Revue de presse du funéraire du 21 octobre 2013

0
321
pressenationale-300x287 Revue de presse du funéraire du 21 octobre 2013
Revue de presse

Le week end fut intéressant, entre plusieurs temps médiatiques forts. Non, point ici question de réfugiés Kossovars, mais de décès en série et d’émissions de télévision.

Décès

Le comédien Georges Descrières est mort samedi matin à Cannes à l’âge de 83 ans, révèlent Le Point et Europe 1. L’information a été confirmée par son agent. L’acteur souffrait d’un cancer. L’acteur était notamment connu pour son interprétation d’Arsène Lupin à la télévision dans les années 70. Le feuilleton était joué par un Georges Descrières maniéré et hautain, sur une musique de Dutronc. Un succès. « A l’époque où le feuilleton passait à la télévision, je recevais des lettres d’hommes et de femmes me demandant d’intervenir pour que leur pension leur soit payée. Comme si j’étais réellement le justicier Lupin », racontait-il dans France Soir en 1985 en confiant que plus d’une vingtaine de comédiens avaient été sur les rangs pour incarner son personnage, dont Jean-Paul Belmondo, Jean Rochefort et Jean Piat. Né le 15 avril 1930 à Bordeaux, de son vrai nom Georges Bergé -il a pris le nom de jeune de fille de sa mère-, ce passionné de théâtre a été doyen de la Comédie-Française. Georges Descrières était officier de la Légion d’honneur et grand officier de l’ordre national du Mérite.

La veuve de Tito, l’ex-dirigeant yougoslave, s’est éteinte en Serbie à l‘âge de 88 ans. Jovanka Broz a eu un destin de première dame incroyable : elle a passé une trentaine d’années dans l’isolement et la précarité, parce que des proches de son mari l’avait placée en résidence surveillée dans les années 70, la soupçonnant de fomenter un coup d‘État.

Emile Louis, 79 ans, a été retrouvé mort hier matin dans sa chambre-cellule de l’Unité hospitalière sécurisée interrégionale (UHSI) à Nancy. C’est en novembre 2004 que le tueur en série avait été condamné en première instance à la réclusion criminelle à perpétuité : une peine assortie d’une peine de sûreté de 18 ans. Le verdict avait été confirmé en 2006 par la cour d’Assises de Paris alors que la défense avait plaidé l’acquittement de l’ex chauffeur de bus des « Rapides de Bourgogne ». C’est au volant de son car qu’Emile Louis avait fait la connaissance de la plupart de ses victimes, sept jeunes filles âgées de 15 à 26 ans au moment de leur disparition, entre 1975 et 1979. Toutes souffraient de déficiences mentales légères et étaient suivies par les services sociaux. Le chauffeur n’avait été interpellé qu’en 2000 dans le cadre de ces disparitions en série alors qu’en 1984, la justice avait entre les mains le rapport d’un gendarme, Christian Jambert, qui désignait Emile Louis comme le responsable de ces disparitions. S’en était suivie une vive polémique qui remettait en cause certains magistrats du parquet d’Auxerre, en poste à l’époque ainsi que les services sociaux. Ce sont les aveux d’Emile Louis au cours de sa garde à vue et ses indications qui ont permis aux enquêteurs de retrouver deux des sept corps – ceux de Jacqueline Weiss disparue le 4 avril 1977 et de Madeleine Dejuste disparue trois mois plus tard – enterrés à proximité d’une rivière.

Femme fatale

Marie de Hennezel, psychologue et écrivain, est spécialiste de la fin de vie. Elle a écrit une douzaine d’ouvrages sur la mort et la vieillesse, le dernier en date : « Nous voulons tous mourir dans la dignité », chez Robert Laffont. Opposée à l’euthanasie, elle souhaite aujourd’hui plus de pédagogie auprès des personnels de santé sans changer la loi Leonetti. Elle est en interview chez nos amis de France Info à écouter ici.

Nouvelles de nos cousins

Salle de jeux pour enfants, aménagement moderne, salle de réception et plateforme multimédia pour choisir son cercueil ou son urne, les Coopératives funéraires du Québec désirent que leurs clients «célèbrent la vie». Canoe.ca leur consacre un excellent article ici.

Télévision

Les pompes funèbres : un sujet en apparence difficile à traiter sans verser dans le macabre ou le déprimant. Pourtant, les équipes de Capital, sur M6, ont réussi à l’aborder avec une écriture rythmée et humoristique. Nous l’avons vu, nous allons la décortiquer, et nous vous feront un petit débriefing, à froid, loin de toute polémique, qui n’a pas lieu d’être : l’émission était plutôt excellente et bien dans son rôle, n’oublions pas que Capital est une émission économique.

ephemeride-150x150 Revue de presse du funéraire du 21 octobre 2013

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.