Revue de presse du funéraire du 3 avril 2014

0
440
pressenationale-300x287 Revue de presse du funéraire du 3 avril 2014
Revue de presse

Décès…

Son nom ne vous dit peut-être rien mais certaines de ses expérimentions électroniques se sont invitées plus d’une fois dans vos playlists. Frankie Knuckles, dj new-yorkais originaire du Bronx vient de passer l’arme sur la platine de gauche. Il avait 59 ans. Les circonstances et la causes de son décès ne sont pour l’instant pas confirmées, mais Slate évoque un diabète handicapant qui avait conduit à l’amputation d’un pied en juillet 2008. Considéré comme le parrain de la house, Knuckles a sourcé son inspiration à Chicago dès la fin des années 70 en mixant au mythique “Warehouse”. Des tubes underground comme Tears ou Baby Wants To Ride ont fait danser les sous-sols gays des années 80 jusqu’à propulser Knuckles des labels défricheurs (DJ International, Trax) aux studios hypes de la dance-music. Sa relecture classieuse du morceau de Jamie Principle a aidé à populariser la ligne de basse de Your Love, reprise plus tard par Candi Staton dans les eighties. Collaborateur de Chaka Khan, Michael Jackson ou encore Lisa Stansfield, Knuckles a profité des années 90 pour faire grandir la culture du remix et voyager dans les clubs du monde entier. A New Reality, album publié en 2004, restera l’une de ses dernières sorties officielles.

…Drame…

L’Amérique est choquée. Ce mercredi soir, l’impensable s’est reproduit sur la base militaire de Fort Hood, quand un soldat a ouvert le feu dans un centre médical militaire, tuant trois personnes, en blessant 16 autres, puis se donnant la mort avec son arme de poing. Après une période chaotique, les chiffres ont été annoncés dans la soirée par le commandant de la base Mark Milley, qui a affirmé que Fort Hood était maintenant sécurisée et que les blessés – certains très grièvement – étaient traités dans des hôpitaux locaux. Le traumatisme est terrible pour Fort Hood, gigantesque base militaire texane, qui avait été le théâtre d’un attentat terroriste sanglant, en 2009, quand le commandant Nidal Hasan, un médecin militaire d’origine jordanienne radicalisé par les sermons en ligne de l’imam Anwar Al Awlaki, avait ouvert le feu contre ses frères d’armes, pour protester contre le sort des musulmans tués en Irak. Hasan a été condamné à mort en août dernier.

Lire aussi :  Exhumation, cimetière, pompes funèbres …l’actualité du 22 mai

…Superficialité.

Elle a beau jouer les têtes brûlées sur scène et en dehors, Miley Cyrus n’en est pas pour autant invincible. La star vient d’ailleurs d’être « fauchée » en plein élan : actuellement en tournée dans le cadre de son très provocant Bangerz Tour, la chanteuse de 21 ans a appris, mardi 1er avril, la mort de son chien Floyd. Une nouvelle dévastatrice pour l’infernale fêtarde, qui ne s’est jamais cachée de son amour sans borne pour sa horde de toutous. « Aujourd’hui, c’est le deuxième jour le plus difficile de toute ma vie, a ainsi écrit l’ex-Disney girl sur son profil Twitter avant d’expliquer à ses millions de followers la raison de ce mystérieux message. Je ne veux pas le dire parce que je ne veux pas que ce soit réel. Mais mon petit bébé Floyd nous a quittés. Je suis dévastée », a-t-elle dévoilé, tout en postant un attendrissant selfie en compagnie de Floyd. Et la chanteuse, particulièrement adepte de ce réseau social, d’enchaîner les tweets, à la recherche d’un certain réconfort – qu’elle n’a pas tardé à trouver auprès de ses admirateurs 2.0, très présents dans ce moment douloureux. Qui parlera de superficialité et d’abrutissement des masses aura certainement raison.

Communautarisme

La communauté lesbienne de Berlin aura désormais son propre cimetière. Situé dans le quartier central de Mitte, la nouvelle zone d’inhumation, présente à l’intérieur même du cimetière historique luthérien Goergen vieux de deux siècles, sera inaugurée ce dimanche 6 avril. Exclusivement réservé aux lesbiennes, le site de 400 mètres carrés ne pourra accueillir que 80 sépultures. Comme le rapporte l’agence AP, c’est grâce à un accord entre l’association Safia, un groupe national principalement composé de lesbiennes âgées, et la paroisse luthérienne du cimetière Goergen que le projet a pu voir le jour.

Géologie

Une dizaine de tombes d’un cimetière de Sannois, en banlieue parisienne, ont été englouties lorsque la terre s’est brutalement ouverte sur d’anciennes galeries souterraines, probablement en raison de pluies importantes, a-t-on appris mercredi auprès du maire de la commune. « Les tombes sont tombées dans le trou » d’une dizaine de mètres de profondeur qui s’est formé dans la nuit de mardi à mercredi dans une extension du cimetière, construite sur d’anciennes carrières de gypse, a indiqué Yanick Paternotte, maire de Sannois, une commune du Val-d’Oise située à une quinzaine de kilomètres au nord-ouest de Paris. Les pompiers ont précisé que le trou faisait près de 10 mètres de large et qu’un périmètre de sécurité avait été mis en place tout autour du cimetière. Les tombes, vieilles de 20 à 30 ans, ont disparu « comme dans un sablier », et des travaux importants seront probablement nécessaires pour restaurer le cimetière, selon M. Paternotte. La mairie, a-t-il ajouté, n’avait « jamais été alertée sur l’existence de ce réseau souterrain et du non-remblaiement des galeries » des anciennes carrières de gypse, dont l’exploitation a cessé au début du siècle dernier. (Le Figaro)

Lire aussi :  Pierre Bellemare, Cercueil Nike, cimetière...l’actualité du 28 mai 2018

Faits divers

Une centaine tombes et columbariums du cimetière de Marchienne-au-Pont (Charleroi) ont été dépossédés de leurs ornements métalliques, ce mardi. Un individu a été aperçu par un témoin mais n’a pu être intercepté par les forces de l’ordre. Il s’agit du quatrième cimetière vandalisé de la sorte en un peu plus d’un mois.

Six mois de prison avec sursis. Le parquet avait demandé une peine comprenant une partie ferme, mais le tribunal correctionnel de Bourg-en-Bresse n’est pas allé jusque-là, ce mercredi, à l’encontre de ce prévenu de 73 ans déjà condamné à quatre reprises, dont trois fois pour des usages de faux. Ses ennuis, cette fois, provenaient d’une plainte déposée le 25 juillet dernier par la mairie de Parcieux, constatant que le septuagénaire avait falsifié le certificat de décès de sa mère. Cette dernière était décédée le 28 novembre 2005, mais pour continuer à percevoir la retraite suisse de cette dernière, il n’avait pas déclaré le décès au consulat. Lorsque les autorités suisses avaient réclamé le document, en juillet, il l’avait trafiqué pour inventer un décès récent, et ne pas risquer un « redressement ». En grandes difficultés financières, il avait trouvé ce moyen pour arrondir ses fins de mois.

 ephemeride-150x150 Revue de presse du funéraire du 3 avril 2014

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here