Revue de presse du funéraire du 24 mars 2014

0
462
pressenationale-300x287 Revue de presse du funéraire du 24 mars 2014
Revue de presse

Décès

Adolfo Suarez, premier chef de gouvernement de la démocratie espagnole et grande figure de la transition post-franquiste, est décédé dimanche à l’âge de 81 ans dans une clinique de Madrid, a annoncé le porte-parole de sa famille. L’Espagne se prépare depuis à rendre hommage à celui qui fut l’un des principaux acteurs, aux côtés du roi Juan Carlos, de la délicate période de transition qui a suivi la dictature de Francisco Franco (1939-1975).elon les médias, des funérailles d’État devraient être organisées après plusieurs jours de deuil national, durant lesquels une chapelle ardente sera installée à Madrid dans la Chambre des députés.Né le 25 septembre 1932 à Cebreros, dans le centre de l’Espagne, fils d’un républicain devenu l’un des cadres du régime franquiste, Adolfo Suarez avait été nommé chef du gouvernement en 1976 par le roi Juan Carlos, monté sur le trône d’Espagne après la mort de Franco le 20 novembre 1975.Son mandat fut ratifié par les urnes lors des premières élections démocratiques organisées après la dictature, le 15 juin 1977, où il se présentait comme chef de file du parti centriste Union du Centre Démocratique (UCD). C’est sous son gouvernement que seront adoptées les principales réformes ayant permis à l’Espagne de passer de la dictature à la démocratie : légalisation de tous les partis, y compris l’autorisation controversée du Parti communiste, en avril 1977, amnistie des prisonniers politiques et la rédaction, puis l’approbation par référendum, le 6 décembre 1978, de la Constitution. Adolfo Suarez a vécu ses dernières années à l’écart du monde, souffrant de la maladie d’Alzheimer rendue publique par sa famille en 2005.

Crématorium à démolir ?

L’information a de quoi dérouter: alors que le crématorium est en service depuis janvier dernier, le tribunal administratif de Toulon a annulé, jeudi dernier, le permis de construire délivré par la Ville aux pompes funèbres Lévêques, le 14 décembre 2011. La mairie a également été condamnée à verser 1 000 euros à la plaignante. Cette dame habite en contrebas du crématorium. Sa maison n’offre pas une vue directe sur le site, mais la voie menant au crématorium passe à proximité de chez elle. L’avocat de la ville, Me Faure-Bonaccorsi, a tenté de démontrer que la plaignante n’avait pas « intérêt à agir », mais le juge n’en a pas tenu compte. Le tribunal a estimé que le permis de construire était entaché d’irrégularités. Le périmètre de la parcelle est pointé du doigt: alors que la délégation de service public du crématorium porte sur 5011 m2, le permis de construire a été déposé sur une parcelle beaucoup plus vaste, de 47 290 m2 (incluant le futur cimetière). D’autre part, le juge a retenu que le bâtiment était trop haut par rapport à la hauteur autorisée (maximum 6 mètres) et qu’il se trouvait trop près (moins de 4 mètres) de la limite séparative avec le centre de traitement des déchets de Véolia, situé juste en-dessous.La Ville estimait pouvoir bénéficier d’une dérogation prévue dans le code de l’urbanisme, en fonction de la typologie du terrain (en pente) et des nuisances liées au centre de tri. Le tribunal a écarté ces arguments.La Ville a décidé de faire appel de la décision. « On est dans l’interprétation de textes sur l’urbanisme. Le tribunal nous reproche d’avoir déposé un permis sur la totalité de la parcelle et non sur le seul terrain du crématorium. Or, il s’agit d’un équipement public, qui comprend un ensemble funéraire crématorium et cimetière », justifie-t-on en mairie.La décision du tribunal n’est pas suspensive, le crématorium va donc continuer de fonctionner normalement en attendant le jugement en appel, qui prendra encore beaucoup de temps.

Lire aussi :  Fidélito, Peugeot 205, Danse macabre...au menu du réveil funéraire du vendredi 2 février 2018

Nouvelles planantes des pros

La jeune société montpelliéraine Atome funéraire a mis au point un système pour disperser les cendres d’un défunt dans la stratosphère. L’occasion pour le Midi Libre de leur consacrer un article à lire ici. Nul doute qu’après sa lecture, les intéressés auront les pieds qui ne toucheront plus par terre.

Boulette

Une nonagénaire décédée à Bruxelles a été récemment incinérée par erreur, une société de pompes funèbres s’étant trompée de corps. On a dénombré trois à quatre faits de ce genre ces dix dernières années en Belgique, a indiqué Johan Dexters, le président de Funebra. « Il y a selon moi une double responsabilité: celle de l’hôpital ou de la morgue, qui remet le corps aux pompes funèbres, et celle de la société de pompes funèbres. Tous doivent vérifier qu’il s’agit bien de la bonne dépouille », explique-t-il. « L’erreur est humaine, le drame dans ces cas-ci est qu’on ne peut pas revenir en arrière », insiste-t-il. C’est pourquoi la Fédération insiste auprès de ses membres pour qu’ils vérifient « plutôt deux fois qu’une », qu’il s’agit bien du bon corps, ajoute M. Dexters.

Election funèbre

À Ferrière-la-Petite, près de Maubeuge, les électeurs ont été 71 % à voter pour le maire sortant, décédé le 11 mars… André Marchand, maire sortant de Ferrière-la-Petite (59) est décédé le 11 mars dernier. Les listes des municipales étant closes, il n’était pas possible de le remplacer. La Voix du Nord rapporte que les électeurs ont vraisemblablement rendu hommage à celui qui avait accompli quatre mandats. Concrètement, c’est la première-adjointe qui devrait être élue maire.

Lire aussi :  Maelys, massacre aux USA, crématorium et cimetière…au menu du réveil funéraire du 15 février 2018

Archives

L’un des décès les plus légendaires. La mort de Kurt Cobain, à l’âge de 27 ans, a attristé une génération entière fan du groupe de rock Nirvana. Le chanteur emblématique avait été retrouvé une balle dans la tête et avec de la drogue dans le sang chez lui, à Seattle, le 5 avril 1994. Deux décennies plus tard, des photos prises sur les lieux ont été retrouvées et dévoilées par la police. De quoi renforcer les fantasmes autour de ce décès, alors que la thèse officielle du suicide a été contestée à plusieurs reprises. Ces clichés inédits donnent à voir quelques vestiges du chanteur, trouvés à ses côtés. Un mégot, un paquet de cigarettes, un briquet. Une casquette, des lunettes, un porte-feuille et quelques dollars. Et à côté de linges blancs, une petite boîte contenant une cuillère, des seringues et un flacon d’héroïne. Toute la panoplie nécessaire à Cobain pour s’injecter la puissante drogue retrouvée dans son sang après sa mort. Un film de 35 mm, lui aussi tourné sur la scène et qui n’avait pas été développé, a également été retrouvé. Il n’a pas été dévoilé par la police. Ces documents inédits, oubliés, n’engendreront cependant aucune réouverture d’enquête, contrairement à certaines informations diffusées jeudi par une chaîne de télévision américaine. La police de Seattle l’a clairement précisé.

ephemeride-150x150 Revue de presse du funéraire du 24 mars 2014

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here