Revue de presse du funéraire du 25 février 2014

0
475
pressenationale-300x287 Revue de presse du funéraire du 25 février 2014
Revue de presse

Décès

Le réalisateur, acteur et scénariste américain Harold Ramis est mort ce lundi 24 février à l’âge de 69 ans. Une annonce faite par le Chicago Tribune. Réalisateur de la comédie culte Un jour sans fin dans laquelle il jouait aux côtés de Bill Murray et Michael Shannon, il avait également réalisé Mafia Blues avec Robert de Niro et sa suite trois ans après, et plusieurs épisodes de la série The Office. Il menait aussi une carrière d’acteur, et avait notamment incarné le Dr. Egon Spengler dans les films S.O.S Fantômes (« Ghosbusters ! ») avec son ami Bill Murray, encore, avec qui il avait tourné dans son tout premier film – dont il avait également écrit le scénario – Les Bleus, en 1981. Il avait plus récemment joué dans les films dans Walk Hard : The Dewey Cox Story ou En cloque mode d’emploi.

Nouvelles des pros

Le crématorium est désormais bien inscrit dans le paysage de Capdenac-Gare. Cela fait dix ans cette année qu’il est en service. «Nous avons ouvert en 2004. Nous sommes à la moitié du contrat de la délégation de service public confiée par la mairie», remarquent Jean et Mathilde Delbos, associés dans la société du Crématorium du Rouergue et du Quercy avec Yves Guizard (président), Henri Spinelli (directeur général). Ce crématorium, avec sa salle de cérémonie, est une partie d’un complexe funéraire comptant aussi quatre salons funéraires. «Nous avons réalisé cet ensemble à la demande de la mairie, car la ville ne disposait pas de chambre funéraire», rappelle Jean Delbos. Dix ans après, quel bilan est-il fait de l’activité ? «Nous avons démarré à 200 crémations par an. Il y a trois ans, nous étions à 600. Aujourd’hui, nous arrivons à 650. Nous avons atteint notre rythme de croisière», indique le responsable de l’exploitation de l’équipement, Laurent Guillebastre. «Nous sommes à 26 % des décès de la zone de référence, contre 8 % à l’ouverture», poursuit-il. La crémation fait de plus en plus d’adeptes, même si encore nos régions rurales restent en retrait. «La moyenne nationale est de 37 %», confirme Laurent Guillebastre.

Lire aussi :  FFC, France Tombale, inmemoriam …l’actualité mortelle du mardi 20 mars 2018

Grand malade

Chin Chean (47 ans) a été arrêté dimanche pour avoir creusé et ouvert le cercueil d’une jeune fille (17 ans) afin d’avoir des rapports sexuels avec le cadavre. L’adolescence est décédée jeudi à Prey Veng (Vietnam) et a été enterrée le lendemain. Ce week-end, Chin Chean a profané la tombe. Après avoir ouvert le cercueil vers 22h00, il a tenté d’avoir des relations sexuelles avec la dépouille. Mais le cercueil était trop petit pour qu’il arrive à ses fins. Il s’est donc endormi sur le cadavre. Les villageois l’ont découvert le lendemain matin à 6h00. On ignore si Chin Chean connaissait la victime de son vivant. Il avait néanmoins assisté aux funérailles. L’individu est connu pour s’adonner aux drogues qui le conduisent parfois à courir nu autour de la pagode locale.

Fait divers

Les secours ont tout tenté pour le sauver. En vain. Un Bordelais de 79 ans est décédé ce dimanche matin sur le parking du Simply Market dans le quartier de la Benauge à Bordeaux. Le septuagénaire venait d’acheter son journal dans la supérette. Il aurait jeté son ticket de caisse par terre avant de regagner sa voiture. Ce geste peu soucieux de l’environnement aurait déplu à un client qui le lui a vertement fait remarquer. Mais ce trentenaire au passé psychiatrique chargé ne s’est pas arrêté à de simples remontrances puisqu’il a frappé le septuagénaire qui s’est retrouvé à terre. L’enquête de police dira si ce sont les coups qui ont directement provoqué la mort ou si ce sont les problèmes cardiaques dont il souffrait qui ont entraîné son décès. Une autopsie a été ordonnée par le parquet. Retenu par des témoins, l’agresseur a été interpellé.

Lire aussi :  Des chouettes au cimetière, vol de cercueil...au menu du réveil funéraire du mardi 6 mars 2018

Livre

Regroupant une soixantaine de photos de Philip Delos et des textes traduits en quatre langues, le livre Ombres et lumières capte et rend compte de la beauté « de la principale attraction du territoire » : le cimetière du bourg de Grande-Terre. L’article est à lire ici.

Progrès

Une société américaine développe un concept d’un genre particulier: elle propose de récolter toutes les traces numériques laissées par une personne sur le net, et de générer un avatar virtuel capable de discuter à sa place, même après sa mort. Mouais… Toutes les explications ici.

Et dans le vaste monde des vivants

Deux scientifiques américains ont essayé d’élever le très classique préservatif en latex à un niveau complètement nouveau. Partant d’un constat simple – le préservatif est mal-aimé – les deux chercheurs de Georgia Tech, Fraz Peer and Andrew Quitmeyer, se sont demandés comment l’améliorer. Avec de l’électronique, pardi ! A force de se creuser les méninges, ils ont fini par équiper un préservatif d’électrodes de tout son long, reliées à un micro contrôleur. Ce dernier émet des impulsions électriques le long du préservatif qui imiteraient certains sensations ressenties lors d’un rapport sans préservatif. Et ce sont les chercheurs qui le disent, puisqu’ils ont été les premiers testeurs de leur prototype. « C’est agréable, confortable et excitant », assurent-ils. Deux versions de leur projet, baptisé Electric Eel, existent. La première correspond au préservatif évoqué ; dans la seconde version, les électrodes ont été implantées à l’intérieur d’une chaussette. Le plaisir procuré ici ne semble pas être à partager. Les deux chercheurs sont à présent à la recherche de fonds pour créer la prochaine génération de préservatif – rien que ça. Ils espèrent récolter 10 000 dollars sur le site de crowdfunding Indiegogo. Ils ont même créé une entreprise associée, baptisée commingle.io, pour développer des technologies open-source en relation avec le sexe

ephemeride-150x150 Revue de presse du funéraire du 25 février 2014

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here