Revue de presse du funéraire du 19 mai 2014

0
518
pressenationale-300x287 Revue de presse du funéraire du 19 mai 2014
Revue de presse

Décès

L’ancien champion du monde de formule 1 Jack Brabham est décédé à 88 ans des suites d’une longue maladie du foie, ont annoncé lundi 19 mai sa famille et la Fédération automobile australienne. Au total, Jack Brabham a participé à 126 Grand Prix de 1955 à 1970, remportant 14 victoires, réussissant 31 podiums et 13 pole positions. Le pilote australien avait remporté le titre de champion du monde de formule 1 à trois reprises, en 1959 et 1960 avec l’écurie Cooper et en 1966 au volant d’une monoplace de sa propre écurie. Il devint ainsi le premier pilote à remporter un titre de champion du monde dans une voiture construite par ses soins, la Brabham BT19. La performance lui permet de remporter aussi le titre des constructeurs, en 1966, et à nouveau l’année suivante. L’un des épisodes fameux de sa carrrière a eu lieu en 1959, lorsque, à court de carburant, pendant le Grand Prix des Etats-Unis, il était parvenu à pousser sa Cooper Climax jusqu’à la ligne d’arrivée et décrocher ainsi la quatrième place. Elle lui a permis de remporter le titre de champion du monde F1, une première pour un Australien. (Le Monde)

Nouvelles des pros

Il l’avait annoncé ! C’est fait. Le groupe Roc Eclerc vient d’apposer son enseigne à Saint-Brieuc. Elle le fait en s’appuyant sur la famille Foucher. Des marbriers bien connus du secteur, déjà installés à Ploufragan et Trégueux où Pascal, le papa aujourd’hui à la retraite, et Sébastien, le fils, ont ouvert des funérariums. Sébastien Foucher ne s’en cache pas, Roc-Eclerc passe à l’offensive. « La société d’économie mixte des pompes funèbres des communes associées s’est lancée il y a un an dans la marbrerie. Il nous faut nous aussi aller chercher des parts de marché, argumente-t-il. Nous avons aussi des employés à faire vivre. » Avec deux embauches pour l’ouverture briochine, les marbreries Foucher emploient désormais une dizaine de salariés hors porteurs. (Ouest France)

Faits divers

Sept cambriolages se sont produits dans la nuit du jeudi 15 au vendredi 16 mai 2014, entre 2h et 4h du matin, dans les communes d’Aumale et de Blangy-sur-Bresle, rapporte Le Réveil de Neufchâtel. Les gendarmes, en charge de l’enquête, seraient pour l’heure à la recherche de trois hommes, soupçonnés d’être les auteurs de ce périple, portant essentiellement sur des commerces. Une pharmacie, un salon d’esthéticienne, un salon de coiffure, un ambulancier, ainsi que… les pompes funèbres et des assureurs, tous installés à Aumale et Blangy-sur-Bresle ont fait les frais de ces cambrioleurs, qui sont repartis à chaque fois avec « un maigre butin : de 10 à 20 euros par commerce », a précisé une source judiciaire au Réveil.

Militantisme funèbre

Les activistes LGBT taïwanais ont frappé les esprits, samedi, à l’occasion de la Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie. Au lieu d’une manifestation classique, ils ont mis sur pied un faux cimetière devant le palais présidentiel, rapporte le «China Times» (via GayStarNews). Cent pierres tombales en carton ont été érigées sur la route, en pleine ville de Taipei. Chacune portait le nom d’une personne gay, lesbienne, bi ou trans qui a mis fin à ses jours à cause de la discrimination, du harcèlement ou à la suite d’une agression. L’inscription comportait un code QR, qui renvoyait à un site web où le public pouvait en savoir plus sur les destins de ces «victimes de l’homophobie et de la transphobie». Mais ce happening choc a donné lieu à une controverse, après que certaines familles ont découvert le nom d’un d’un proche décédé. Apparemment, beaucoup n’avaient pas été sollicitées ou même informées que le nom de leur proche serait utilisé dans la manif. Ce manque de tact, doublé de la violence symbolique de ce cimetière de papier dans un pays où le suicide est un thème extrêmement sensible, a valu aux organisateurs de sévères critiques. Y compris dans les rangs de la communauté LGBT. «Bien des familles et des amis ne se sont pas remis de leur chagrin, a notamment réagi Ashley Wu, sur le site britannique GayStarNews. C’est une démarche hautement insensible et une intrusion dans la vie privée. Un mouvement LGBT ne devrait pas utiliser le sang d’autrui pour se célébrer soi-même.»

Dans le vaste monde des vivants

Linda a arrêté de jouer en ligne sur sa console Sony PlayStation 3 (PS3). Pas par choix mais par peur. Peur d’être insultée, harcelée et, pire, menacée de mort. Cette jeune habitante de Bondy (Seine-Saint-Denis), âgée aujourd’hui de 19 ans, a été victime d’un internaute belge qui la terrifie depuis des mois. Son père, Jérôme Gilbert, adepte également des jeux en ligne, a décidé de prendre les choses en main en déposant plainte contre le harceleur. Mais il a aussi saisi la justice contre Sony, considérant que la société japonaise n’a rien fait pour empêcher cette situation malgré de nombreux avertissements « Sony remplace tous les mots vulgaires dans une discussion par des étoiles mais ne bouge pas le petit doigt quand quelqu’un menace de brûler notre maison ou d’enlever nos enfants » (Le Parisien)

 ephemeride2-150x150 Revue de presse du funéraire du 19 mai 2014

 

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.