Revue de presse du funéraire du 17 septembre 2013

0
356
pressenationale-300x287 Revue de presse du funéraire du 17 septembre 2013
Revue de presse

Attentat au cimetière

Au moins vingt-six personnes ont été tuées et quarante-six blessées, samedi 14 septembre, lorsqu’un kamikaze a fait exploser une bombe lors de funérailles dans le nord de l’Irak, selon une source hospitalière. L’attentat s’est produit dans la petite ville de Baashiqah, à 20 kilomètres au nord de Mossoul. Le kamikaze est entré dans une tente dressée pour des funérailles, où une famille recevait les condoléances d’amis et de voisins, selon le lieutenant de police Qassim al-Louhaibi. L’attaque visait les funérailles d’un vieil homme, mort de mort naturelle, de la communauté shabak, une secte ésotérique issue du chiisme, qui compte quelque trente mille membres. (Le Monde)

Nouveaux équipements

Quiconque a dû dire adieu à un proche au crématorium de Gilly, en Belgique, a probablement déjà vécu le seul, vrai, principal défaut de celui-ci. Raoul Fichefet, administrateur-délégué du crématorium, le reconnaît sans mal : « Nos installations étant devenues trop petites, nous manquions de places d’attente, avec nos deux salons d’accueil. Et le choc était souvent épouvantable, dans l’ambiance bruyante de notre cafétéria centrale, entre les familles qui sortaient, éplorées, de la salle de cérémonie et celles en attente d’accès à une salle de cérémonie ». Tout cela fait désormais partie de l’histoire ancienne de ce crématorium qui, dès son ouverture en 1990, voulait offrir des règles strictes d’éthique et d’écoute des familles. Ce dimanche 22 septembre, les nouvelles installations de Gilly seront donc inaugurées, dès 10 heures, en présence de l’échevine Françoise Daspremont, présidente du Conseil d’Administration du crématorium.

Vol de fleurs

C’est un phénomène régulier et qui commence à agacer : le vol de fleurs et de compositions florales qui ornent certaines tombes dans le cimetière de Bavilliers, dans le Territoire de Belfort. Plusieurs familles ont décidé de porter plainte. Ce ne sont pas seulement les petits bouquets qui disparaissent mais aussi les fleurs en pot ou les grandes compositions florales qui coûtent relativement cher. Une des victimes de Bavilliers a même constaté un vol au lendemain de l’enterrement de son mari : une composition à 50 euros. Plus récemment aussi, une habitante de Ronchamp en Haute-Saône a fait le déplacement jusqu’à Bavilliers pour déposer une orchidée sur la tombe de son frère défunt. Deux jours après, elle n’était déjà plus là. Fatigué, le maire a porté plainte lui aussi, pour donner un peu plus de poids au dossier et appuyer les particuliers. Il a aussi demandé personnellement à la police nationale, qui couvre la zone de Bavilliers, de faire plus de rondes autour du cimetière, au moins la nuit. Mais Daniel Lanquetin, le 1er magistrat de Bavilliers est bien conscient que les disparations de fleurs ne sont pas un dossier prioritaire pour les forces de l’ordre.

Art

Le cimetière de Loyasse, le plus ancien de Lyon, perché dans le cinquième arrondissement à quelques encablures de la basilique de Fourvière et classé depuis quinze ans au patrimoine mondial de l’Unesco. Le « Père Lachaise lyonnais » fête cette année son bicentenaire. Pour fêter l’événement comme il se doit, la Ville a eu l’idée d’introduire des représentations artistiques à l’intérieur des murs. Une première en France. « Les cimetières ne sont pas des lieux à fermer mais à ouvrir. Il ne faut pas que ce patrimoine soit figé, muséifié, mais au contraire le faire vivre », explique Georges Képénékian, l’adjoint au maire délégué à la culture. Ainsi, à partir de vendredi et jusqu’au 20 octobre, des déambulations musicales permettront aux visiteurs de découvrir le cimetière et ses sépultures tout en écoutant un quartet de jazz. Des visites thématiques seront également au programme, tout comme un concert symphonique dans la « Lunette du Fossoyeur », cet élément de fortification de la ville habituellement fermé au public. Des photos prises par des professionnels et le grand public seront disséminées autour ainsi qu’à l’intérieur de Loyasse, comme des « lightgraff » (peintures de lumières) signés des artistes lyonnais Guillaume Plisson et Brusk. « L’idée, c’est de faire revenir, sans jeu de mot, de la vie dans le cimetière », résume Céline Eyraud, responsable du service concessions des cimetières de Lyon.

Touraine Bashing

Quand Martisol Touraine, notre bien aimée et populaire Sinistre de la Santé, découvre le suicide, cela ne peut pas laisser indifférent les éditorialistes. Claire Gallois, par exemple : dans Le Point, cette grande plume remet la ministre à sa place, avec la pointe d’ironie qui souligne la vraie désespérance sous ce problème. En bref, Madame Gallois s’essaie avec succès à l’humour noir volontaire, là ou la ministre s’essaie involontairement à l’on ne sait trop quoi. A lire Ici.

Et dans le vaste monde des vivants

Vingt mois après le naufrage qui avait fait 30 morts et deux disparus, le navire de croisière Costia Concordia a atteint la verticale vers 4 heures du matin. A la fin de l’opération de redressement titanesque du navire de croisière, qui a fait naufrage il y a vingt mois, les sirènes ont retenti dans le petit port toscan du Giglio, accueillies par des hourras de la foule rassemblée pour l’évènement. C’est à suivre en photos chez nos amis du Figaro

ephemeride-150x150 Revue de presse du funéraire du 17 septembre 2013

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.