Revue de presse du funéraire du 18 avril 2014

0
432
pressenationale-300x287 Revue de presse du funéraire du 18 avril 2014
Revue de presse

Décès

C’est un monument de la littérature sud-américaine qui disparaît. Le prix Nobel de littérature colombien Gabriel García Márquez est mort à l’âge de 87 ans, jeudi 17 avril à Mexico (Mexique). Sa mort a été confirmée par le président colombien Juan Manuel Santos, puis par Fernanda Familiar, une porte-parole de la famille, dont elle relaie la tristesse sur Twitter. Un journal avait évoqué un cancer ces derniers jours, mais le président colombien avait affirmé dans la foulée que l’auteur souffrait d’une pneumonie. A la suite de cette annonce, la famille de Gabriel García Márquez avait précisé que ce dernier, après une hospitalisation de quelques jours, se trouvait dans un état de santé « très fragile » mais « stable » dans sa maison de Mexico, où il vivait depuis plus d’un demi-siècle.

Nouvelles des pros

C’est un sujet de préoccupation récurrent à Nogent : l’absence de chambre funéraire. Une absence qui oblige les familles et entourage des défunts à se rendre à Romilly ou à Provins pour pouvoir se recueillir. Une absence qui peut être pénible dans des moments déjà difficiles pour ces familles parfois éclatées et amenées à faire déjà des kilomètres afin de participer aux funérailles. Un problème qui a déjà été discuté au conseil municipal au cours de la précédente mandature. Tant et si bien que l’ancien maire Gérard Ancelin avait même évoqué l’idée que la commune puisse s’emparer du dossier afin de construire une chambre funéraire si des projets privés n’aboutissaient pas à court terme.Et cette demande devrait être prochainement satisfaite puisqu’une initiative privée est justement sur le point d’aboutir. La commune ne devrait donc pas reprendre la main dans ce dossier car ce sont les Pompes Funèbres Vaugelade qui devraient ouvrir prochainement leur chambre funéraire.

Depuis 1991 ce sont 6 crématoriums qui sont sortis de terre dans les environs du Tarn et Garonne, à Albi, Capdenac, Montauban, Pamiers, Toulouse et Tarbes. Selon les chiffres de 2012 dévoilés par le mensuel Transition édité par la fédération française de crémation, plus de 32 % des défunts ont recours l’incinération. Si chacun enregistre un nombre croissant de crématistes convaincus, mentionnons la nette progression de ceux de l’Aveyron, du Tarn et de l’Ariège qui voient leur activité bondir respectivement de 15, 20 et 32 % entre 2011 et 2012. L’article détaillé est à lire ici.

Beaux gestes

La vie est parfois injuste. A Hampshire, en Angleterre, Jack Robinson un enfant de 4 ans était atteint d’une tumeur inopérable au cerveau. Le petit garçon conscient de son état malgré son jeune âge a dressé une liste de choses à faire avant de mourir. Il voulait rencontrer une star pour commencer, du coup il a reçu la visite de Gary Barlow, membre du boysband Take That. Il a ensuite eu la chance de monter dans un camion de pompier pour découvrir une profession qui émerveille toujours les petits garçons. Il a également reçu une vidéo de soutien de la part de Matt Smith (le 11ème Docteur de Docteur Who) qui lui chante la musique de la série. Pour sa toute dernière volonté, qui n’est pas la plus minime, il a souhaité avoir des funérailles aux couleurs de Star Wars. Il a été placé dans une calèche blanche estampillé de son nom et du mot Jedi fait en fleurs, une couverture présentant le logo de la franchise et des étoiles avait été placées sur lui. Le cortège était complété par une bande de Stormtrooper. R2D2 était lui aussi présent pour rendre un dernier hommage au jeune garçon. A l’intérieur de l’église, un orchestre a joué la musique « Binary Sunset » de John Williams pour vraiment être imprégné de l’univers Star Wars. Une histoire tragique, mais qui fait chaud au cœur quand on sait que ce petit garçon était « heureux » avant de mourir et ce malgré le fait qu’il était conscient de son état. Comme quoi, on peut être Geek jusqu’au bout et avoir ses personnages préférés avec soi-même dans les moments les plus tragiques. Repose en paix jeune jedi !

La semaine dernière, nous racontions dans ces colonnes l’histoire d’Aurélia, 8 ans, décédée subitement d’une tumeur au tronc cérébral. Ses parents n’avaient pas les moyens de lui payer une sépulture et par l’intermédiaire des associations d parents de Nailloux FCPE et Indéparents, avaient lancé un appel aux dons. par l’intermédiaire de La Dépêche. L’objectif est d’ores et déjà atteint, au-delà des espérances. «Plus de 11 000 € ont été récoltés. Dès la parution de l’article, nous avons reçu plus de 200 e-mails et 100 coups de fil, de toute la France, même de Tahiti», annonce Thomas Corrège, (FCPE). « Maintenant, les funérailles vont pouvoir s’organiser dans le respect de la famille.». L’argent non utilisé sera reversé à des associations telles que «La maison des parents» ou «Le sourire d’Isaac» qui concerne la maladie qui a touché la petite fille. Aurélia va pouvoir reposer en paix au cimetière de Gardouch. La douleur reste, terrible, mais la générosité des proches comme des anonymes a mis du baume au cœur de ses parents.

Cryogénie, le retour

S’agit-il de science-fiction ou de médecine ? Certains veulent y croire pourtant. La cryogénie fait son chemin en Europe. Au Royaume-Uni des membres de l’association « Cryonics » sont prêts à investir des dizaines de milliers de d’euros pour faire congeler leurs corps après leur mort dans l’espoir que la Science les ranimera un jour… Lointain.« Ce qui compte, c’est la tête, c’est préserver les informations qui y sont contenues, le souvenir, l’intellect, tout ce qui fait une personne », confie un membre de cette association. Nos confrères de France 2 à Londres leur ont rendu visite. Les bénévoles de l’association anglaise s’entrainent dur sur des mannequins, dans une banale maison du centre de l’Angleterre. Ils n’ont aucun diplôme de médecine, mais veulent venir au bout de leur pari, s’offrir peut-être l’immortalité avec de l’antigel. Deux de leurs compagnons décédés ont été déjà cryogénisés, des corps conserves alors aux Etats-Unis.

Merci Monsieur le Député

Les députés ont voté ce mercredi des dispositions pour faciliter les modalités de succession pour les héritages inférieurs à 5.300 euros, qui représentent près d’un tiers des héritages en France. Dans l’état actuel du droit, l’héritier doit prouver sa qualité d’héritier par un certificat d’hérédité gratuit et délivré par les mairies. « Mais on constate que plus de 60% des demandes d’attestation d’hérédité sont refusées par les maires. Les maires considèrent qu’ils ne disposent pas forcément de tous les éléments leur permettant de dire avec certitude qu’il y a exhaustivité dans la liste des personnes appelées à hériter », a expliqué la ministre de la Justice, Christiane Taubira. La solution préconisée est à lire dans cet article.

ephemeride2-150x150 Revue de presse du funéraire du 18 avril 2014

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.