon cette source. «Entre le 31 décembre et le 1er janvier, des voleurs ont essayé de dérober une urne contenant les restes de Sigmund Freud et de sa femme Martha» au Crématorium de Golders Green dans le nord-ouest de Londres, a indiqué dans un communiqué la police. «C’est un acte abject de la part d’un voleur sans coeur», a déclaré le policier enquêteur Daniel Candler. «Même sans tenir compte de la valeur financière de cette urne irremplaçable et de l’importance historique» de Freud, «le fait que quelqu’un entreprenne de prendre un objet en sachant qu’il contient les restes d’une personne défie l’entendement», a-t-il dit. La police a appelé toute personne ayant des informations sur cette tentative de vol à se manifester.

Nouvelles des pros

Le sommaire de Funéraire Magazine numéro 241 de novembre décembre 2013 est dans Funéraire Info. Olivier Géhin nous a donné l’occasion de réfléchir à partir de la page 3 dans son éditorial, « Lettre à un jeune débutant », un beau texte à lire et à relire sur le métier, un texte représentant l’Alpha et l’Omega d’une vocation et qui devrait être lu dans le cadre des écoles de formation des métiers du funéraire. Vous trouverez aussi un retour sur le salon funéraire de Paris avec un Olivier enthousiaste.

Cinéma, cinéma, de salle en salle et de film en film…

Nouveau drame dans un cinéma américain. En juillet 2012, un homme s’était introduit dans un complexe d’Aurora, dans le Colorado, et avait ouvert le feu sur une salle comble venue assister à l’avant-première du film « The Dark Knight Rises ». Douze personnes ont trouvé la mort dans le drame, et plusieurs dizaines d’autres ont été blessées. L’incident qui a eu lieu hier concerne un plus petit nombre de personnes mais n’en est pas moins choquant. Selon plusieurs médias américains, un homme a ouvert le feu sur deux personnes dans l’une des salles du Grove 16 Theater, un cinéma de Wesley Chapel, petite ville située au nord de Tampa en Floride. Tout a commencé quand l’homme en question, Curtis Reeves, ancien policier âgé de 71 ans, a remarqué que ses deux voisins, un couple de quadragénaires, envoyaient des SMS pendant les bandes-annonces qui précédaient le film. Chad et Nichole Oulson, le couple en question, ainsi que Curtis Reeves et une vigntaine d’autres spectateurs, avaient pris leur billet pour le film « Du sang et des larmes », sorti le week-end dernier et actuellement en tête du box-office outre-Atlantique. Nous rappelons à nos lecteurs que, si l’usage des armes dans les salles de cinéma est inconvenant, celui des téléphones portables l’est tout autant. Allez, un point partout, balle au centre, l’incident est clos.

Lire aussi :  Funexia, cimetière, Services Funéraires - Ville de Paris… L’actualité du 26 juin 2018

Et dans le vaste monde des vivants

Elle ne pèse que 2,1 grammes et pourtant, elle attire tous les regards. Des scientifiques américains viennent en effet de créer une méduse volante qui pourrait devenir le drone de demain. Inspirés par la nature, ses créateurs ont réalisé cet aéronef capable de toutes sortes de chose comme d’effectuer des vols stationnaires en battant des ailes. « Nous avons été en partie inspirés par des films des années 1900, lors des premiers essais de vol. Ils étaient très créatifs à l’époque, ils avaient plein de bonnes idées, mais aussi quelques mauvaises. Au départ, nous cherchions à fabriquer un robot insectoïde qui serait une alternative à l’hélicoptère. Finalement, nous avons abouti à quelque chose d’un peu bizarre : la méduse », a expliqué Leif Ristroph, qui travaille à l’université de New York. Quand on pense que tout cela servira au final aux livraisons Amazon…

ephemeride-150x150 Revue de presse du funéraire du 16 janvier 2014

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here