Revue de presse du funéraire du 23 janvier 2014

0
453
pressenationale-300x287 Revue de presse du funéraire du 23 janvier 2014
Revue de presse

Décès

Louis Henri Boussel, l’un des derniers responsables dans un réseau de résistance du rail, est décédé à Paris à l’âge de 98 ans, a annoncé mardi dans le carnet du Figaro l’Institution nationale des Invalides où il résidait. Kader Arif, ministre délégué chargé des Anciens combattants, lui a rendu hommage mardi soir dans un communiqué. Né le 2 janvier 1916, ingénieur des Arts et Métiers, Louis Henri Boussel, tente vainement de rejoindre Londres en juillet août 1940 après de trois ans passés sous les drapeaux. Il entre le 1er novembre 1940 dans le réseau FFC « Etoile », comme agent P2 (renseignement) et crée sur les Chemins de fer du Nord et de la zone interdite le Réseau de renseignement « Rail » avec le grade de capitaine. Louis Henri Boussel organise le passage en zone interdite d’agents de renseignements et de parachutistes, informe Londres sur les mouvements des forces allemandes, sur les fortifications côtières, sur le trafic des ports et des bases de sous-marins allemands. Ses renseignements permettent aux Alliés de détruire l’aérodrome allemand de Brombos Sarcus (Oise). (BFM-TV / Le Figaro)

Nouvelles des pros

L’UGCF (Union des Gestionnaires de Crématoriums Français) tiendra une réunion le 7 février pour étudier le projet de loi sur l’implantation des crématoriums actuellement au Sénat. Nous vous tiendrons informés de ses conclusions dans Funéraire Info.

Statistiques

« Dans la gendarmerie, on nous en demande beaucoup. J’ai en fait pendant trente-quatre ans », glisse ce retraité de 77 ans et demi. Ancien militaire dans les brigades de Saint-Galmier (Loire), Saint-Ciers-du-Taillon, Rochefort et Saintes, il coule sa retraite au Vergeroux, aux portes de Rochefort. À côté d’activités et loisirs traditionnels pour un retraité (la pêche, le ramassage des escargots et des champignons ou encore le jardinage), il s’est pris de passion pour un nouveau hobby : établir des statistiques sur les avis d’obsèques publiés dans « Sud Ouest » sur toute l’année 2013. « Cela faisait longtemps que je voulais le faire, je me suis décidé l’an dernier. » Quotidiennement, il s’est penché sur ce carnet placé entre la page « Cinéma » et les pages sportives départementales de « Sud Ouest ». C’est à lire dans Sud Ouest.

Fin de vie

Il n’y aurait pas d’affaire Vincent Lambert si cet homme de 38 ans (tétraplégique en situation de conscience minime depuis cinq ans) avait rédigé ses «directives anticipées». Au-delà de ce cas, la plupart des drames et des tragédies de la fin de vie seraient prévenus si ce droit offert était exercé. Or ce droit, personne ou presque ne le connaît en France. «Tout se passe comme si on ne voulait pas en connaître l’existence, explique à Slate.fr le Pr Régis Aubry (CHU de Besançon), président de l’Observatoire national de la fin de vie. C’est moins un problème d’information que d’appropriation dans une société où le jeunisme est roi.» «Directives anticipées»? Il s’agit de l’expression écrite de souhaits exprimés pouvant aider des personnes devenues malades à «participer sans être présents» aux discussions qui précèdent les décisions relatives aux soins et traitements qui leur sont dispensés en fin de vie. De l’avis des spécialistes, il s’agit ici de la méthode reflétant le plus directement la volonté de la personne concernée –du moins au moment où ces souhaits ont été rédigés. (Slate.fr)

Lire aussi :  Hommage national …l’actualité du mercredi 28 mars 2018

Mystère, rumeurs

«Je suis arrivé 30 minutes après l’accident», raconte Roger W. Bencze, ancien commandant de la compagnie de Menton (Alpes-Maritimes) devant la caméra de Bertrand Tessier, le biographe de «Grace, la princesse déracinée» (L’Archipel) A Travers son ouvrage, l’auteur veut mettre un terme définitif à une rumeur qu’il juge folle. Celle-ci laisse entendre que Stéphanie conduisait la Rover au moment de l’accident, qui a coûté la vie à Grace Kelly, le 13 septembre 1982. Le Rocher n’a jamais apporté de démenti officiel. Vingt après le drame, seule Stéphanie s’est exprimée dans une interview accordée à Paris-Match, en octobre 2002. «Quand je lis dans les journaux que j’ai tué ma mère, c’est tout simplement horrible. On sous-entend que je conduisais, donc que j’aurais provoqué l’accident. On n’a pas le droit de dire cela. C’est la vie qui l’a voulu ainsi», lâchait la princesse qui ne «supportait plus» l’omerta. Pour Roger W. Bencze, cette confusion vient du fait que Stéphanie a été extraite du véhicule par le côté gauche, celui du conducteur. Or, dans la vidéo (ci-dessous), l’officier de police, photos à l’appui, explique les résultats de l’enquête. «Les sauveteurs ont retrouvé la voiture sur le toit, penchée côté droit, qui est complètement écrasé. Le côté gauche de la voiture a un accès plus libre que le côté droit. Naturellement c’est l’orifice que M. Provence et ses amis choisissent pour faire sortir la princesse Stéphanie». D’après lui, les médias se sont focalisés trop rapidement sur cette sortie de la princesse. «Par construction, elle devenait la conductrice de la voiture,» décrypte-t-il, avant de conclure : «Or, il est clair que la conductrice du véhicule, tel que nous avons pu reconstruire les faits, a été la princesse Grace de bout en bout».

Peste

Soixante-quinze personnes sont mortes de la peste pendant la période épidémique, soit depuis novembre dernier, a précisé la communication du ministère de la Santé publique malgache mercredi. 319 cas suspects de peste dont 165 cas suspects de peste bubonique, 152 cas de peste pulmonaire, et 2 non précisés ont été déclarés pendant la période épidémique, a-t-on souligné. «Parmi ces cas suspects, 75 sont décédés dont 63 décès hors formation sanitaire sans avoir eu de traitement adéquat et sans confirmation biologique», a-t-on indiqué. Le retard de prise en charge, le non recours de la population à la formation sanitaire et le non respect de la loi sur les procédures d’enterrement en cas de décès suspect sont les facteurs majeurs déterminants de cette augmentation des décès, a précisé le ministère. Cette entité appelle ainsi au diagnostic précoce de la maladie et le traitement correct en cas de forte fièvre brutale, asthénie, adénopathie douloureuse pour la forme bubonique et fièvre brutale avec toux, douleur thoracique et crachats striés de sang pour la forme pulmonaire.  Notons que la peste est une maladie transportée essentiellement par la puce des rats noirs et elle refait surface dans les hautes terres entre les mois de novembre et avril, pendant la période des pluies et la saison chaude et humide. A Madagascar, le traitement de la peste est gratuit dans les formations sanitaires publiques. En décembre dernier, la peste a sévi 5 districts de Madagascar dont Mandritsara (au nord-est), Soanierana Ivongo (à l’est), Ikongo (au sud-est), Tsiroanomandidy (à 250 Km à l’ouest de la capitale malgache) et Ikalamavony (au centre-sud).

Lire aussi :  Les pompiers au crématorium de Châlons-en-Champagne

Nouvelles des pros

le n°1 en franchise des services funéraires poursuit son développement. En six mois, ce sont 28 nouveaux magasins qui viennent renforcer la présence de la marque sur tout le territoire Français. Le Groupe ROC•ECLERC, n°1 en franchise des services funéraires, séduit et attire les entrepreneurs qui partagent ses valeurs fondamentales. ROC•ECLERC a investi fortement dans la communication en cette fin d’année : nouveau logo, campagne télévision, supports de communication… L’enseigne ne compte pas s’arrêter là. Elle veut accélérer encore ses implantations, quitte à aller chercher la croissance dans d’autres pays européens. (Communiqué de presse – Funéraire info)

ephemeride-150x150 Revue de presse du funéraire du 23 janvier 2014

Et dans le vaste monde des vivants

Affaire Hollande-Gayet, acte 2. Dans un communiqué envoyé mercredi soir, la rédaction de Closer, à l’origine des révélations sur la liaison supposée entre le président et la comédienne, annonce qu’elle va avancer de 24 heures la parution de son prochain numéro. Ce dernier sera donc disponible en kiosque dès jeudi. Au sommaire : « Valérie Trierweiler : ils veulent la faire taire ». Le magazine annonce aussi pêle-mêle : « la vérité sur la scène de ménage qui aurait coûté 3 millions d’euros à l’Etat », « la nouvelle crise de colère à la Pitié-Salpêtrière face à François Hollande », « le séjour ‘sous contrôle’ à la Lanterne alors que Valérie Trierweiler aurait préféré rentrer à l’Elysée » et « les deux clans qui s’affrontent à l’Elysée autour de son éventuel retour ». La première dame aurait, le jour de la sortie du fameux numéro du journal, détruit pour trois millions d’euros de mobilier national à l’Elysée.

 closer Revue de presse du funéraire du 23 janvier 2014

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here