Revue de presse du funéraire du 21 janvier 2014

0
359
pressenationale-300x287 Revue de presse du funéraire du 21 janvier 2014
Revue de presse

Décès

Le célèbre maestro italien Claudio Abbado qui a dirigé les plus grands orchestres du monde est décédé lundi à Bologne, dans le nord de l’Italie, vient d’annoncer son entourage. Il avait 80 ans. « Je l’ai appris, il y a peu, de l’un de ses médecins personnels », a déclaré à l’AFP Attilia Giuliani, présidente de l’association des fans de Claudio Abbado, les « Abbadiani ». Claudio Abbado, 80 ans, était malade depuis longtemps et ses concerts avec l’Orchestre Mozart de Bologne, qu’il dirigeait ces dernières années, avaient dû être annulés. Au mois de décembre déjà, le chef d’orchestre avait dû être remplacé au pupitre de cet orchestre en raison de son mauvais état de santé. Claudio Abbado avait été opéré d’un cancer à l’estomac en 2000 et ses ennuis de santé s’étaient fait de plus en plus fréquents depuis.

Au grand cimetière de Babaoshan, à Pékin, il régnait mercredi 15 janvier une résignation sourde teintée de révolte. Un public nombreux, comptant quelques célébrités, venait se recueillir devant la dépouille du producteur de cinéma Li Ming, victime d’une défaillance cardiaque le 2 janvier à l’âge de 47 ans. « Causée par une maladie » : la maison de production n’a donné aucun autre détail sur les circonstances de la mort de son patron. Et pour cause : selon une version officieuse, rapportée par plusieurs médias de Hongkong, Li Ming serait mort lors d’un interrogatoire de la police, au moment où deux piqûres de sédatifs lui auraient été administrées. « Il se dit que Li Ming était cardiaque, qu’il était agité et qu’à un moment donné, ils ont voulu le tranquilliser », rapporte une source informée.

Lire aussi :  Décès de Pascal Gouriou et « Dispositif Émile »…l’actualité du jeudi 19 avril

Sécurité routière

Le nombre de morts sur les routes a enregistré un recul record de 11% en 2013 par rapport à l’année précédente, soit plus de 400 vies épargnées, et atteint un nouveau plus bas historique, a annoncé lundi Manuel Valls. Cela correspond à 3250 personnes tuées, a déclaré le ministre de l’Intérieur en présentant à Paris le bilan annuel des accidents de la route. C’est, a-t-il ajouté, « le plus bas niveau de tués » depuis qu’ils ont commencé à être officiellement comptabilisés en 1948.  En 2012, la baisse avait déjà été sans précédent (-8%). Le pic de mortalité routière avait été atteint en 1972 avec 18.000 personnes tuées.

Boulette

A 81 ans, Sven est conscient d’avoir une santé fragile. Le jour de Noël, cet habitant du Sud de la Suède a d’ailleurs été admis à l’hôpital suite à un malaise. Mais en lisant, une semaine plus tard, l’annonce de sa mort dans le journal local, il a tout de même trouvé que c’était un peu précipité… La confusion est venue de la propre sœur de Sven, explique le journal suédois The Local, qui relatait cette histoire dimanche. La brave dame souhaitait-elle si fort la mort de son frère qu’elle n’a pu attendre ? A-t-elle voulu accélérer un processus d’héritage ? Pas du tout : à 90 ans, c’est juste son ouïe qui fait des siennes… Quand l’hôpital l’a appelée pour l’informer de l’admission de son frère, la vieille dame a en effet mal compris les paroles du médecin. Pour elle, son frère était mort. Ni une ni deux, elle entame donc avec un ami les démarches à suivre en pareil cas, dont l’annonce officielle en rubrique nécrologique. C’est seulement quand l’ami en question se rend à l’hôpital pour récupérer les effets personnels du défunt, une semaine plus tard, qu’il s’aperçoit de la terrible méprise : « Votre ami est assis dans son lit, il guérit », lui annonce-t-on. (Métro)

Lire aussi :  Danseuses érotiques aux funérailles...au menu du réveil funéraire du mercredi 20 février 2018

Nouvelles des pros

Le funérarium communal de la ville d’Arlon va être loué à un privé. Une soumission a été lancée. Mais le bâtiment, en mauvais état, pourrait également être un jour revendu. Le bâtiment tout entier n’a jamais été bien fringuant à vrai dire. La Ville est d’ailleurs en procès depuis plus de 15 ans avec l’entrepreneur… Devenu difficile à gérer, la commune a décidé de se défaire de son funérarium. Pour le bourgmestre Vincent Magnus (cdH), «  notre métier n’est pas de gérer un funérarium, même si on l’a fait tout un temps pour que les pompes funèbres puissent avoir un bâtiment où travailler  ». En réalité, la Ville ne souhaite pas s’inscrire elle-même en « concurrence » avec l’entreprise Collès & Dominicy, qui a fait construire il y a peu son propre funérarium à quelques pas de là, face au cimetière.

Vœux des pros : SPTIS

Le Conseil d’Administration du SPTIS présente tous ses voeux de santé et de bonheur à l’ensemble de ses membres ainsi qu’aux différents acteurs professionnels de l’activité du funéraire .

Nous espérons que cette année sera placée sous le signe de la réussite pour chacun d’entre eux et les remercions de la confiance témoignée ainsi que des nombreuses marques de soutien reçues jusqu’alors.

Ensemble construisons la thanatopraxie de demain !

Cédric IVANES , Président du SPTIS.

ephemeride-150x150 Revue de presse du funéraire du 21 janvier 2014

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here