Revue de presse du funéraire du 24 octobre 2013

1
390
pressenationale-300x287 Revue de presse du funéraire du 24 octobre 2013
Revue de presse

Les sociétés modernes

En plein centre-ville de Bussy-Saint-Georges (Seine-et-Marne), un homme a été retrouvé pendu à son domicile… huit ans après s’être donné la mort. Il a été découvert par l’acquéreur de son appartement. Faute de paiement des traites, ce dernier avait en effet été saisi et vendu aux enchères. «C’est le problème de ces cités-dortoirs, ces villes nouvelles sorties ex nihilo, analyse un enquêteur. On y dort, on n’y vit pas. On part tôt le matin pour le boulot, on rentre tard le soir, on ne se croise même pas». La boîte aux lettres vomissant mille tracts et courriers n’a étonné personne. L’eau, l’électricité et les impôts impayés n’ont alerté aucun service, aucune administration, pas plus d’huissier que d’agent de recouvrement. «Étonnant quand on sait qu’ils se déplacent pour moins que ça», s’interroge le commandant Ricci du commissariat de Lagny-sur-Marne. Sans femme et sans enfant, d’origine cambodgienne mais de nationalité française, cet ancien agent de sécurité avait des frères et sœurs dans le Val-d’Oise qu’il n’avait plus vus depuis 2001.

La bonne image de la profession

Cinq croque-morts ont été arrêtés aujourd’hui pour fraude sous l’accusation d’avoir dérobé les pacemakers de défunts, a annoncé la police financière italienne. Les cinq employés travaillaient auprès de la morgue de l’hôpital San Salvatore de Pesaro, sur la côte adriatique italienne, où ils s’occupaient des dépouilles des personnes décédées. Les croque-morts se rendaient aussi au domicile des membres de la famille pour leur extorquer de l’argent afin de revêtir les défunts, encaissant jusqu’à 500 euros pour une paire de chaussures, un habit et un rosaire, sans reverser l’argent dans les caisses de l’hôpital. La police enquête également sur une trentaine d’autres personnes, dont des médecins et des entrepreneurs de pompes funèbres.

Hommage et respect

La ville de Carcassonne a pris l’initiative de fleurir les tombes des anciens maires de la ville qui reposent dans l’un de ses cimetières. C’est la deuxième année que ce type de fleurissement est réalisé. Le maire et une partie du conseil municipal entament aujourd’hui cette tournée qui permet de rappeler les noms de ceux qui ont servi la ville. À noter que certains maires ne sont pas enterrés dans la ville où ils ont été élus.

Tu avances et tu recules, comment veux-tu que je te brûle ?

Les crématistes de Haute-Loire sont en colère. Depuis plus de trente ans, ils réclament la construction d’un crématorium dans le département, mais le projet d’équipement prévu pour 2014 à quelques kilomètres du Puy-en-Velay piétine. La communauté d’agglomération a pourtant acheté un terrain et lancé un appel d’offre pour la construction du crématorium mais aucune des trois entreprises à priori intéressée n’a donné suite. En Haute-Loire, la crémation concerne à peine plus de 10 % de la population. C’est trois fois moins que la moyenne nationale. Beaucoup de cimetières du département disposent d’un columbarium mais les familles désirant procéder à une crémation doivent se rendre à Saint-Etienne ou à Clermont-Ferrand.

Un salaud ordinaire

Comme si la mort d’un proche ne suffisait pas, la famille d’un défunt a eu la désagréable surprise d’essuyer un cambriolage au domicile de la personne décédée. Le prévenu, un SDF âgé de 21 ans, a été condamné ce mercredi à six mois de prison ferme. Jérôme Lacey, un SDF âgé de 21 ans, basé à Toulouse, est en vadrouille à Loon-Plage. Si Jérôme a échoué à Loon-Plage, c’est parce qu’il avait l’intention de prendre le ferry. Oui mais voilà. Il n’a pas d’argent, il n’a pas de véhicule, ni le permis de conduire, d’ailleurs. Il tente alors de cambrioler une première habitation. Le résultat n’est pas fructueux. Il décide de cambrioler une seconde maison dont il a remarqué qu’elle était inoccupée en raison du décès de son propriétaire. Des scellés ont été posés sur la porte d’entrée par la police pour « recherche des causes de la mort ». Là, au moins, il est sûr de ne pas être dérangé. Il sait qu’il risque d’être interpellé et décide de se dénoncer lui-même à la police. Auparavant, il vole un paquet de cigarettes dans un tabac de Loon-Plage. « Je voulais en fumer une dernière avant d’aller en prison », dit-il.

Nouvelles de nos cousins

Une journée portes ouvertes particulière se tenait ce dimanche 20 octobre. Organisée par la Corporation des thanatologues du Québec, dont fait partie la Maison du patrimoine funéraire de Thetford Mines, cette activité proposait une immersion dans le fascinant monde des thanatologues, mieux connus sous le sobriquet de « croque-morts ». Vous pouvez lire le compte-rendu ici.

Nouvelles des pros

Lost Funéraire renforce sa présence sur le territoire national avec l’ouverture d’une nouvelle agence à La Chapelle sur Erdre près de Nantes (44) Monsieur LEGALL et Mademoiselle BIDENNE ont ouvert la 14ème enseigne de la franchise Lost Funéraire dans l’ouest de la France.

ephemeride-150x150 Revue de presse du funéraire du 24 octobre 2013

1 commentaire

  1. tu avances et tu recules comment veux tu que je te brule… quelle vulgarité ! directe ou détournée… je ne vous félicite pas jeune homme ! utiliser ce genre d’images dans un article du funéraire montre que vous ne respecter pas plus la mort que le salaud ordinaire dont vous parlez ensuite !
    Sachez que je suis tombée sur cet article en cherchant sur google des nouvelles du jeune jerome lacey… rien nulle part à part cet article qui m’a retourné le cœur… Je fus en 2011-2012 formatrice pour jérome qui cherchait à l’époque un projet professionnel et qui était très investi dans la recherche, il rêvait de devenir animateur, jouait de l’accordéon, et était plutôt doué en théâtre. Peu de jeunes m’ont émue et impressionnée comme celui ci et je suis tellement désolée d’apprendre ce qu’il est devenu et qu’un inconnu arrive à parler de lui en utilisant le mot salaud…. C’était un enfant tellement intelligent mais tellement triste et seul, il avait déjà fait pas mal de bêtises mais ce n’était qu’un enfant.
    Comment notre société peut elle lâcher voire lyncher ses enfants ainsi…

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.